tears aren't a woman's only weapon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Jeu 28 Juin - 20:53



 
Goddess Of War



 

 
Carte d'Identitée

►NOM : Comment en oublier la grandeur du sang qui accompagne le titre majestueux, Stellarium comme la promesse d'un royaume à venir, comme la beauté des paysages de sa terre natale ; la princesse des corbeaux se veut sans couronne. Il n'y a que le sang et l'excitation de la folie qui tonne en elle depuis sa plus tendre enfance ; et ses parents ne voyant pas le démon grandir, l'ont bercés des plus douces paroles faisant d'elle, le plus vicieux des délices.
►Prénom(s) : Les palabres mortelles du prénom acérées par la mère adorée. la première fille, sacrée enfant divin que l'on salue d'amour d'un prénom des plus doux. Astrale si suave que les langues en tanguent sous le palais, prononciation aiguisée et le diable se languit de sa douce Astrale, princesse de ses enfers et héritière d'un trône ensanglantée.
►Age : Poupée nocturne de la tempête et des tornades ; cela fait vingt cinq années qu'elle se dandine sur la terre comme le serpent peut ramper sur le sol. Un air de poupon, bambin qui fait plus jeune que son âge, bambin décadent à l'innocence si présente sur les doux traits de son visage pulpeux ; ce corps légèrement charnu dans les endroits aux besoins, c'est pourtant la ruse et la malice qui guident ses pas depuis tant d'années maintenant, qu'elle ne compte plus. Elle ignore encore quand le diable est venu lui murmurer les plus belles paroles, elle se souvient juste du néant qu'il lui offre et la satisfaction en retour.
►Nationalité : L'enfant a pointé le bout de son nez en Italie. Ce serait un mensonge de dire que la naissance de l'enfant c'est fait dans le bonheur; quelques jours de travail des sages femmes et de sa mère pour mettre au monde le plus beau fruit du démon de ce fait elle acquis la nationalité italienne.
►Profession : Tueuse à gage sans pitié.
►Groupe : Hors-La-Loi.


 
SON AVIS SUR CE QU'IL SE PASSE

 
►Avis sur la chute d'Overwatch : Diviser pour mieux régner ainsi sa philosophie va et change selon l’interlocuteur. Elle s'était réjouie de la chute de ceux qui l'on fait devenir un monstre. Blackwatch, elle en a fait partie. La chute d'Overwatch a fait esquisser un sourire sur le faciès de la demoiselle, heureuse de voir ses ennemis tomber.
►Si concerné(é) ou au courant, un avis sur le rappel des ex-agents d'Overwacth ? Les héros ce réunissent et l'astre va devoir les éliminés, les détruirent. C'est son seul objectif, voir Overwatch disparaître tout comme la griffe, tout comme eux tous. Car l'astre est enrager prête à détruire ses ennemis un par un et le premier ennemi à détruire est Overwatch.
►Avis sur les Omniaques : Des jolies palabres dont elle se fiche. Omniaques, peu importe, ce sont des vies qu’elle doit diriger, mener vers la victoire ou la mort. Ce ne sont pas des hommes mais des marionnettes, et si l’enfant se veut un regard visionnaire et attentif, elle tente de prendre toutes les conceptions en cause dans son esprit dément. Les Omniaques lui apportent un plaisir malin dans les combats qui l’apaisent et c’est d’une passion malsaine qu’elle envoie valser son argent sur les corps et les pouvoirs, se languissant de chaque actes, chaque possibles morts. Rien ne l’arrête, tout l’intéresse, la mort des bas peuples et puissants d’une manière d’autant plus.
►Une prochaine guerre, serait-ce probable ? Possible et Astrale y prendra par.


 
MY STORY

 
Les portes de l'hôpital se sont ouvertes à la volée, laissant passer un homme visiblement affolé. Quelques flocons de neige avaient même profité de cette ouverture pour envahir le petit hall d'entrée et s'accrocher aux cheveux de l'invité surprise, encore en train d'essayer d'expliquer la situation. Ses yeux teintés de rouge à cause de la panique et sa peau presque aussi blanche que la neige encore accrochée à ses chaussures. Rapidement, on s'est précipité pour l'aider, mais ce n'était pas lui qui avait besoin d'aide, c'était sa femme. Ses cheveux en pagaille et son visage déformé par la douleur ont inquiétés les médecins, mais finalement, le diagnostique était bien moins alarmant, elle allait accoucher. Un déni de grossesse, ça n'avait rien d'exceptionnel, ça arrivait de temps en temps, et le plus souvent les parents n'en étaient pas moins heureux. C'était le cas ici, les nouveaux parents plus que charmés par cette petite fille qui, bien qu'imprévue à la base, avait réussi à les faire sourire dès ses premiers instants. C'est donc en plein Rome que Astrale Stellarium a vu le jour.

