Protect the Innocence [Feat. Maeda Kuni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Five Esso


 ►Localisation :
Traine les rues entre deux planques


 ►Affiliation :
Ex-agent d'Overwatch


 ►Equipement :
Deux pistolets customisé, deux katanas, deux Kodachi, Fronde gravitationelle

the world can always use more heroes
avatar
Five Esso
Colorful Voice
Lun 18 Juin - 17:36

Protect the innocence

 « … Excusez moi mais ceci est un endroit uniquement réservé au personnel, mademoiselle. »

« Ouaw, pour une fois que quelqu’un m’appelle Mademoiselle et pas « tas d’ferraille », va falloir que je le dézingue … »

« Pardon ? Qu’est-ce que … ! »

Malgré cette petite appellation qui redorait son blason et l’insufflait d’une certaine satisfaction, Five n’hésita pas réellement à subitement donner un coup dans la mâchoire de l’homme suivit de trois autres dans les points faible connu des hommes. Estomac, poumons, elle aurait pu viser le plexus solaire également mais elle ne voulait pas le tuer non plus, quand bien même elle aurait pu … Après tout, elle était dans un endroit assez discret mais encore une fois, elle avait un code éthique surtout que ce n’était pas ici qu’elle devrait mettre le building à feu et à sang.

Cela aurait été n’importe quel immeuble de corporation corrompu, elle n’aurait pas eut trop de remords mais ici, dans un centre commerciale, en plein jour, une heure de pointe … En un sens, cela rendait le contrat très difficile pour la mercenaire. Ou bien était-ce son code morale qui était difficile à tenir ? Probablement les deux. Une crapule se cachait ici, dans les coulisses des grandes enseignes, du centre commercial resplendissant, dans les arrières boutiques, les couloirs de maintenance, les ailes administratives de cet immense bâtiment et il était de sa mission et presque de son devoir de faire couler son sang. Elle n’allait pas changer le monde mais si elle pouvait se faire de l’argent tout en nettoyant un peu la surface crasseuse de la terre, alors elle n’aura jamais à regretter ses actes, n’est-ce pas ? C’est ce qu’elle aimait penser en ayant « choisis » cette carrière.

Ainsi Five essayait de se frayer un chemin dans ce centre avec une certaine hâte. Elle pouvait cacher les gardes ou le personnel qu’elle faisait sombrer dans l’inconscience mais cette solution pour se faufiler n’aller durer qu’un temps. Bientôt, on essayera de trouver les personnes qui manquent à l’appel ou la suspicion grandira lorsque les gardes ne répondent pas à leur oreillette. C’est donc rapidement que Five monta quelques escaliers après une courses effrénée dans les couloirs, aidée par le plan des lieux qu’elle avait en mémoire et fournit par son client, pour joindre les bureaux situé à l’étage supérieur et donc le « couloir » y garantissant l’accès donnait, comme sur une terrasse, au dédale de magasin et de clients en contrebas. Cependant, une fois au bureau du fond, elle ne défonça pas la porte d’un coup d’épaule et laissa parler ses armes mais s’arrêta net devant la porte pour conserver l’effet de surprise, si tenté qu’il soit encore bien présent. Elle dégaina ses armes énergétique de ses bras inférieur et les garda dans son dos, déplaçant même sa deuxième paire d’épaule un peu plus vers l’arrière pour masquer au mieux sa particularité, utilisant ses bras supérieur pour toquer à la porte et doucement la pousser pour l’ouvrir comme si tout était normal.

