L'éclosion du Lotus. [SOLO] [Public Averti]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Talia Fictilem


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Tenue du Lotus Noir, grappin, pistolet Vulture et lame énergétique.

the world can always use more heroes
Talia Fictilem
Talia Fictilem
Te faire du mal, me fait du bien.
Jeu 13 Sep - 15:51

Une myriade de gouttelettes sanguines tombaient sur la poitrine dénudée de Talia. Frottant cette dernière sensuellement, l'eurasienne mordait sa lèvre inférieure frénétiquement. Au dessus d'elle, un corps humain fraîchement ouvert de l'épaule au bassin répandait son liquide carmin sur la tueuse. Deux mains se glissèrent alors sur le ventre de la jeune femme, caressant d'abord son ventre, puis descendant doucement, enlevant le bas de ses vêtements d'une manière plus que cavalière. Rouvrant les yeux, Talia tourna la tête pour apercevoir l'origine de cette manipulation. Elle revit alors cette succube lui ressemblant tant. La démone lui souriait de ses dents pointues alors qu'elle se retournait vers elle tout en se laissant enlacer.

- Je t'ai manquée?

Un rire cristallin s'échappa de la gorge de la succube, qui lécha la joue de Talia avant de se poser contre son oreille.

- Allons, tu sais bien que je suis toujours, avec toi.

Elle laissa glisser sa main sur le dos de la tueuse, suivant la ligne de sa colonne vertébrale, s'arrêtant au niveau de ses salières de Venus.

- Quand accepteras-tu de changer? D'adopter ta véritable apparence? Mon apparence. Tu n'es pas comme tous ces humains qui parcourent les rues. Comme toutes ces proies. Tu es au dessus. Tu es comme moi. Regarde Alasker, il l'a compris lui.

Elle remonta alors ses mains jusqu'à la base de la mâchoire de Talia, poussant légèrement sur cette dernière pour forcer la tueuse à pencher la tête en arrière, recevant alors le sang du cadavre au dessus d'elle en pleine face.

- Retourne à l'endroit que tu appelais autrefois "maison". Je suis certaine que tu y trouveras quelque chose d'intéressant. En attendant...

Elle lécha son cou de sa langue fourchue, remontant le long de ce dernier sensuellement.

- Je t'attendrais ici, dans notre refuge.

*
*  *


Rouvrant soudainement les yeux, Talia se redressa d'une manière presque mécanique. Assise sur son lit, l'eurasienne s'étira lentement en s'observant dans le miroir face à elle. Un sourire se dessina sur son visage en observant ses formes. Se levant finalement pour se diriger vers sa douche, la tueuse enclencha le mécanisme et lâcha un soupire de satisfaction lorsque l'eau tiède tomba sur sa peau de pêche. Elle toucha machinalement son cou, sentant encore son étreinte alors qu'elle avait quitté le monde de Morphée depuis quelques minutes.
Une fois sortie, elle se dirigea vers le PAD numérique qui lui était associé. Aucune nouvelle mission à l'ordre du jour. Tant mieux. Elle avait quelque chose à vérifier. Observant ses tenues d'infiltration, la jeune femme s'en détourna finalement pour se diriger vers ses vêtements civils. Fouillant quelques instants dans ces derniers, elle enfila ses dessous puis un pantalon noir légèrement déchiré ainsi qu'un top rouge laissant la plupart de son ventre visible. Passant une veste de cuir par dessus ce dernier, elle mit finalement ses boots et quitta la pièce. Emportant avec elle seulement sa lame énergétique.

Marchant dans les couloirs de la base du Talon, la tueuse étira un large sourire en observant les soldats qui l'esquivaient. Les quelques rares qui croisaient son regard baissaient les yeux rapidement, effrayés à l'idée de devenir l'un de ses jouets. Tous n'étaient pas comme cela cependant. Certains, peut-être pour se donner du style, assumaient leurs regards et la fixaient presque avec un air de défi. Bondissant à une vitesse inhumaine sur l'un d'eux, Talia passa son ongle sur la joue de sa victime tout en riant frénétiquement, savourant la peur dans le regard de sa proie. S'en détournant finalement, elle reprit sa route dans la base, se dirigeant vers les hangars comme si de rien était.
Ces derniers étaient, comme à leur habitude, toujours rempli de différents soldats s'apprêtant à partir en mission et d'ingénieurs réparant les appareils endommagés. Cherchant un appareil en particulier, la tueuse étira un large sourire en trouvant finalement ce qu'elle recherchait, commençant à se diriger vers un aéronef un peu plus discret que les autres.