Née de deux humains relativement bien nés et avec un métier à la paye honorable, les Stellarium avaient toujours veillé à ce que leur fille ne manque de rien, pas même de l'amour de ses parents. Elle a grandi dans cet univers, avec sa famille heureuse et les amis qui allaient et venaient de temps en temps, racontant leurs voyages et parlant sans retenue de ce qu'ils pensaient de l'évolution du monde. Elle écoutait sans jamais trop comprendre au début, mais elle adorait les entendre discuter des mises en place petite déjà, elle trouvait la science fascinante et avait littéralement sauté de joie lorsque ses premières créations apparus. C'était cependant loin d'être le cas de sa mère, qui savait pertinemment de quel genre de pouvoir sa fille avait hérité. Elle avait espéré, secrètement et de toutes ses forces, que cette fois-ci, la règle ne s'appliquerait pas, de sa progéniture allait être épargnée. Alors, lorsque les premiers signes de magie étaient apparus chez Astrale, elle avait tout fait pour minimiser la chose, priant pour que sa fille finisse par rejeter cette magie trop dangereuse. Mais en la voyant s'exercer seule, c'est finalement la raison qui l'a emporté sur la peur. Il fallait qu'elle lui apprenne ou l'accident serait inévitable. Elles avaient eu une longue discussion ce jour là et elle espérait vraiment que sa fille tiendrait compte de ses mises en gardes. Sans attendre plus longtemps, elle a commencé à former Astrale, le strict minimum pour commencer, mais c'était sans compter sur l'impatience de la jeune italienne qui avait décidé de faire vivre un véritable petit enfer de glace à ses parents, les bêtises s'enchaînaient sans qu'ils ne puissent arrêter la petite tornade de gel qu'était devenue leur fille.

La solution s’était présentée à eux un peu avant les dix ans de la demoiselle. Des représentants d'Overwatch avaient proposé de prendre Astrale sous leur aile afin de lui apprendre à maîtriser son don qui, d'après ce qu'elle avait compris, lui permettrait peut-être d'aider les gens autour d'elle dans un futur plus ou moins proche. Si la plupart des parents étaient fiers de voir leur progéniture partir pour cette école prestigieuse, ceux de la jeune demoiselle étaient un peu plus réticents. L'établissement existait depuis quinze ans maintenant et ce qui les retenait n'était rien de plus que leur attachement à leur fille, ils ne faisaient que se cacher derrière une excuse qui ne tenait plus la route depuis un moment maintenant. A force de persuasion, les envoyés de d'Overwatch avaient fini par convaincre les deux parents - avec l'appui non-négligeable d'Astrale qui avait insisté pendant des jours pour y aller - à la seule condition qu'elle y entre une fois ses dix ans passés.

Elle avait regardé les mois passer à une lenteur qu'elle n'aurait jamais pensée possible. Son impatience grandissait de jour en jour et elle tentait de satisfaire sa curiosité en posant des questions à ses parents sans jamais se lasser, ne voulant pas comprendre qu'ils n'y avaient eux-mêmes jamais mis les pieds. Si cette agitation faisait sourire sa mère, son père, lui, s’agaçait de plus en plus à l'idée que sa première fille puisse partir loin de lui sans que ses protestations ne puissent y faire quoi que se soit. Peut-être sans trop s'en rendre compte, il avait même commencé à délaisser sa fille aînée pour la plus jeune, née cinq ans plus tôt et, intérieurement, il se retrouvait à espérer qu'Overwatch ne lui prendrait pas aussi son deuxième enfant. Le lendemain des dix ans d'Astrale, comme promis, les envoyés de d'Overwatch sont venus la chercher et c'est non sans un pincement au cœur qu'elle dit au revoir à sa famille. Les premiers jours ont été durs pour elle, c'était la première fois de sa vie qu'elle se retrouvait vraiment sans ses parents, ici, elle était seule. Il lui a fallu quelque temps pour se faire à cette nouvelle vie malgré les coups de téléphones réguliers de sa mère, qui lui assurait que tout allait bien se passer. Il lui a fallu quelques semaines avant de se faire des connaissances, et des mois pour se faire de vrais amis.

