- Registre des Rps
- Groupes.
- Des questions ?
- Intrigues.


 

 Time to Reap [Ma capacité ultime est chargée à 100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Gabriel Reyes (?)


 ►Localisation :
Dans les ombres


 ►Affiliation :
Talon occasionnellement


 ►Equipement :
Pompes funèbres : Deux fusils à pompes

the world can always use more heroes
avatar
Le Faucheur
Death takes us all
Dim 11 Juin - 5:00



L'avenir s'annonce sinistre.
Le noir me va si bien.

►NOM : Reyes
►Prénom(s) : Gabriel
►Pseudonyme(s) : Faucheur
►Age : 56 ans
►Nationalité : Américaine
►Profession : Assassin, chef des opérations.
►Groupe : Talon
►Avatar : Reaper (Overwatch)
►Equipement : Pompes funèbres : deux fusils à pompes. Des grenades fumigènes.
►Avis sur la chute d'Overwatch : L'établissement n'était plus aussi agréable depuis que la direction avait changé. Pas étonnant que la critique fut virulente et qu'il dû fermer.
►Si concerné(é) ou au courant, un avis sur le rappel des ex-agents d'Overwacth ? Tous ne vont surement pas répondre... Et c'est peut être ma faute. Oupsi.
►Avis sur les Omniaques : Des boites de conserve côtoyant des sacs de chair. Rien à dire de plus : ça meurt c'est l'important.
►Une prochaine guerre, serait-ce probable ? Cela ne me paraît pas complétement à exclure mais je n'y participerai pas. Après tout, l'extermination et le carnage des troupes d'Overwatch ne sont pas, à proprement parler, une guerre pour moi. Car pour qu'il y ait guerre il faut des ennemis crédibles potentiels.
►Des détails significatifs ? Gabriel Reyes naquit dans un quartier très vivant de Los Angeles et s'engagea comme volontaire dans l'armée dès l'âge requis atteint.