Pestant alors qu'il bidouillait différents câbles, Vulk4n, l'omniac pilote du dit vaisseau, leva la main à l'approche de la tueuse.

- Vous en faites pas, on sera prêt à décoller à l'heure prévue.
- Il y a intérêt, je déteste attendre.

S'il avait eu des poils, le robot aurait sans aucun doute eu des frissons à l'entente de cette voix. Se redressant lentement, ce dernier se tourna vers la tueuse qui lui faisait face en replaçant la capuche qui recouvrait son visage mécanique.

- L'ordre de mission ne stipulait pas qu'il s'agissait de vous, Black Lotus.
- Je n'ai pas estimé que cela était nécessaire. De plus, ce n'est pas "vraiment", une mission officielle. J'ai juste besoin de vous pour me transporter d'un point A, à un point B. Enfin, en fonction de la suite, j'aurais peut-être aussi besoin de vos "talents".
- Ok. Allez vous installer en ce cas, j'en ai pour cinq minutes, pas plus.

N'attendant pas spécialement de réponse, la machine se remit au travail, fredonnant cette fois un air beaucoup trop entêtant pour que Talia accepte de rester avec lui. Entrant dans son moyen de transport, la tueuse se plaça sur le siège de cuir qui lui était destiné et posa ses jambes sur le tableau de bord, soupirant alors qu'elle sortait son PDA et commençait à pianoter dessus. Exactement cinq minutes plus tard, Vulk4n entra dans le cockpit, la toisa du regard le temps qu'elle ne retire ses pieds, puis s'installa à ses côtés. Les moteurs du vaisseau grognèrent alors, faisant vibrer l'air alentour. Plusieurs voyants clignotèrent sur l'affichage virtuel de l'appareil, puis le sol s'éloigna alors qu'ils prenaient de l'altitude dans le hangar. Tournant la tête vers Talia, le robot pointa du doigt le globe terrestre virtuel qui tournoyait devant lui.

- Destination?
- Nouvelle-Zélande. J'ai une personne à qui il faut que je parle.
- Entendu.
L'éclosion du Lotus. [SOLO] [Public Averti] IbPg0LL

Le vaisseau quitta alors le hangar une fois les autorisations reçues. Observant le sol et le QG de la Griffe s'éloigner d'eux, Talia soupira et laissa son esprit vagabonder. Il leur faudrait quelques heures pour atteindre leur destination, et l'eurasienne était presque certaine que le robot l'accompagnant n'allait pas être l'initiateur d'une conversation intéressante.






Oh je t'en prie Invité... Agonise lentement.... Ne meurs pas trop vite....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Talia Fictilem


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Tenue du Lotus Noir, grappin, pistolet Vulture et lame énergétique.

the world can always use more heroes
Talia Fictilem
Talia Fictilem
Te faire du mal, me fait du bien.
Ven 14 Sep - 17:46

- Arrivée prévue dans quinze minutes.

Quittant son PDA des yeux, la tueuse observa quelques instants les nombreux bâtiments se trouvant en dessous d'eux. Ils approchaient du QG de la griffe situé en Nouvelle-Zélande. Le voyage avait été bien plus agréable que ce qu'elle n'avait pu imaginer, et Vulk4n s'était montré bien plus intéressant que ce que Talia aurait crut. Spécialement lorsqu'il la questionna sur les meilleurs méthodes pour abattre un autre omniac. Il y avait en lui une sorte de curiosité morbide. La même qu'elle possédait autrefois. Le robot valait peut être le coup finalement. Enfin, sympathiser avec un autre membre de la Griffe n'était pas la raison pour laquelle elle s'était rendu à l'autre bout du monde.

Le vaisseau gronda lorsqu'il entra dans le hangar prévu pour son atterrissage. Si plusieurs ingénieurs s'affairaient à préparer les futurs maintenances sur l'appareil, il fallait bien admettre que le lieu était bien moins glorieux que le QG principal de l'organisation. Finalement, les moteurs se turent et Vulk4n se tourna vers Talia, tout en quittant son siège lentement.

- Nous sommes arrivés. Je resterai au QG pendant quelques temps. Si vous avez besoin de moi pour rentrer, contactez-moi. Il lui tendit une oreillette. Voila de quoi me contacter, justement, c'est relié à mon réseau interne.
- Vous avez bien fait.