Au fil de son apprentissage, sa soif de connaissance ne fait que grandir et la pousse bien trop souvent à sortir en douce pour s’entraîner, elle avait même arrêté de compter le nombre de fois où elle s'était fait attraper dehors en pleine nuit parce que le sort qui venait de lui exploser à la figure avait fait un peu trop de bruit. À la longue, elle était même devenue une habituée de l'infirmerie, ses séjours y étaient réguliers et parfois bien trop longs à son goût, souvent, elle se surprenait à décourager alors qu'elle fixait le plafond blanc, allongée sur le petit lit, on ne peut plus inconfortable de la pièce entièrement immaculée. Apprendre à maîtriser son don était bien plus dur qu'elle ne l'aurait cru, et elle était bien moins douée que ce qu'elle espérait, mais elle n'avait que douze ans, elle avait encore tout à assimiler.

Déjà petit, Jormag était une tigresse assez imposante pratiquement aussi grande qu'Astrale. Les deux ont grandi de concert depuis leur rencontre et leur lien devenait plus fort au fil du temps. Leurs chamailleries ont toujours été plutôt amusantes à voir, même si les gens n'avaient en général que la version de l'humaine qui se gardait bien de mentionner les fois où elle avait perdu la joute face à son familier. Partageant ce goût pour le savoir et les combats, ils ont rapidement développé une synchronisation quasiment parfaite lors des exercices et des batailles, mais dès qu'il s'agissait d'une question de la vie courante, leurs manières de penser divergeaient et ça se terminait souvent en discutions sans fin. Cependant, ils n'en restaient pas moins attachés l'un à l'autre et étaient déjà prêt à tout pour se préserver des dangers éventuels. Elle parlait à son familier, fessant semblent de la comprendre et elle fessait pareille.

Cette synchronisation et cette envie d'apprendre les a conduit à réaliser quelques missions en ville et c'était là l'occasion pour eux de passer un peu de temps en dehors d'Overwatch, mais comme souvent, l'imprudence de la demoiselle les a mit dans une situation délicate, et cette fois-ci, sa gaffe avait surpassé toutes les autres. Elle avait profité d'un instant d’inattention de son accompagnateur pour filer en douce, elle tenait absolument à voir le cirque qui s'était installé dans le coin pour un temps très limité. La tigresse avait protesté encore et encore sans que sa compagne ne daigne lui accorder une once d'attention, mais avait tout de même décidé de suivre le mouvement pour garder un œil sur elle, râlant qu'elle n'avait pas beaucoup changé entre ses quatorze et ses seize ans. Son escapade au cirque avait duré presque une heure et elle savait qu'elle allait se faire disputer en arrivant au point de rendez-vous qu'elle avait fixé avec son accompagnateur s'ils venaient à être séparés. Mais Astrale n'a pu voir que le coin du petit café qu'elle devait rejoindre avant de tomber dans les pommes, suivie de très près par son familier qui s'écrasa au sol dans un bruit sourd. Tombée dans un sommeil profond, elle n'eut même pas l’occasion de sentir les bras qui venaient s'enrouler autour d'elle pour la porter et l'éloigner du lieu où elle voulait se rendre. Lorsqu'elle avait ouvert les yeux, la première chose qui l'a frappé, c'est cette sensation de faiblesse, cette impression que ses jambes ne pourraient même pas la porter si elle venait à se lever.

Elle s'était redressée dans un lit placé au milieu d'une grande pièce pratiquement vide. Son regard a fait le tour de la chambre, ici, une grande armoire, là, un lavabo et aux fenêtres, d’épais barreaux. Elle s'est levée d'un coup, à failli percuter les lattes du plancher en se prenant les pieds dans la petite couverture qu'elle venait de balancer par terre, et s'est jetée sur la porte, verrouillée bien sûr. Elle commençait vraiment à paniquer et son cœur s'emballait beaucoup trop, à ce rythme, elle n'allait pas tarder à se mettre à pleurer. Les larmes commençaient déjà à lui monter aux yeux lorsqu'elle a comprit qu'elle venait que se faire kidnapper à cause de son imprudence, si elle était resté près de son professeur, cela ne serait jamais arrivé. La poignée de la porte s’est tourné d'un coup et l’ouverture a laissé passer une grande femme, pas très vieille, elle devait avoir un peu plus de vingt ans, mais Astrale n'avait jamais été très douée pour deviner l'âge des gens de toute façon.