« Bonjour. Excusez moi de vous déranger ma- »

Elle tentait de garder un sourire factice mais en un fraction de seconde, de part sa faculté d’analyse robotique, elle pu voir ce qui se passait dans ce bureau. Un homme en costume cravate derrière son bureau semblait relativement incrédule, sans la moindre idée de qui était l’omnic devant elle … Ou même les deux autres personnes devant son bureau. Sa cible était également présente, facilement reconnaissable de par son costume débraillé, sa coupe hirsute et un collier de perle de bois conséquente autour de son tour, un Yakuza qui se prenait trop de haut, comme beaucoup … Mais ce qui la fit réellement stopper dans sa phrase était la présence d’un troisième homme vêtu d’un épais trench coat noir dont une manche était soigneusement coupée pour laisser apparaitre son bras cybernétique. Une sale gueule, redue sale par un implant qui lui remplaçait un œil et tout sauf japonais comme une grande partie du reste du commun des mortel qui habitait Kyoto.

Non seulement, sa dégaine puait le mercenaire, un peu comme elle, mais si ce n’était pas suffisant, l’homme en question était en train de lever un revolver vers elle et elle eut à peine le temps de réagir en s’écartant un peu du cadre lorsque celui-ci tira pour trouer la porte. Elle ignorait comment il pouvait être aussi réactif et tellement certain qu’elle était une menace, peut-être que l’alerte avait déjà été donnée mais alors qu’elle poussa un petit gémissement de surprise en se plaquant derrière le mur, elle entendit d’autres coups de feu et de nombreuses paroles échangées en Japonais.

« Je vous avez dit qu’on n’était pas seul… Les senseurs, ça ment jamais.»

« Mais que faites-vous ?! Vous étiez là pour négocier, pas saccager mon bureau ! »

« Ferme là !  T’es un homme mort si tu les as ramenés à moi… On en reparlera. Curtis ! Fait moi sortir d’ici ! »

En entendant ça, Five comprenait que les personnes présentent étaient sa cible qui devait être une sorte de messager, qu’il soit du clan Shimada ou d’une famille mafieuse moindre et du responsable du centre commerciale … Ou quelque chose comme ça. En entendant ça, Five eut comme un électrochoc, réalisant qu’il ne fallait clairement pas qu’il s’échappe car pour le retrouver dans une grande ville comme Kyoto, cela serait l’enfer. Faisant alors confiance à son bouclier corporel, elle se décala dans le cadre de la porte à nouveau, dégainant ses deux katana mais avant qu’elle ne puisse faire quoi que se soit, ses armes encore à moitié dans leurs fourreaux, elle sentit la poigne solide de ce « Curtis » l’attraper à la gorge au vol, quittant le sol grâce à la force de son membre cybernétique. Par réflexe, elle lâcha ses armes pour saisir le bras à sa gorge… Elle aurait sans doute était capable de briser le métal, aussi solide soit-il, en utilisant l’Aurora affluant dans son corps mais elle n’eut pas réellement le temps d’y réfléchir qu’elle sentit le canon de l’arme posée sur son ventre et qu’elle sentit avec horreur une balle à peine amortie par son écran de protection, puis une deuxième brisant la résistance de son bouclier pour se loger dans son flanc dans un grésillement peu naturel chez elle.

Mais capable de contenir même la douleur que sa mère avait programmé en elle, elle sortie les deux bras de son dos et posa les canons sur le bras de métal, tirant instantanément et envoyant la prothèse voler en morceau, ce qui semblait être un bras musclé désormais garnit de deux trous, l’alliage déchiqueté par les charges plasmas de ses armes customisées. Il lâcha donc en sentant les systèmes de son bras faillir, ce qui permit à Five de toucher le sol à nouveau, ses deux mains désarmées tenant le trou qu’elle avait désormais prés du bassin. La douleur rendait difficile de se concentrer, les deux mercenaires faisant un pas en arrière alors que Curtis rangea son revolver pour appuyer à certains endroits sur son bras … qui fit sortir des renforcements de son épaules des couches de métal coulissant qui vinrent se fixer aux trous dans son bras et quelques bras mécanique, extrêmement petit, soudant et réparant ici et là la surface. Un processus qui dégouta relativement vite l’omniac d’ailleurs.