Se levant à son tour, Talia quitta l'aéronef en s'étirant lentement. Plusieurs agents de la Griffe approchaient, servant visiblement de garde à un autre agent, sans doute plus gradé qu'eux. Voir même que la tueuse elle même. Frottant une montre à gousset datant sûrement d'un siècle précédent, ce dernier s'arrêta à un bon mètre de l'eurasienne, probablement conscient que trop s'approcher n'était pas une idée intelligente.

- Je suis assez surpris de vous voir ici, Black Lotus. Le Conseil ne m'a pas informé de votre venu.

Prenant quelques instants pour scruter ce nouvel arrivant, Talia laissa sa main courir le long de sa ceinture lentement. Le type était en costume, comme la plupart des agents se prenant pour des hauts gradés au sein du Talon. Ses cheveux roux étaient soigneusement peignés et arrangés, donnant à ses traits fins et son nez légèrement pointu un air de fouine. Des lunettes rondes aux branches fines accentuaient encore plus cet effet. Une broche en forme de trident se trouvait sur sa manche droite, à la place des boutons de manchettes. Rangeant sa montre silencieusement, il attendait visiblement une réponse. Et son impatience se trahissait légèrement au levé d'un de ses sourcils.

- Ils n'avaient pas à vous prévenir. Je ne suis pas ici sur leur ordre.
- Et que nous vaut votre visite alors? Je suppose que ce n'est pas pour le paysage de l'Océanie?
- Cela ne vous concerne pas. Il me semble avoir assez d’accréditation pour me déplacer sans avoir de comptes à rendre aux petits roquets.

Reprenant sa marche, Talia passa à côté de l'agent dont le sourire pincé trahissait son énervement. D'un geste vif, il attrapa le bras de la tueuse en grognant.

- Je ne sais pas ce qu'il se passe au QG principal ni votre façon de fonctionner. Mais ICI, c'est MOI qui estime si une information a de l'importance ou non.

Glissant rapidement après avoir pris une pose inhumaine, Talia attrapa la main qui la retenait et la retourna brutalement, l'amenant dans le dos du rouquin tandis qu'elle actionnait sa lame, la plaçant au niveau de la gorge de l'agent. Dans un petit rire provocateur, elle appuya sur sa prise tandis que les soldats présents la mettait en joue.

- Je ne sais pas ce qu'il se passe dans ce QG. Mais MAINTENANT, vous apprendrez qu'il ne faut JAMAIS me toucher sans mon accord. Je ne suis pas une chienne à qui on apprend à faire la belle pour un su-sucre.
- Relâchez-moi ou je leur ordonne de faire feu.
- Votre gorge serait tranchée avant même que votre phrase ne s'achève. N'avez vous pas vu les vidéos que j'ai pris tant de plaisir à poster sur notre intranet? Un rire s'échappa de nouveau de sa gorge. Z'avez pas vu le mémo? Même s'ils tirent, vous seriez mort, donc aucun intérêt, pas vrai chéri?
- ...
- Je ne viens pas sapper votre autorité ni m'amuser à créer des conflits inutiles. Laissez-moi juste faire ce pour quoi je suis venu, et je quitterais cette partie du globe rapidement. Mettez moi des bâtons dans les roues... Elle pressa sur sa main, lui faisant lâcher un grognement de douleur. Et je ferais en sorte que vous observiez votre monde s'écrouler autour de vous avant de vous trancher moi même la gorge. Dîtes à vos gigolos de baisser leurs armes, que je puisse partir. J'ai fait de la route, je suis un peu à cran.
- BAISSEZ VOS ARMES.

Hésitant l'espace d'un instant, les soldats baissèrent finalement leur fusil, se jetant des regards dubitatifs. Ils ne devaient pas avoir l'habitude de voir leur supérieur dans pareil situation. Les actions de Talia allaient avoir des conséquences, elle le savait. Mais pour l'heure, cela importait peu. Elle relâcha à son tour le rouquin, rengainant sa lame avec un sourire narquois, reprenant sa route afin de quitter la zone. L'agent, masquant à présent difficilement son mécontentement, se frottait la main en fixant la tueuse d'un regard noir.

- Vous venez d'énerver l'agent Merkor, mes félicitations.

Souriant de plus belle, Talia appuya doucement sur son oreillette alors qu'elle tournait à un énième couloir.

- Tant mieux. Si les pompeux estiment que ma loyauté au sein de l'organisation est assez grande pour qu'on me crache au visage, cela devrait agir comme une piqûre de rappel. Cherchez des informations sur lui si possible pendant mon absence. Je connais ce genre de fouines. Il viendra fouiller dans mes affaires. Je préfère être préparée.
- Récupérer des informations sur un autre agent de la Griffe plus gradé que moi? Risquer de me faire dessouder si je me loupe? Oh boy, j'ai hâte de me mettre au travail.