La nouvelle venue lui a tendu une petite bouteille remplie d'eau en lui assurant qu'elle ne risquait rien, mais la jeune demoiselle a juste reculé d'un pas en détournant la tête, bien résolue à garder la bouche fermée. Sa mère lui avait bien trop souvent répété qu'elle ne devait sous aucun prétexte boire de l'eau dont l'origine lui était inconnue, le risque de devenir malade était bien trop grand. Un soupir avait échappé à sa geôlière qui a ensuite posé le récipient sur la table basse, près du lit où s'est assise la prisonnière. Dans un haussement d'épaule, son interlocutrice a baissé sa manche en commençant à repartir, sans se retourner, elle a prévenu que d'autres personnes viendront et que ce serait bien si elle pouvait se montrer un peu plus coopérative avec eux. La porte s’est refermée dans un claquement et l’adolescente a laissé les larmes couler silencieusement. Elle observait le soleil se lever par la fenêtre et se cachait du mieux qu'elle le pouvait pour éviter la lumière, incapable de se souvenir de ce qui s'était passé et depuis quand elle était ici. Elle n'avait même pas souvenir d'avoir senti quoi que se soit avant de s'écrouler dans la ruelle. Rapidement, le soleil a envahi la pièce et il a fallu qu'elle attende encore quelque longues minutes avant que la porte ne s'ouvre de nouveau, sur un homme cette fois. Il a jetté un rapide coup d’œil à Astrale avant d'aller fermer les rideaux pour qu'elle puisse bouger librement. Pourtant, elle refusait toujours de bouger, ce qui agaçait particulièrement son hôte qui a l'air bien moins patient que celle de tout à l'heure. Il a attrapé la demoiselle par le bras et l’a violemment tiré de sa cachette pour l'asseoir sur le lit, elle a poussé un cri et a tenté de forcer autant qu'elle le peut. Il a lâché un grognement et a appeler quelqu'un dans le couloir par un nom qu'elle ne retiendra pas tout de suite, elle a profité de ce petit instant d’inattention pour mordre de toutes ses forces le bras qui la retenait prisonnière. Il a lâché prise assez rapidement et elle n'a pas attendu plus longtemps pour filer vers la porte restée déverrouillée, mais sa course est rapidement stoppée par un nouvel arrivant, surement celui qu'on venait d'appeler. Il l'a attrapé par les épaules avant de lui parler d'une voix douce qui n’a en rien apaisé la demoiselle, alors, comme un dernier recourt, il a posé sa main sur la joue de la fuyarde qui se sent de nouveau lourde. On la rattrape in-extremis avant qu'elle n’ait touché le sol et de nouveau, on l’a emmené sur le lit qui semblait être devenu sa place attitrée.

Bien éveillée et pourtant dans l'incapacité de faire des mouvements précis, elle a été obligée d'écouter son ravisseur. Il parlait d'une voix douce et s'est présenté sous le nom de Gabriel pendant qu'il préparait Astrale à une prise de sang assez importante au vu de la poche qu'il venait de relier à son bras. Elle s'est affolée intérieurement en voyant le liquide rouge glisser le long du tube et faire grossir petit à petit le sachet transparent. Lui, il continuait de lui parler, comme pour la distraire, il évoque Amélie et Dimitri qu'elle a pu rencontrer plus tôt, mais se tait sur les raisons qui le poussent à lui faire ça. Une fois la prise de sang finie, il a lâché le bras de l'adolescente qui, à la fin du contact physique, a peu à peu commencé à reprendre ses esprits. Mais lorsqu'elle est enfin complètement maîtresse de son corps, ils étaient déjà partis et la porte était de nouveau close.

Les journées se ressemblaient toute pour Astrale. Le matin très tôt, on venait lui faire boire une boisson étrange, le plus souvent, c’étaient Dimitri et Amélie qui s'y collaient, le premier n'accordait généralement pas un mot ou un regard à la jeune demoiselle et se contentait de lui donner son repas, la jeune femme par contre lui parlait un petit peu, la complimentait sur ses cheveux, ses yeux et son familier qui sont « magnifiques » selon ses dires, un jour, elle l'a même embrassé et plus le temps passait, plus elle le faisait souvent. Elle ne comprendra que bien plus tard qu'Amélie était en réalité une manipulatrice en or. Une fois le repas passé, elle n'avait qu'à attendre la fin de matinée pour que Gabriel vienne lui faire sa prise de sang, mais rapidement la prise de sang journalière était passée à deux, puis trois avant de repasser à deux. A force de questionner le seul qui voulait bien lui parler pour autre chose que son énergie vitale inépuisable, elle a réussi à avoir une réponse pour le pourquoi de ce kidnapping et des prises de sang. Elle était restée sans voix lorsqu'elle avait appris que son sang était revendu sur le marché noir en tant que drogue aux effets curatifs. Elle était là depuis une semaine maintenant et de temps en temps, on la laissait sortir de sa chambre pour aller voir Jormag qui se retrouvait enfermé dans une grande cage à oiseau. De ce qu'elle avait pu en voir, elle se trouvait dans une grande maison à plusieurs étages et avec plusieurs dizaines de pièces, elle et son familier se trouvaient au deuxième et la sortie se trouvait juste à l'étage en dessous. Elle attendait depuis trop longtemps à son goût. Elle avait espéré qu'on la sauve au début, elle était loin d'être maltraitée pourtant, mais savoir sa famille inquiète pour elle la rendait malade et pleurer chaque soir en pensant au dehors commençait à l'épuiser mentalement. Il fallait qu'elle tente quelque chose.