« Mais … Mais je veux ça, moi aussi … »

Elle grogna alors qu’elle remarquait que l’homme en costume s’était réfugier derrière son bureau et que le gangster lorgnait une opportunité de passer la porte et de courir. Elle avait était prise par surprise par le cran de cet homme qui vint la chercher à même le corps mais une chose est sure, elle ne pouvait pas mourir aussi idiotement. Bravant la souffrance, chose relativement plus facile à faire lorsqu’on était de nature robotique, elle dégaina enfin ses lames, faisant passer l’énergie de l’Aurora dans ses mains pour directement booster le tranchant, rendant ses katanas luisant d’une lueur arc-en-ciel. Alors qu’elle faisait tourner son duo de pistolet plasmique dans ses mains, les chargeant également, Curtis fit de même en dégainant un fusil de taille inhumaine de son manteau, sans doute maniable seulement avec ce bras mécanique.

« J’vais même pas m’poser de questions … »

Il lâcha ça sur un ton blasé en voyant ses armes prenant des couleurs uniques, brandissant son fusil qui dans un bruit peu rassurant finit par tirer une charge conique qui fit tomber en lambeau la porte et le mur avec une puissance surprenante. Five eut à peine le temps d’éviter ce coup d’artillerie lourde en ouvrant de l’épaule une porte voisine, voyant les débris s’envoler au passage.

Ce n’est que qu’une fois qu’elle était à l’abri, plus ou moins, qu’elle pouvait désormais entendre l’agitation en bas, les coups de feu ayant déjà levé un mouvement de panique confus sans savoir d’où ça venait mais cette explosion qui rasa presque le balcon au dessus des boutiques acheva la foule d’entrer dans un mouvement de masse vers les sortie. Tout ce qu’elle ne désirait pas mais elle n’avait pas compris son erreur. Des senseurs ? Quels senseurs ? Qu’est-ce qu’elle avait loupé ? Comment lui savait alors que personne ne semblait plus alarmé plus que ça, à la base ? Son moment de réflexion fut interrompu lorsqu’elle vit deux grenades assez traditionnel rouler dans la pièce où elle était, la faisant sursauter, réagissant en plongeant derrière des meubles, prenant les rebords d’une table au passage pour la faire basculer à terre et se protéger derrière. Elle sentit le choc de l’explosion passer, la table pas assez épaisse et solide pour contenir l’intensité mais son châssis métallique fut assez pour encaisser sans trop de dégâts. Le sol s’écroula sous ses pieds, atterrissant dans une boutique de vêtement alors que tout le plafond de ce dit magasin s’effondrait. Heureusement, il semblerait que la plupart aient déguerpit … Curtis la regardait d’un haut, faisant une petite moue impressionné qu’un simple omnic ait pu survivre à tant de destruction. Cela enragea Five de le voir si froid alors qu’il aurait pu faire une paire de mort déjà.

« C’est pas un peu extrême pour te débarrassé que de moi ? Tu sais où on est ?! »

« Ah, car … ça te tien à cœur, donc ? »

Elle haussa les sourcils, se questionnant sur l’intérêt de cette question et où il voulait en venir mais prit une mine horrifiée en le voyant pointer son fusil vers le plafond, ce même fusil qui avait percé même les murs et fragilisé le sol… Et il tira sans hésitation, faisant trembler toute la structure du centre, les plafonds fait de vitre, d’armature légère, le bruit de l’impulsion laissant place aux craquements et aux couinements agonissant du métal se pliant et au cri d’effroi des personnes présente voyant bientôt des éclats de vitre meurtriers tomber sur eux ou des morceaux de béton entier prenant la direction du sol. Par réflexe, Five se dirigea hors de ce magasin, sensible aux cris de terreur qu’elle entendait alors que le mercenaire ricana et tira sa révérence avec le minable qu’il gardait, satisfait de prouver que ne pas avoir de cœur payait la plupart du temps.

ft. Maeda Kuni




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Protect the Innocence [Feat. Maeda Kuni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-