*
*  *


Marchant silencieusement dans les rues de Wellington, Talia scrutait son GPS d'un air dubitatif. La cible qu'elle cherchait avait changé trois fois d'adresse. Enfin, les renseignements avaient changé trois fois. Pénétrant dans une ruelle plus sombre que les précédentes, la tueuse leva la tête vers le ciel instinctivement. Elle avait passé toute l'après-midi à fouiller différents appartements et autres lieux d'intérêts en vain. A présent, la nuit était tombée et la population locale se mettait en marche pour sortir boire un verre, ou faire diverses activités illégales. Un bar attira l'attention de la tueuse. Ce dernier était légèrement retranché et son enseigne presque indissociable du mur dans lequel elle était encastrée. Son passé d'assassin refit alors surface, lui rappelant à quel point cela était parfois fatiguant de traquer une proie. Et l'obligation de passer par des "fixer". Des marchands d'informations illégales qui exigeaient souvent un lourd tribut. Entrant finalement dans le bar, l'eurasienne laissa avec plaisir la chaleur du lieu et le bruit assourdissant de la musique l'envahir.

Deux mastodontes l'attendaient de l'autre côté de la porte. La fixant d'un regard interrogateur, ils pointèrent du menton le bar situé un peu plus loin derrière eux, sur la gauche. Derrière ce dernier, un vieux balourd aux tatouages maoris astiquait machinalement un verre sale de son chiffon. Sur la droite, se trouvaient une multitude de tables, dominées par différents miroirs et tableaux. Ces derniers impliquaient pour la plupart des femmes aux formes avantageuses dans des situations l'étant beaucoup moins.  Au fond de la salle se trouvait l'entrée des toilettes, et les sièges "vip" dans lesquels se trouvaient plusieurs types ricanant entre deux bouffées de cigares ou gestes obscènes envers les poupées de chair les accompagnant. Les lumières, d'un rouge légèrement tamisé, donnaient au bar une ambiance semi-retro qui dégageait une aura érotique et sale à la fois. Elle était donc au bon endroit.

S'avançant silencieusement, elle s'installa au bar dans un soupir presque satisfait alors que le barman haussait un sourcil en se dirigeant vers elle. Elle jeta un dernier regard derrière elle alors qu'elle commandait, analysant chacune des personnes présentes. Les fixer étaient rarement ceux que l'on croyait. Ils aimaient se fondre dans les lieux qu'ils fréquentaient. Talia pouvait donc éliminer les pauvres mafieux du fond de la salle. Le barman était également à exclure, ces derniers préféraient rester parfaitement neutre. Le Fixer était donc parmi les autres clients. Le barman posa alors son verre sur le comptoir d'une manière presque violente, forçant la tueuse à reporter son attention sur ce dernier. Ses yeux étaient améliorés, son crâne devait sans aucun doute être renforcé au métal. Une arme à feu était implantée dans son bras, elle la voyait grâce aux légères cicatrices présentes au niveau du poignet. Si elle devait le tuer, elle allait devoir attaquer les articulations puis découper soigneusement la gorge afin d’arracher la tête.

- Bois ton verre et tire toi. On aime pas les rangés par ici. Pas besoin de payer, considère ça comme un cadeau de la maison.

Haussant un sourcil, l'eurasienne observa l'air grave du barman tandis que les deux gorilles à l'entrée ne la lâchaient pas des yeux. En fait, la plupart du bar semblait se focaliser sur elle. Mis à part les prostitués sous poudre d'or bien évidemment. Visiblement, on lui en voulait pour son choix d'avoir rejoint la Griffe. Il n'y avait pas de code à proprement parler au sein des tueurs à gages, mais plutôt un sens commun. Et se ranger à la solde d'une organisation particulière n'était pas vraiment bien "vu". Talia s'en moquait, elle n'avait pas rejoint Alasker et ses potes par valeur morale, mais bien parce que cela lui offrait un revenu plus régulier et plus de cibles à abattre. Buvant son verre d'une traite, elle le fit claquer contre le comptoir à son tour tout en fixant le barman droit dans les yeux.

- Et bien dans ce cas, je vais vous laisser entre vous. Dommage. J'avais de l'argent à dépenser.

Elle se leva par la suite, s'étirant de nouveau en adressant un sourire forcé au barman. Marchant doucement vers la sortie, une voix s'éleva au dessus de la musique. Cette dernière sembla d'ailleurs se stopper en même temps que les discussions des clients.