Jormag était complètement contre ce plan, stupide d'après lui. Ils devaient attendre qu'Overwatch les trouve et tenter de fuir eux même n'apporterait rien de bon. Mais là encore, Astrale n'avait rien voulu entendre. Elle avait dû attendre trois jours de plus pour voir une opportunité. Ce jour-là, Dimitri était seul pour la garder et il allait devoir s'occuper du repas et de la prise de sang. Elle le connaissait juste assez pour savoir qu'il s'agissait d'un homme assez mince et elle pensait vraiment pouvoir le gérer s'il était seul. Elle avait attendu d'avoir fini de manger avant de passer à l'acte, pour être en pleine possession de ses moyens. Innocemment, elle avait demandé à ce que la fenêtre du fond de la pièce soit ouverte et dans un grognement, il avait accepté, sûrement que Gabriel et Amélie lui avaient demandé d'être gentil avec elle pendant leur absence. Une fois la fenêtre ouverte et Dimitri près du mur, elle n'a pas hésité une seconde, elle a lancé un rayon de glace avec juste assez de puissance pour qu'il se retrouve le bras gelé et attaché à la tapisserie. Sans attendre plus longtemps, elle avait quitté la pièce et se débattait avec la cage de sa tigresse qui ne voulait pas s'ouvrir, dans la précipitation et avec l'adrénaline qui montait, elle n'a pas entendu les pas précipités dans le couloir, trop concentrée a tenté d'ouvrir cette cage. Elle avait laissé s'échapper un petit cri de victoire en sentant le verrou sauter sous ses multiples essais. Mais sa joie ne fut que de courte durée puisque presque instantanément, elle sentit la lourde main de son geôlier s'abattre sur son épaule pendant de l'autre refermait la cage d'un coup sec.

Elle a senti qu'elle allait payer très cher sa tentative d’évasion en croisant le regard plein de colère de celui qui devait la surveiller. S'il ne s’était jamais montré désagréable ou violent avec elle jusqu'à présent, c'est parce que les deux autres faisaient tout pour le calmer lorsqu'Astrale le poussait à bout, mais là, il n'y avait personne à part eux. Il a ramené l’adolescente dans la chambre avant de claquer la porte avec une force et une colère qu'elle n'aurait jamais crue possible. Après avoir jeté la demoiselle près du carré de lumière que laissait passer la fenêtre encore ouverte, il n'a pas hésité à la maintenir et le gifler à plusieurs reprises. Du coin de l’œil, elle a vu sa peau rougir légèrement, puis de manière beaucoup plus marquée et plus le temps passait, plus la douleur s'intensifiait. Prise de panique, elle s'est mise à se débattre violemment, mais sa force ne pourra jamais dépasser celle de son adversaire sous l'emprise de la colère, alors elle a subi, et elle a hurlé, fort et longtemps sans pouvoir s'arrêter. La douleur était insupportable il saisit une flamme qu'il étale sur le bras d'Astrale qui remarque rapidement son bras qui carbonisait petit à petit ne faisait qu’amplifier la peur déjà bien présente dans ces entrailles. Arrivé un moment, la douleur était telle qu'elle s'était évanouie, et c'est seulement à ce moment-là seulement que son tortionnaire a jugé la punition suffisante. Il l'a laissée seule, au milieu de la pièce et n'était pas revenu de la journée.

Elle s'était réveillée le lendemain, le bras bandé dans une serviette humide et froide, son regard a croisé celui de Gabriel qui était assis près d'elle, et ça lui a fait l'effet d'un coup de fouet. Elle s'est relevée d'un coup pour se jeter dans un coin de la pièce, recroquevillée sur elle-même et lui criant de ne pas s'approcher. Il tentait de lui parler, mais en vain, elle voulait juste qu'il s'en aille, en silence, il s’est exécuté, mais avant de quitter entièrement la pièce, il lui a jeté un dernier regard et un « je suis désolé » qui a fait sursauter Astrale. Durant les deux jours qui ont suivi, l'adolescente a refusé de se nourrir, et les perfusions ont dû être interrompues pour éviter qu'elle ne meure d'un trop grand manque de sang. Les tentatives d'Amélie et Gabriel pour réussir à l'approcher étaient complètement vaines et bien vite, il a été question de la remplacer. Ils ne savaient pas trop quoi faire d'elle et ils se demandaient s'il valait mieux la faire taire pour toujours ou la laisser retrouver sa vie. Ils n'ont pas eu l'occasion de se poser la question longtemps, le lendemain, les forces de l'ordre avait déjà envahi les lieux, et s'ils avaient réussi à s'échapper tout les trois, Astrale, elle, avait été laissée sur place. Elle est rapidement prise en charge par les personnes compétentes, et au bout du compte, elle avait disparu pendant dix-sept jours.

