Rien ne s'oublie, les souvenirs restent [ PV Louis Emile Lacroix ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
the world can always use more heroes
avatar
Louis Emile Lacroix
Recrue
Mar 5 Juin - 0:24

「 Rien ne s’oublie, les souvenirs restent 」

~ Monsieur ?



~ Monsieur … ?

Quittant l’extérieur du véhicule des yeux, Louis croisa le regard inquiet de son chauffeur dans le rétroviseur. Voilà cinq minutes déjà que le véhicule s’était arrêté sur le trottoir du cimetière, mais aucun signe ne semblait vouloir indiquer que son patron souhaitait descendre.

~ Encore un instant Charles.
~ Bien, monsieur.

Les lieux donnaient une autre image d’eux à la lumière du soleil. Habitué au charme lugubre de l’endroit, seulement éclairé par la lune, Louis les découvraient sous un nouvel angle, un angle étrange. La neige parsemait tout aussi bien stèles que chemins, plongeant l’ensemble dans un étrange voile ouateux, étouffant les sons tout aussi bien que les sentiments.

Avec un long soupir, le jeune héritier de la maison De Veille obligea son corps au mouvement, luttant un bref instant contre une inertie tout autant physique qu’émotionnelle avant d’activer le système d’ouverture de sa portière.

~ Assurez-vous que je ne sois pas dérangé, pas aujourd’hui…
~ Bien, monsieur.

Ce n’est pas Charles qui répondit cette fois-ci, mais William Davenport, le chef de sa sécurité. Assis face à lui dans le véhicule blindé, il n’avait pas daigné échanger le moindre mot durant leur trajet, commençant à être habitué aux étranges torpeurs et aux épisodes de rêveries de son employeur à cette période de l’année.

La neige, accueillit dans d’autres régions de France comme une source de revenu pour certains et de joie pour d’autre, n’évoquait dans l’esprit du jeune banquier que la proximité d’un sombre anniversaire, celui de la perte de son mentor, de son oncle, de son sauveur. L’homme qui lui avait sauvé la vie et lui avait appris à se tourner vers le futur au lieu de se complaire dans les plaintes et atermoiements.

Différents épisodes de vie qu’ils avaient partagés lui revenaient à l’esprit alors qu’il s’enfonçait entre les arbres du cimetière, évoluant avec adresse entre les stèles, seulement diverti par le son de ses pas brisant la surface de la neige.

L’homme qu’il venait honoré aujourd’hui l’aurait sûrement accueilli avec un sourire où se mélangeaient la douceur, l’amusement et l’amère ironie. Cinq ans après sa mort, le jeune homme s’était enfin pleinement reconstruit, il n’était plus le petit garçon évoluant sur les pas de son oncle, tentant de marcher dans des chaussures trop grandes pour lui. Il avait appris à se défaire de sa honte, de son empathie et à poursuivre ses buts, raison pour laquelle il n’avait pas hésité à médiatiser subtilement sa visite.

Se rendre sur la tombe de son oncle semblait normal pour tout membre d’une famille aussi prestigieuse que la sienne, pourtant c’était la première fois qu’il le réalisait de jour. Jusqu’à présent toutes ses visites s’étaient réalisées de nuit, la veille de l’anniversaire afin d’accueillir le changement de jour avec un verre de vin, l’esprit de son oncle pour seule compagnie. Mais pas aujourd’hui…

Non, aujourd’hui la lutte de son oncle renaissait de ses cendres, Overwatch n’était pas mort, seulement endormi et voilà que le géant sortait de son long sommeil tout en ranimant un à un ses membres engourdis. Aujourd’hui Louis venait célébrer le premier pas de son ascension vers le pouvoir et il n’hésiterait pas à instrumentaliser la mort de Gérard pour cela. Il ferait de lui un étendard de probité et de bonté, symbolisant le sacrifice de sa personne pour le bien commun et Louis se ferait le premier à se ranger derrière cet étendard qui lui offrirait l’occasion de vilipender une classe politique corrompue par ses richesses et amollie par une supposée paix. Les ennemis d’Overwatch agissaient sans connaître de véritable oppositions, marquant le monde de leur sceau, aucune force armée ne révélait suffisante pour s’opposer à eux, tout simplement car leurs propres employeurs n’hésitaient pas à accepter les deniers de ces sicaires.

Louis ferait sienne cette lutte et marcherait vers le pouvoir dans cet objectif…

Tout à ses pensées, il mit un certain temps à remarquer la présence à proximité de la stèle marquant l’emplacement du corps de son oncle. Se tenant au-dessus de la tombe, engoncée dans un épais manteau, il ne pouvait discerner que de longs cheveux sombres et une taille fine. Visiblement féminine, la silhouette se retourna alors qu’il remontait le chemin sur les derniers mètres qui le séparait de la stèle, offrant un visage des plus étrange à son regard.