- C'est bon Baren, laisse la rester. Black Lotus, ramène donc ton postérieur ici, et dis moi ce que tu cherches.

Plusieurs clients se regardèrent, certains se levèrent pour se diriger vers les toilettes, sans doute pour appeler des renforts ou des personnes qui viendraient pour lui faire la peau. Le Fixer venait de "timer" leur rencontre. L'origine de la voix était un homme dans la trentaine. Ses cheveux étaient rasés sur les côtés et plaqués en arrière. Son cou était marqué de plusieurs tatouages tribaux descendant en dessous du T-shirt gris qu'il portait. Par dessus se trouvait un perfecto usé. Son visage était presque parfait, seulement marqué par une légère cicatrice au sourcil droit. Devant lui, une junkie visiblement défoncée dansait sur la table, tenant à peine compte des nombreux verres et de la bouteille à moitié vide s'y trouvant. Lui tapotant la cuisse, l'homme lui fit un signe de tête, la forçant à descendre puis à aller s'installer un peu plus bas. Une fois installée, cette dernière sortie un sachet de poudre doré et commença à la frotter sur ses gencives en ricanant. Talia marcha jusqu'à son "hôte" et se posa sur l'une des chaises, plaçant ses pieds sur la table adjacente.

- Si on m'avait dit que je filerais un jour des infos à la fameuse Black Lotus, j'y aurais jamais cru. Ça fait un bail que tu as quitté le réseau. Pourquoi revenir maintenant? La Griffe ne paie plus assez?
- Je cherche quelqu'un qui se cache dans le réseau.
- Un autre assassin?
- Un technicien.
- Ils se cachent pas d'habitude. Il a fait le con avec la Griffe?
- Je viens pas pour eux.
- Ça répond pas à ma question ça.
- Il faisait partie du Lotus.

Les yeux du Fixer s'écarquillèrent quelques instants. Se penchant en avant pour poser ses coudes sur la table, il plongea son regard dans celui de la tueuse.

- Ça va te coûter cher ça, tu sais?
- Ton prix?
- 6 millions. Plus les frais basiques.
- Ça me va.

Il tira rapidement une latte sur la cigarette qui périssait jusqu'à lors dans le cendrier à côté de lui, puis donna une clé USB à Talia. A l'intérieur, se trouvait un seul fichier texte. Une série de chiffres à rentrer sur un serveur bancaire pour la transaction. La tueuse plaça la clé sur son PDA et entra les dits chiffres, transférant l'argent sur le compte du Fixer. Un bip s'échappa de l'appareil lorsqu'elle en retira la clé. Un sourire se dessina sur les lèvres de son interlocuteur.

- 33 Cuba St, Te aro, Wellington 6011. Au dessus des magasins, t'as plusieurs appartements. Cinquième étage, appartement 24. J'sais que dans l'métier ça se dit pas mais... J'dois t'avertir.
- Oui?
- Ton type là, il bosse pour le Doberman. Et il va pas aimer que t'entres en contact avec lui. Surtout maintenant que tu bosses pour la Griffe. Enfin... C'est pas vraiment mon problème.

Il passa ses yeux par dessus les épaules de Talia et soupira. Elle avait entendu les deux types entrer et venir jusqu'à eux. Le temps était écoulé. Le Fixer claqua des doigts et la junkie l'accompagnant se leva difficilement pour venir s'échouer dans ses bras. Jetant un dernier regard à la tueuse, le Fixer lui adressa un sourire timide. Se servant un verre, Talia pris le temps de le siroter tranquillement, avant de finalement se tourner vers les deux individus qui la surplombaient. Leurs costumes trop propres trahissaient leur appartenance à la mafia locale. De plus, les lunettes de soleil qu'ils portaient indiquaient quand à elles les améliorations qu'ils avaient dut recevoir. Cela allait être amusant.

- Allons dehors messieurs. Je n'aimerais pas tâcher le mobilier.

Elle se redressa alors, et emboîta le pas aux deux hommes qui se regardèrent quelques secondes, se parlant probablement par communicateur qui aurait le droit de la tuer, ou la violer, en premier. Ils se mirent alors à la suivre. Parfait. Ils étaient sûrs d'eux. Passant à côté du comptoir, l'eurasienne déposa un billet de deux cents sur le bois collant du bar.

- Voila pour toi Baren, et merci de ton accueil.