Le reste s’est enchaîné très vite. Ses parents sont plus que soulagés et heureux de la retrouver et sa petite sœur l'est tout autant, en voyant l'état de son bras, son père s'en ait prit sans ménagement à Overwatch qui n'a pas pris la peine de la retrouver. Astrale était dans un état second et n'a pratiquement aucune réaction lorsqu'on lui apprend que l'amputation et la prothèse sont la seule solution viable pour son bras, seules les larmes, devenues bien trop habituelles à son goût, ont coulées. Il lui a fallut un certain temps avant de se remettre à vivre normalement et c'est finalement après un mois de repos qu'elle est revenue chez Overwatch, allant contre la volonté de son père. Elle voulait devenir forte, elle avait détesté se sentir aussi faible et impuissante dans cette grande maison, et elle était déterminée à trouver un moyen de se défendre toute seule. Elle s’entraîne sans relâche, abandonne ses amis et se coupe même des relations sociales pour devenir plus forte. Apprendre et travailler sa magie sont les seules choses qui l’intéressent désormais. En trois ans, elle parfait son apprentissage, et même s'il lui reste encore des choses à apprendre, elle considère qu'elle n'a plus grand chose à retirer de l’école et c'est à dix-neuf ans qu'elle a quitté l'Académie, diplômée et déterminée à découvrir le monde par elle-même sous la tutelle d'Overwatch.

Trois ans plus tard, du haut de ses vingt-deux ans, Astrale était devenue une chasseuse de primes redoutable, acceptant les missions avec une paye qu'elle jugeait assez élevée, et n'hésitait pas à négocier les prix si l'envie lui en prenait. Elle a enchaîné les traques sans jamais se lasser et sans y prêter une grande attention, jusqu'au jour où elle est tombée sur une annonce bien particulière. En soit, pour n'importe quel autre chasseur, cette mission n'aurait rien eu d'exceptionnel, mais pour elle, elle avait le goût de la vengeance. Elle devait trouver un petit groupe de trois personnes, un homme assez mince à la chevelure noire cauchemar, une demoiselle à la peau pâle et un humain capable de droguer les gens avec un simple contact physique, ils étaient recherchés pour ventes illégales, ce qui, à la base n'était qu'un petit groupe en recherche d'argent facile, avait définitivement attirer l'attention d'Overwatch. Ils avaient été repérés près d'une foret et comptaient quitter le continent pour l'Asie, il fallait qu'elle les arrête avant. Lorsqu'elle les a trouvé, elle s'est amusé et a prit tout le temps qu'il lui fallait pour assouvir sa vengeance, seul Gabriel a réussi à repartir vivant grâce à son pouvoir qui avait, une fois de plus, mit Astrale hors d'état d'agir, mais il n'en était pas moins bien amoché. Un jour, elle le retrouverait et finirait le travail, elle se l'est promis.. Après cet épisode son côté tortionnaire ressort de plus en plus obligeant Overwatch à l'exclure définitivement, ceux qui l'avaient abandonnée une première fois l'abandonne une seconde fois.



 
PHYSIQUE & CAPACITE

 
C'est à peine perceptible. Ce ne sont que des cendres qui se laissent soumettre sur un lac clair, aussi cristallin que la beauté d'un diamant. Lorsqu'elle entre en action, c'est accompagné par son inhumanité qui dédaigne ainsi chaque parcelle des horizons ; plante, arbre et même soleil. Une promptitude qui se meut paisiblement, effleurant de peu le tapis végétal, aucun bruit n'ose briser le silence aux oreilles des plus attentifs. Mobilité d'une fauve qui défie la flore de ses pas silencieux, en tandem avec énergie à en faire basculer ses adversaires d'un regard envoûtant. La surnommée «Roi» est l'essence même d'une ombre, similaire à la souplesse et la discrétion d'une geïsha, un souffle à peine expiré. La démarche de celle-ci est une lueur qui danse au travers des domaines, un être semblant immatériel de part sa gratitude, une âme calme qui voile sa façade la plus saturnienne.