L'esprit d'équipe ? Assurèment, le jeune officier Gabriel Reyes le possédait en son temps. Dans la technique. Couvrir les arrières de ses partenaires sur le champ de bataille était une disposition somme toute devenue naturelle et il excellait dans l'art de faire des merveilles avec une formation de soldats plus que réduite. Si ses équipiers n'étaient qu'une somme de rôles à placer et ordonner, la cohésion serait assurée. Cependant ce n'était pas le cas et à chaque imprévu sur le terrain il devait concilier avec autant de caractères et de personnalités différentes qu'il ne savait pas gérer. Fort heureusement, ces moments de crise restaient très exceptionnels et ses opérations sur le terrain n'essuyaient qu'occasionnellement des pertes.  Ces résultats méritants lui valurent de nombreuses décorations, une réputation solide et une montée en grade fulgurante.
Son intégration au programme "Programme de Renforcement de Soldats" au début de la guerre omniaque fut une évidence pour sa hiérarchie qui le proposa au protocole. Et en effet, sa place était ici, bien plus que beaucoup de soldats qui n'avaient vu de la bataille que ce que leurs parents gradés avaient pu leur en raconter. Gabriel Reyes n'était pas très amène avec ... et bien... les gens en général. Il était un solitaire et ne cherchait pas à se faire apprécier. Tant mieux, ce n'était pas le cas, étant vu comme "un trou du cul" et un "connard d'opportuniste". Avec le recul, il aurait mieux valu que rien ne change de cette époque. qu'il ne connaisse pas l'amitié pour que Reaper ne subisse  trahison, qu'il ne connaisse pas la joie pour que Reaper ne subisse  la tourmente et qu'il ne connaisse pas l'amour pour que Reaper ne subisse l'abandon.
Le début de la fin de feu Gabriel Reyes fut d'être l'un des deux composants d'une alchimie dangereuse et fascinante, l'autre étant un soldat du nom de Jack Morrison. Il le rencontra en pleine expérimentation du protocole ou devrait-on dire en pleine hécatombe - car le programme faisait peu de rescapés. Au début des tests, Morrison était un petit rural venu de nulle part mais ami avec tout le monde. Il fallait le dire, sa tête de play-boy/ boy-scout n'inspirait résolument pas à Reyes de l'amabilité. Le premier mois, seul deux pourcents des expérimentés avaient montré des signes de faiblesse. Le latino s'en sortait avec de légère céphalées, rien de très décourageant et sa joie quand il voyait Morrison quitter la salle du réfectoire en vitesse le teint vert placide lui faisait bien oublier le petit maçon dans son crâne.
Pourtant, et rien ne le prédit, à force d'insistance de la part du blond et peut être car au fil des mois le pourcentage de mortalité était passé de 5% à 85%, ils devinrent amis. Pas qu'amis... Meilleurs amis. Le genre de duo qui ne pouvait que se consolider à chaque épreuve. Du moins semblait-il. Soldats, survivants d'un programme dont les taux de survie avoisinait les 7%, armes de guerre perfectionnées, Morrison donnait l'espoir lors des combats et Reyes, plus cynique le portait tout de même avec lui. Leurs états de service exceptionnels les propulsèrent à la tête d'une unité d'élite composée des meilleurs agents de la planète. Ana Amari ; sniper à l'oeil cybernétique, Wilhelm Reinhardt ; un soldat allemand à l'armure hors du commun et Torbjörn Lindholm ; armurier de génie et fier combattant quand la situation le demandait. Le commandement de la troupe revint à Reyes qui était un génie en stratégie militaire. Jack Morrison devint son second ; bien plus capable que lui de gérer les conflits pouvant éclater dans leur équipe aux personnalités fortes et divergences. Ana était l'alliance parfaite de ces deux fonctions et veillait avec intelligence et vigilance sur ses camarades. En ces temps, alors qu'ils étaient l'un des derniers assauts encore possibles de la part d'une humanité en péril, ils sacrifièrent bien des choses derrières eux dont certaines valeurs morales. Tous le vivaient d'une façon particulière et le commandant était sûrement le moins réticent à rentrer dans ce genre de jeux dangereux : celui qui voulait qu'on viole toute règle tant que la victoire était décrochée à terme. Et elle le fut, ils décrochèrent à eux cinq un miracle quand ils arrêtèrent le plus grand omnium encore en activité.