Oh je t'en prie Invité... Agonise lentement.... Ne meurs pas trop vite....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Talia Fictilem


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Tenue du Lotus Noir, grappin, pistolet Vulture et lame énergétique.

the world can always use more heroes
Talia Fictilem
Talia Fictilem
Te faire du mal, me fait du bien.
Sam 6 Avr - 14:13

Elle était sortie du bar depuis environ trente secondes. Durant ce laps de temps pourtant très court, elle devinait déjà la future odeur du sang, des larmes, et de la merde. Beaucoup de gens deviennent mercenaires, ou soldats, sans savoir que lorsqu'on tue un homme, tout se relâche. Pour la plupart, ils l'ignorent même très longtemps, se spécialisant dans les armes à longue distance. Mais pour ceux qui adoraient le corps à corps, cette odeur acre, mélangeant odeur d'acier et d'autres liquides. Pour certains, l'odeur de la mort était un immondice, quelque chose de si abject qu'il en faisait même vomir les plus faibles d'esprit et de corps. Mais pour d'autres.... Pour d'autres il s'agissait du plus pur des aphrodisiaques.

Menant les deux hommes qui étaient sans aucun doute là pour lui faire la peau, Talia avança jusqu'au muret qui marquait la fin de la ruelle. Se retournant pour faire face à ses deux futures proies, la tueuse se plaqua contre la pierre tout en laissant ses mains glisser le long de son ventre jusqu'à son entrejambe. Se léchant les lèvres, elle dévisagea le plus grand des deux gaillards, ricanant légèrement face au soupçon de dubitation qui glissa sur son visage l'espace de quelques secondes.


- Allons messieurs.... Nous savons tous les trois pourquoi vous êtes venus, et ce que vous désirez. Je suis désarmée, et seule dans une rue déserte. Et il fait très humide... Dans cette ruelle alors... Elle fit glisser sa main sous son pantalon, léchant ses lèvres tandis que son autre main soulevait son haut, révélant son soutien-gorge. Pourquoi ne pas s'amuser un peu avant? Je sais que vous voulez me faire goûter votre virilité. Vous en mourrez d'envie. Autant que je sois partante. Si je dois mourir, laissez moi au moins m'amuser un peu avant, ok?

Pour ponctuer sa phrase, elle tira sur le tissu qui emprisonnait sa poitrine, laissant apparaître son sein tandis qu'elle fit glisser sa langue sur ses dents, révélant le piercing qui l'ornait. Les deux brutes se dévisagèrent puis affichèrent un sourire malsain presque simultanément. Ils étaient partants. Bien. Laissant l'un des deux s'approcher d'elle, le lotus noir laissa ses mains courir sur les vêtements de l'homme, passant au dessous pour parcourir de ses ongles la chaire musclée du mastodonte. Ce dernier grogna, presque pressé. Elle ricana en retour puis glissa elle même doucement le long du mur, se retrouvant rapidement à genoux, la tête au niveau de la taille de la brute. Ses mains détachèrent rapidement la ceinture du forcené avant de venir chercher sa virilité. Elle releva la tête, plongeant ses yeux d'émeraudes dans les lunettes noircies du mafieux. Elle se lécha les lèvres doucement avant d'afficher un sourire plein de luxure. Le mastodonte déglutit face à ce spectacle, l’appréhension et l'excitation de ce qui allait venir prenant le pas sur sa raison. A ses côtés, son collègue avait lui même fait sortir son sexe, que la tueuse vint attraper de sa main gauche. L'excitation avait prit le pas et dans cette ruelle glauque, une aura pleine de dépravation et de luxure régnait à présent. C'est là que la tueuse frappa, juste avant de venir embrasser la virilité de celui qui lui faisait face.

Se tordant subitement, elle se propulsa un peu plus en avant alors qu'elle tirait sur ses prises pour se relever. Les deux brutes, surpris n'eurent pas le temps de vraiment réagir que Talia venait de se redresser et avait maintenant lâché ses anciennes "prises" pour à présent tirer sur le bras du premier arrivé. Et elle tira de nouveau, émettant un craquement caractéristique qui fit lâcher au mafieux un râle de douleur. Elle appliqua ensuite son pied sur le dos du bougre alors que son collègue semblait actionner un mécanisme sur son propre bras. De ce dernier sortit une longue lame, qu'il désirait surement tester sur Talia. La jeune femme poussa alors sur le dos du mafieux, tout en tirant de nouveau sur le bras. Sa force, couplée à ses améliorations, eut raison de ce qui composait autrefois un homme entier. Le sang gicla sur la tueuse et sur le mur le plus proche, lui faisant lâcher un rire qui résonna dans toute l'allée. Se servant par la suite du bras comme d'une batte, elle frappa à la tête le forcené et se jeta sur le second homme. Ce dernier tenta de l'atteindre avec sa lame mais ne pu que frapper le vent, la tueuse s'étant contorsionnée pour éviter l'attaque. Elle riposta en plantant littéralement l'os qui sortait de son "hochet" dans la gorge de la brute avec une telle force qu'elle l'empala contre le mur de béton. Un bruit sourd la força à bondir en arrière, esquivant de peu l'espèce de faucille qui formait le bras restant du premier mafieux. Ce dernier hurla de rage, arrachant au lotus noir un nouveau rire sadique. Elle s'étira longuement, d'une manière particulièrement provocatrice, après avoir récupérer un couvercle de poubelle en métal. Fixant son adversaire, elle le jaugea quelques instants tandis qu'il se préparait à l'attaquer.