Pâle à en faire peur, le visage délicat qui s’offrait à son regard lui était cependant vaguement familier malgré l’étrange couleur de sa peau. Elle était presque… grise ? Ou bleutée peut-être ? Il avait encore du mal à en juger à cause de la distance. Une vision frappante pour l’esprit en raison de l’opposition flagrante entre la délicatesse de ses traits et cette peau peu commune. Et ce sentiment… Il ne pouvait mettre de véritable souvenir dessus, mais cette femme lui évoquait quelqu’un. Peut-être une photo ? Gérard ne lui avait pas présenté beaucoup de ses collègues, aussi pouvait-il s’agir d’un agent d’Overwatch venu prêté hommage au corps d’un vieil ami.

“Qui êtes-vous …?”

Le ton était froid, tranchant comme une lame de rasoir. Inconsciemment Louis s’arrêta, coupé dans son élan par cette voix qui n’exprimait pas la moindre once de sympathie envers l’arrivant.

~ Pardonnez-moi… Je ne souhaitais pas vous interrompre. Je ne pensais pas rencontrer quelqu’un ici par ce temps.

Plaquant sur son visage un sourire amical, il reprit sa marche alors qu’un frisson glacé lui courrait le long de l’échine. Dissimulée à sa vue par ce long manteau, la jeune femme exsudait le mystère, silhouette sombre sur une tombe… Un esprit romantique en aurait tiré les premières idées d’une poésie gothique, mais l’heure n’était pas à l’art, cette femme sonnait peut-être comme la chance qu’il attendait de contacter l’organisation.

Brisant la distance entre eux, il dépassa très légèrement son interlocutrice avant de se baisser sans lui jeter un autre regard, déposant un bouquet de roses noires contre la stèle. C’est finalement sans quitter la stèle, qu’il caressa doucement d’une main, qu’il consentit à se présenter.

~ Louis Emile Lacroix, j’étais le neveu de cet homme…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes
avatar
Louis Emile Lacroix
Recrue
Mar 26 Juin - 14:10

「 Rien ne s’oublie, les souvenirs restent 」

“Louis … Je ne pensais pas te voir ici.”

Le geste du jeune homme s’interrompit un bref instant alors qu’il déposait le bouquet contre la stèle de son oncle. Un bref instant seulement, mais suffisamment longtemps pour marquer le geste suivant d’une absence de naturel pour un œil entrainé, un instant seulement pendant lequel il s’était permis un trouble, une hésitation.

*Louis … Je ne pensais pas te voir ici.*

La phrase de son interlocutrice roulait dans son esprit comme une caisse à bord d’un bateau agité par la tempête, allant un peu plus loin à chaque vague. Elle résonnait, son esprit analytique tentant d’additionner 2 et 2 tandis que son esprit logique peinait à réaliser tout le poids de cette déclaration. De nos jours, peu de personnes étaient encore en droit d’appeler Louis par son prénom, or aucunes d’elles n’avait ce timbre de voix. Un timbre à la fois familier et pourtant étranger. Son interlocutrice maîtrisait chacune de ses syllabes dans une diction parfaite symptomatique d’une éducation de haut-niveau, mais qui par la même occasion manquait du naturel que pouvait avoir une personne humaine. Cette seule phrase se tenait entre l’humain et l’omniac, entre le sentiment et la donnée.

*Louis … Je ne pensais pas te voir ici.*

Poussant un profond soupir, il entreprit par la suite de se relever, accordant un dernier regard à la tombe de son oncle avant de se retourner vers une interlocutrice dont il avait tout d’abord apprécié le charme avant de se découvrir un lien de parenté.

~ Amélie… Voilà longtemps que je n’avais eu l’occasion d’apprécier votre beauté de visu…

Le ton était affable, agréable, mais néanmoins empreint d’une certaine distance. Il n’avait pas entendu parler de sa tante depuis la mort de son oncle, une mort mystérieuse dont les détails avaient été tenus secrets pour les personnes extérieurs à Overwatch, l’une des raisons pour lesquels il souhaitait récupérer les bases de données de l’organisation.

~ Je vous découvre cependant changée… Je me souvenais un teint plus naturel chez vous. Que vous est-il arrivé ?

Où avait-elle disparue suite au décès de son époux ? Pourquoi avait-elle disparues ? De nombreuses questions hantaient l’esprit de Louis tandis qu’il se tenait à une distance d’un pas de la femme qu’il avait aimé en secret durant son adolescence pour le romantisme du caractère inaccessible de la jeune femme, avant d’apprendre à la respecter et l’apprécier non plus comme une potentielle amante, mais comme une femme intelligente qui avait su prendre soin de lui dans ses moments de faiblesse pour finalement disparaître en même temps que son époux…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rien ne s'oublie, les souvenirs restent [ PV Louis Emile Lacroix ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-