Normalement à ce moment-là ils auraient dû fêter leurs victoires et retourner dans leurs armées respectives, répondre à quelques interviews, être décorés et recevoir un poste haut placé loin des champs de batailles. Mais personne ne souhaitait raccrocher ; ni eux, ni les nations unies dont ils dépendaient. Des guerriers d'élite aussi efficaces pouvant agir internationalement, c'était une aubaine pour le contrô... la protection des populations en ces temps d'après-guerre. Overwatch fut donc officialisée, glorifiée, le nouveau terreau d'une politique de surveillance internationale appréciée et valorisée par l'opinion publique. Pour que tout se passe sans accrocs, les combattants furent mis en avant, passant plus de temps dans les premières années à poser pour des magazines qu'à s'intéresser aux nouvelles menaces terroristes, guidés par les mains contraignantes des nations-unies. Heureusement, Reyes ne connut pas ce sort puisqu'il fut évincé dès l'officialisation de l'organisation et son retentissement. Pour deux raisons ; la première, la plus évidente est qu'il n'avait pas la figure pour assurer ce nouveau rôle ; caricature d'une vieille armée dure et refermée sur elle-même avec son cynisme et les nombreuses balafres balayant son visage. La deuxième, plus subtile est qu'Overwatch ainsi sous la lumière des projecteurs, n'était plus libre d'assurer la partie clandestine sacrifiant l'éthique au profit des résultats. Comme toute organisation respectable le faisait. Alors fut-on contraint de créer une nouvelle branche d'Overwatch, classée secret défense et de la mettre entre les mains d'un homme expérimenté, aussi bon que ces soldats d'élites mais moins illusionnés. Plus efficace. L'ancien commandant Gabriel Reyes s'avéra parfait pour ce poste, et cela tombait bien puisqu'il se retrouvait au chômage, le commandement du nouveau Overwatch confié aux bons soins de Jack Morrison ; héros de cette guerre comme le démontraient toutes les affiches. Y avait-il-eu un autre chef avant lui ? Personne n'y fit mention, seul certains nerds s'attardaient encore à le rappeler, des rabats joies.
Le soldat émérite ne prit pas la peine de s'exprimer à l'encontre de cette option car c'est ce qu'il était ; un soldat. Depuis son plus jeune âge. Peut-être n'avait-il pas d’œillères comme certains mais il connaissait son travail et ses responsabilités. C'est ainsi qu'il prit la tête de BlackWatch se faisant discret et oublié.
Au bout de plusieurs année, BlackWatch étaient composée de peu de membres, des agents sans plus rien à perdre pour la plus grande majorité. Overwatch de son côté n'avait jamais été aussi florissante, engageant à tour de bras des excentriques venant des quatre coins du monde. Ils paradaient, faisaient des leçons de morale et cachaient les agents de BlackWatch travaillant dans leurs dos pour leur ouvrir un chemin pas toujours reluisant. Si seulement il ne s'agissait que d'une bande d'incompétents, mais Reyes n'était pas si ignorant. Les scientifiques d'Overwatch lançaient des vaccins révolutionnaires anéantissant des pandémies entières avec brio et leurs avancées en terme médicaux étaient presque aussi efficaces que leurs actions environnementales. Rien n'était jamais tout noir et peut être était-ce peu cher payer pour cacher la merde qu'ils avaient sous les chaussures mais leurs agents en étaient adulés.
Reyes, agé de presque 45 ans regarda le coeur de synthèse d'Overwatch qui faisait la une de tous les journaux généraux. Son regard était perdu sur les caractères numériques.
-Boss, ils l'ont amené.
-Ah oui ? Répondit Reyes d'un air absent en entendant son agent l'interpeller.
-J'peux m'en occuper, si v'z'êtes occupé.
-Ca ira, je vais y aller. Il posa sa tablette et remonta sa capuche. En passant, le commandant de cette troupe de fantômes posa une main sur l'épaule du gosse. Tu mets toujours une heure de plus à récupérer les informations.
Il avait sous ses ordres des cas complètements désespérants... et désespérés. D'anciens membres de gang, Yakuza, criminels... des scientifiques spécialisés dans les armes chimiques et des médecins habitués à s'occuper des prisonniers les plus détruits. Rien de positif ne pouvait en sortir et ce n'était pas le but. Tout été si efficace, tout été si préventif, ouvrant la voie à Overwatch sur tous les continents. Une voie pavée de sang et d'intimidation, de corruption et de manipulation.