- Vous vous prenez pour des surhommes, pas vrai? Ton pote et toi, vous pensiez être au dessus de l'espèce humaine, une évolution par rapport à la lie qui peuple ce monde? Mon pauvre chéri. Vous n'êtes rien, que des animaux agitant leurs améliorations comme des babouins agiteraient la banane qu'on vient de leur donner. Vous êtes pitoyables. Je connais un être bien supérieur à ce que vous ne serez jamais. Un monstre composé de muscles, nerfs et d'acier, qui vous domine en tout point. Elle esquiva l'attaque du mafieux qui venait de se jeter sur elle, bondissant à son opposé et retombant près du mur formant la fin de la ruelle, où se trouvait le collègue empalé du mafieux. Il ne se contente pas de se battre. Il nettoie les champs de bataille de la vermine s'y trouvant, peignant le monde d'une teinte rouge écarlate dominant toute autre vérité. Je considère cet homme, je le respecte. Mais je n'en ai pas peur. Alors vous, misérables furoncles, vous pensiez réellement pouvoir abuser de moi et m'éliminer? Vous n'êtes rien.

Elle ponctua sa phrase en se jetant avec une vitesse impressionnante sur sa cible. Son premier coup frappa le genoux de sa proie, faisant exploser ce dernier en même temps qu'une partie du couvercle métallique. Ne laissant aucun répit à son adversaire, elle frappa une seconde fois, cette fois au thorax de sa cible, la faisant s'effondrer sur le sol dans un gargouillis grotesque. Faisant une acrobatie pour ensuite venir chevaucher son ennemi, Talia frappa avec le reste du couvercle la tête du mafieux. Il n'émit qu'un grognement sourd alors que les os de son crâne se brisaient. Talia ricana, et frappa de nouveau. Cette fois, un bruit humide résonna. Elle frappa encore. Le corps du bougre émit un tressaillement ridicule. Elle frappa encore. Le sang gicla et éclaboussa son visage, qui était marqué par une expression d'excitation malsaine. Elle renouvela son oeuvre. Encore, et encore. A la fin, il n'y avait plus de couvercle, les débris s'étaient logés soit dans ce qu'il restait du crâne de sa victime, soit s'étaient retrouvés projetés un peu partout dans une gerbe de sang. Reprenant doucement son souffle après avoir enfin cessé de rire aux éclats. Talia se releva et laissa le cadavre qu'elle venait de créer sur le sol. Se dirigeant vers sa première victime, qui était au final parti sans trop de violence, elle fixa son oeuvre quelques instants.

- Non, ça ne va pas.

Elle retira alors la chemise ensanglantée du mafieux, laissant son torse apparaitre et se tacher à son tour d'un sang encore chaud. Attrapant la lame qui était sortie du bras de sa proie, la tueuse l'arrache subitement dans un nouveau gargouillis sanglant, qui manqua de décrocher la victime du mur dans lequel elle était captive. Approchant la lame de la peau du mafieux, Talia y grava dans la chaire un message claire. << Ne m'approchez pas. Ou je jouerais avec vous. >> Elle ponctua son avertissement d'un lotus qu'elle "dessina" à la va-vite sur le corps de son adversaire. Avant d'enfoncer lentement la lame dans les parties encore à l'air du mafieux, l'empalant définitivement contre le béton.
Léchant le sang qui se trouvait aux commissures de ses lèvres, la tueuse émit un soupir de satisfaction alors qu'elle s'éloignait du bar et de la ruelle, juste après avoir levé la tête pour observer les escaliers de secours qui couraient le long des murs. Il était temps à présent de se rendre dans l'appartement que lui avait indiqué le Fixer.