L'agonie de la possession percute son instinct, le vent mordant glisse sur son visage concentré et arrache quelques frissons incontrôlés ainsi qu'une chevelure courbée -soumise à chaque divergence de cette énergie invisible. Un tambour accéléré lorsqu'elle aperçoit ta position, la dernière goutte de sueur qui profile ta peau, elle sait à quel moment elle tombera au sol. Une désireuse du carnage, cet être divin sait animer un combat par ses contrastes brusques, mesurés. Et même si ses prunelles délavées d'un jade royal ont gardé l'obscurité de son âme, Astrale Stellarium a conscience qu'elle doit désormais s'armer d'une nouvelle scélératesse pour pouvoir combattre dans ce monde où ses pouvoirs ont été exterminés.

Le faciès crayeux de celle qui se prénomme «Déesse des Dieux» ne dévoile uniquement ses yeux à travers quelques rideaux de mèches, cette couleur cauchemar se présente, d'un noir corbeaux où de nombreux brouillards se confondent dans les montagnes. L'ovale parfait de son visage s'amuse à contrarier une Reine d’Égypte... La structuration de ses cuisses carénées et de sa fosse poplitée est le secret d'une faculté à se propulser physiquement avec agilité et souplesse. En remontant la pente de ces quilles, un fessier assuré de muscles vient se culminer délicatement d'une courbe parfaite sans oublier sa force dorsale qui ne sont véritablement pas le point fort de sa prestance. Les mystères de sa ceinture abdominale formant une vallée parfaitement tracée, dessinent de légères plaquettes. Son teint à peine bistré, préservé des rayons du soleil , confirme l'uniforme de ses pellicules alpestres. Rien n'a véritablement rayé l'épiderme de l'Archange perverti, seul son inénarrable entaille plaquée contre son torse a échappé à l'exception. Nul ne sait d'où elle peut provenir, et nul ne voudra se munir d'un tel courage pour la questionner. Son seul équipement reste son artifice principale, son bras qui n'en est pas un, c'est de la qu'elle puisse toute sa magie qu'elle la contrôle et qu'elle joue avec utilisent les pulpe de ses doigts pour faire danser l'ennemi et l'agenouille face à la Déesse des Rois.

La pulpe de ses doigts danse sur sa peau porcelaine, c'est comme si sa chair ne s'est plus offerte aux rayons lumineux, pourtant lorsque ses lèvres baisent le sérum rougeâtre de l'humain, de couleurs vives raniment les vestiges, un hâle doré ; c'est sûrement celui qu'un individu à l'apparence mortelle et faible pourrait se donner.

Rangée sous le rideau de sa chevelure, Astrale cache en réalité un visage inanimé ; sauf quand il s'agit de se ranger dans une bataille. Son regard équivoque et insondable est sans aucun doute une provocation pour ceux qui arborent une certaine timidité à la Corrompue. Mais quelques échardes persistent pour la provoquer, des échardes qui piquent et qui laissent sur leurs passages de douloureuses batailles dans le paradoxe de la survie. C'est ainsi qu'Astrale peut aussi facilement s'attirer les foudres d'un guerrier bien trop énigmatique sans se soucier qu'il peut être noyé dans son regard indifférent. Et c'est sans parler de l'affront avec celui-ci ; sa force physique est sans doute l'un de ses blizzards préférés. Enliser ses antagonistes dans une survie où l'espoir s'étiole, dans une petite mort qui les harponne férocement, sous sa prestance féline braquant ses iris de rage sur le paysage qu'elle dissèque. Au-delà de la constitution de son corps, elle se vêtit d'un incroyable tissu étendu traditionnel rendant hommage aux valeurs que son père avait tenté de lui infliger.

【Territory】; La constance de sa magie peut abattre l'espoir d'un fort et torturer les faibles pour entendre leurs miasmes sonores. C'est ce qu'Astrale considère, jusqu'à encore maintenant, comme étant la meilleure magie et le meilleur pouvoir. La propriété de l'espace est ainsi son domaine et c'est grâce à l'aide d'une énergie pure et unique que la Corrompue peut créer un véritable champ de guerre. Le plomb vous assomme en vous laissant une fente crânienne. La chaleur de votre eau devient extrêmement brûlante. Amorcé d'un souffle d'air, qui tient en unique vers. Cette ruée de substance marque votre peau et créer la discorde dans vos souffrances. Cette danse vous bouscule et vous emporte sur la piste mélangeant explosifs et changements de température. Lorsque vous pensez jusqu'ici pouvoir survivre quelques secondes de plus, ses capacités téléportatives vous emportent de haut en bas, comme un jouet, puis de gauche à droite, sous son rire qui se tint quelques fois de respirations rauques et qui ne constitue qu’un élan pour repartir dans les aiguës. Il n'y a pas de véritable choix décisif. Pas de véritable chance de survivre sous sa gangrène propagée par ses doigts. Sa magie est comme une piqûre de rappel douloureuse et constante de ce que vous êtes. Ses binocles la symbolisent ; elle est le Roi de l'échiquier.