Alors quand BlackWatch sorti de l’ombre, exposé comme autant de clichés volés dans les tabloïds, quand enfin le monde se rappela que Gabriel Reyes existait, ce fut pour lancer une vague de protestation et de procès internationaux. Il n’y avait pas une semaine où la photo du commandant de BlackWatch, que ce soit une photo prise par un journaliste téméraire ou celles d’archives de ses jeunes années de service, n’apparaissait pas en lettre de sang. Affolant la population mondiale. Des mois, il essuya leur harcèlement alors qu’Overwatch… Alors que Morrison tentait de calmer le jeu. Et ça, ça le faisait vomir de devoir passer par Jack, le beau Jack, le grande Jack, pour régler ses affaires car il n’avait le droit d’en faire autrement. Son seul réconfort était que bientôt sa figure héroïque fut tout aussi attaqué que celle de démon qu’il endossait. On ridiculisait le blond dans les journaux et on lui demandait des réponses, et aucune des réponses de Jack ne lui donna du baume au cœur.

Voilà que les deux branches de l’organisation, la principale et la clandestine, qui avant cela se coordonnait plutôt bien par leurs indépendances respectives, se sabordaient entre elles. Chaque faux pas était relevé et amplifié, les relations étaient tendues entre les deux organisations. Les relations étaient aussi tendues entre Jack et Lui. Entre Ana, fidèle à Jack, et lui. Entre les anciens membres de sa petite troupe d’élite et lui. Ses deux seuls amis, Amari et Morrison ne le rejetait pas… non, c’était pire, ils ne le « comprenaient plus ». Ce qui sous-entendait qu’ils l’avaient fait un jour. Non, ils n’avaient juste jamais eu besoin d’y prétendre avant, quand chacun s’occupait de ses petites affaires.

Cette situation en chien de faillance entre les deux branches dura des années, des années qui les déchiraient en tant que groupe mais aussi en tant qu’humain. Reyes se refermait sur lui-même, trop loin de ses anciens soldats. Jack et lui ne partageaient plus rien alors que l’étendu de ce qu’ils avaient en commun s’étendait infiniment bien avant toutes ces politiques froides et manipulatrices.

Reyes, pour donner une chance de survie à son organisation, se rendit plus efficace que jamais. Il fit des choses que même lui avait pu regretter. Tous se termina alors qu’il avait passé la cinquantaine. Quand Jack et lui se retrouvèrent au quartier général de Zurich pour régler leur compte. Les hurlements qu’ils lâchaient au sein de ces murs majestueux étaient autant de lame qu’ils envoyaient sur une relation dont le deuil était imminent. Et le bâtiment parti en fumée dans une explosion, emportant leurs cris avec lui.

]Plus de détails ici - RP]
Sa gorge le brûlait alors que ses mains cherchaient à tâtons des repères dans cette brume de plâtre. Il appuya son épaule contre une poutre tordue en toussant, sa main gantée serrant sa poitrine alors qu’il sentait tout le poids du danger pesant sur ses poumons. Son corps désarticulé progressait alors qu’il balançait spasmodiquement ses bras devant lui pour tenter sans succès de se dégager une voie, cherchant désespérément une pointe de lumière dans cette tornade de poussière opaque. Il avait eu l’espoir d’appeler des renforts mais avait aussitôt déchanté alors que ses doigts ne purent que constater un manque là où été sensée se trouver son oreillette : rien… juste du sang coulant à l’endroit où son oreille aurait dû être présente. Seul… Rien de bien inhabituel.

Le commandant d’Overwatch se trouvait à l’est de la pièce lors de leur affrontement, près de la fenêtre. Le souffle de l’explosion l’aurait projeté par la fenêtre avant que le plafond ne s’écroule. Pourtant à aucun moment Reyes ne douta qu’il était toujours vivant. C’était une évidence, autant que son cœur battait encore.

Gabriel Reyes s’extirpa de l’entrée saturée du sas pour entrer dans le hangard presque à quatre pattes, la main tendue vers une silhouette. Son esprit commençait à perdre le fil et à s’embrumer, c’est peut-être pour ça qu’il n’entendit pas le bruit sourd de la structure et la poutre rompre au-dessus de lui. C’est surement pour ça qu’elle put écraser son bassin et sa poitrine sans qu’il ne change l’expression rassurée qui animait son visage rude. Seule le voile de la mort passa sur ses yeux alors qu’il était allongé sur le ventre, écrasé par plusieurs tonnes de ferraille et la main tendue devant lui.

Cette silhouette qu’il avait aperçu avant sa fin, c’était le médecin d’Overwatch, Ange qui arrivait en accourant pour aider les blessés de l’explosion. Elle arrivait trop tard, son souffle s’était éteint. Trop tard ? Pour elle non. Après de nombreuses manipulations elle l’extrayait des gravats et elle avait en sa possesion un produit expérimental.  Il s’agissait d’une nouvelle version du projet Caducée qui utilisé une particule de nanotechnologie encore plus fine, avec la possibilité de soigner des blessures encore plus profondes, plus graves et peut-être la possibilité de redonner des signes vitaux à ceux qui étaient morts depuis quelques minutes. Alors, levant son bâton, elle lança sa technologie à pleine puissance pour tenter de le ramener.