*
*   *


Dominant la ruelle, les deux silhouettes féminines venaient à peine de se redresser lorsque Talia venait de quitter la rue. L'une des silhouettes, vêtues d'un grand pull blanc donc une tête de mort noire stylisée ornait le tissu et dont les cheveux roses tombaient en cascades, passa ses doigts d'acier aiguisé dans la dite chevelure pour se recoiffer.

- Elle nous a vu, Signe.

A côté d'elle, la seconde forme s'étira longuement, relevant son sweat à capuche noir un peu plus, révélant son corps cybernétisé. Ses doigts formaient des sortes de petites faux qui grattaient doucement son ventre. Ses cheveux couleur lilas-argentés tombaient en cascade sur sa peau métisse tandis que ses yeux violets fixaient sa consœur.

- Peu importe Sara. Notre mission était de l'observer, pas de rester discrètes.
- Ben, c'est un peu le but, si on veut pas qu'elle devienne méfiante. Et puis pourquoi avoir envoyé ces débiles plutôt que nous?
- Je pense qu'elle aurait fini par nous voir de toutes façons. Et je pense qu'il préférait voir sa façon de faire avant.
- J'aime bien son style. Mais on aurait dut en profiter pour nous jeter sur elle.
- Ce n'était pas notre mission.
- Tu n'es pas fun. Pas fun du tout.
- Qu'importe. Allons prévenir le Doberman.
- Meh.

D'un bond, les deux femmes quittèrent l'escalier contre lequel elles s'étaient appuyées plus tôt. Elles arrivèrent rapidement aux toits, puis entamèrent leur course, quittant à leur tour les lieux, tandis que plus bas, les cris des personnes se trouvant dans le bar résonnaient. Ils avaient trouvé les corps.

*
*   *


Arrivant finalement dans le couloir qui menait à l'appartement qu'elle cherchait, Talia tapota l'oreillette que lui avait remis l'omniaque chargé de piloter son vaisseau.

- Vulk4n? Sois gentil. Si je ne donne plus signe de vie dans les prochaines 48h. Envoie un message à tous ceux qui siègent au conseil.
- Et je leur dis quoi?
- Ce que je pense d'eux. Qu'ils sont que des grosses fiottes. Et qu'Alasker devrait les diriger. Talia terminé.

Elle retira son oreillette, et la plaça dans sa poche. Il était temps pour elle de renouer avec une vieille connaissance.
Frappant à la porte de l'appartement qu'on lui avait signalé, la tueuse attendit quelques longues secondes qu'on lui réponde. Bien évidemment, seul le silence régnait. Soufflant avec une lassitude extrême, le lotus noir enfonça la porte d'un violent coup de pied et entra. Le cliquetis typique d'un mécanisme s'activant la força à se coucher contre le sol. Une pluie d'aiguilles diverses se planta contre le mur qui se trouvait quelques secondes auparavant derrière elle. Se redressant et bondissant en avant, elle sprinta au travers du couloir pour atterrir dans le salon où l'attendait un homme. Vêtu d'un grand costume dont les néons bleutés tranchaient avec le noir de sa veste, l'asiatique à lunettes dévisagea quelques instants la tueuse tandis qu'il la menaçait d'un pistolet lourd. Ses yeux s'agrandirent alors qu'il baissait son arme.


- Talia?
- Un pistolet, sérieusement?
- Tu es en vie?
- Non je suis un fantôme venu te hanter, bougre d'imbécile.
- Mais... Je pensais que...
- Que tout le monde venant du Lotus était mort? Et toi alors? Si tu as survécu, d'autres aurait pu non? Tu te pensais quand même pas au dessus des assassins, si? Et puis c'pas comme si je balançais mes holovids un peu partout sur le dark web.
- Je...
- Bref je m'en fous, c'était quoi ce piège à l'entrée?
- Ceux pour qui je travaille ont les clés, et n'ont pas l'habitude de forcer la porte. Le piège sert à abattre tout intrus.
- Efficace.
- Tous n'ont pas eu le droit à tes améliorations.
- D'ailleurs, c'est pour cela que je viens te voir. J'ai même pu observer ton boulot sur deux gus.
- Comment ça?

Elle s'installa dans le sofa, ne tenant absolument pas compte de son interlocuteur, et plaça ses pieds sur la table basse se trouvant à côté. Tournant la tête vers l'homme, elle le dévisagea quelques instants, observant les nombreuses marques cybernétiques courant le long de son cou et de son visage.

- J'aurais besoin de ton aide. Je veux évoluer.






Oh je t'en prie Invité... Agonise lentement.... Ne meurs pas trop vite....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

L'éclosion du Lotus. [SOLO] [Public Averti]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-