 
Yeah Geek Power !!!

 
►Avatar : Minerva Orlando.
►Pseudo : Poudre de diamant.
►Comment avez-vous connu le forum ?
Forumactif.
►Une remarque ? Aucune.


  ©️️ Never-Utopia par Koalz

 




Revenir en haut Aller en bas
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Mar 3 Juil - 7:38

Bonjour Astrale,

Alors pour commencer j'ai pris un énorme plaisir à lire ta fiche tout en devant m'y prendre à trois fois et sur deux jours pour bien comprendre toutes les subtilités de ce que tu as écris.
La lecture est agréable, le style est beau, mais il y a beaucoup de sens cachés dedans. Ce qui n'enlève en rien la beauté de tes phrases, au contraire.
Par contre, si j'ai bien compris ton don, il est d'origine magique. Le monde d'Overwatch sans forcément être une copie conforme du notre, reste quand même assez réaliste. Ce qui peut être considéré comme de la magie, est en réalité lié à de la technologie ou à une science plus poussée que la notre. Ce point, je ne le trouve pas dans ta description de tes capacités et j'ai peur d'être passé à coté. Est-ce que tu peux m'indiquer si tes pouvoirs sont bien d'origines technologique/scientifique ou si c'est de la magie.

Prends soin de toi.

Angela




Revenir en haut Aller en bas
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Mer 4 Juil - 13:23

Bonjour,

Merci pour les compliments que tu as fais sur ma fiche. Alors, d'un côté j'aurais bien aimé que son don soit d'origine magique. Mais comme expliquer dans ma fiche même si c'est plus expliqué dans la partie physique elle a un bras bionique qui lui permet de contrôler ses pouvoirs.

Astrale Stellarium a écrit:
son bras qui n'en est pas un, c'est de la qu'elle puisse toute sa magie qu'elle la contrôle et qu'elle joue avec utilisent les pulpe de ses doigts pour faire danser l'ennemi et l'agenouille face à la Déesse des Rois.

J'espère avoir répondu à tes interrogations. I love you




Revenir en haut Aller en bas
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Lun 16 Juil - 19:41



Blood and Magic

Il n’y avait personne en ce monde pour comprendre ce que voulait l’abandon et la solitude. Personne sauf elle. Elle qui avait un lien si étroit avec ce que le commun des mortels appelaient magie. Elle qui avait un lien si étroit avec la mort et le sang, ces fidèles compagnons. Et personne en ce monde, ne pouvait faire mieux qu’elle son funeste travail.

Je tenais à te dire en premier lieu que je suis personnellement désolé de ne pas avoir répondu plus tôt. Je n’ai pas était présente ces derniers temps et j’ai laissé ta fiche et ta réponse sur le côté. Encore une fois, je félicite ta plume et ton talent d’écriture et j’espère sincèrement que tu passeras de bons moments avec nous. J’ai donc l’immense honneur de te valider !









Revenir en haut Aller en bas
the world can always use more heroes
avatar
Poudre de diamant
Recrue
Mar 14 Aoû - 5:06

Bonjour,

Je m'inscris sur votre forum dans l'unique but de dénoncer un plagiat qui, malheureusement, dure depuis plusieurs mois maintenant de la même personne.

En effet, la présentation ci-contre : http://overwatchrpg.forumactif.com/t530-tears-aren-t-a-woman-s-only-weapon#3927 est un plagiat total de ma présentation.

Ainsi, je demande la suppression de cette fiche ou la mention de plagiat en titre. De plus, elle n'a pas hésité à reprendre mon pseudo "Poudre de diamant".

Cette personne avait, auparavant, plagié ma présentation et en apportant des preuves, le forum a accepté de mettre une notation sur sa présentation afin de prévenir quiconque que cette présentation a été plagiée ( http://www.pinnedundertheweight.com/t2086-mess-with-me-and-i-will-fuck-you-up-with-a-smile-on-my-face-plagiat ). Si vous pouvez faire pareil, je serais très reconnaissant envers vous.


Merci et désolé pour le dérangement.

_________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

tears aren't a woman's only weapon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-