Pouvez-t-on ramener les morts ?

La pièce s'assombrit alors que le rayon de vie se corrompait en quelque chose de plus ... mauvais. La lumière resplendissante qui régnait sur les lieux se transforma vite en une implacable chape de plomb noire et rouge, alors qu'un vent dangereux et glacial s'élevait autour de la jeune femme et du macchabée.

Les doigts de Gabriel Reyes tressautèrent un instant. Puis soudain il se contorsionna en hurlant alors le noir prenait possession de ses veines. Ses cris semblaient pure souffrance et résistance, comme si une armée de rats le dévoraient de l'intérieur.

La mort qui coulait dans ses veines se nourrissait de la rancœur et de la colère qui emplissait son être. Tous les sentiments qui le consumaient aidaient la chose à se diluer dans son âme. Trahison, peine, oubli. Elle finit d'achever ses résistances.

Le réceptacle se contorsionna, se retournant et tentant vainement de se relever. A quatre pattes, les cris de douleurs se transformaient en râles inhumains alors que son corps se disloquait et s’effritait, les cellules mourants et renaissant dans une douleur insoutenable. Sa peau devint blanche, ses yeux s'injectèrent de sang et son visage prit un aspect monstrueux ; os transperçant la peau et chair manquante révélant les muscles de sa mâchoire. Le reste était caché par ses vêtements mais ne devait pas être dans un meilleur état. Ses hurlements s'estompèrent pour laisser place à des halètements rauques. Sa vision faite de noir et de sang tenta de se concentrer sur sa main, main qui laissait échapper à chaque mouvement des volutes de fumée d'encre.

Trahison.

Un rire gutturale et saccadé s'échappa de sa gorge malmenée alors que son corps se dispersa, volatile avant de se reformer debout et conquérant. Son regard rouge sang tomba sur le jeune docteur. Le jeune docteur d'Overwatch. Overwatch, ce nom fit brûler une colère sourde en lui qui lui en donna mal à la tête.

Ange, face au monstre de cher et de sang qu’elle avait en face d’elle, prit la fuite avec succès.

Vengeance

[Fin partie Rp]

Le nouvel être lui, était assoiffé de carnage et voulait rayer Overwatch de la carte, écharper tous les membres de cette organisation qui l’avait dépossédé de tout jusqu’à sa vie.

Pour cela il rejoignit l’organisation terroriste du nom du Talon pour y officier comme assassin  et avoir leurs ressources.







►Pseudo :
Le Faucheur
►Comment avez-vous connu le forum ?
Fonda
►Une remarque ? Overwatch va mourir !
►Avez-vous un double compte ? Christopher Miller




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Angela Ziegler


 ►Localisation :
Zurich, Suisse


 ►Equipement :
Armure Valkyrie et techno-bâton Caducée

the world can always use more heroes
avatar
Ange
Heroes never die
Lun 31 Juil - 8:33

Tu n'as même pas dit comment tu avais connu le forum Razz




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Gabriel Reyes (?)


 ►Localisation :
Dans les ombres


 ►Affiliation :
Talon occasionnellement


 ►Equipement :
Pompes funèbres : Deux fusils à pompes

the world can always use more heroes
avatar
Le Faucheur
Death takes us all
Sam 28 Oct - 20:04

Et voilà, tout est rajouté et mon histoire a été augmentée ! o/




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
周美灵


 ►Localisation :
Au labo !


 ►Affiliation :
Neutre, scientifique


 ►Age :
32

the world can always use more heroes
avatar
Mei-Ling Zhou
Freeze don't move !
Dim 12 Nov - 14:13

Entre toi et ce personnage c'est l'amour fou ! Quelle fiche, quelle matière, merci pour ce moment !! J'ai même appris des expressions que je ne connaissais pas comme "chien de faillance".
Hana =3 Hana =3




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Time to Reap [Ma capacité ultime est chargée à 100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-