Marchandage et Tentation [Five / Calypso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Five Esso


 ►Localisation :
Traine les rues entre deux planques


 ►Affiliation :
Ex-agent d'Overwatch


 ►Equipement :
Deux pistolets customisé, deux katanas, deux Kodachi, Fronde gravitationelle

the world can always use more heroes
avatar
Five Esso
Colorful Voice
Dim 3 Juin - 18:36

Marchandage et Tentations

Très franchement, avec un nom pareille, elle s’attendait à avoir un rendez-vous dans une fontaine, une piscine ou même un lac. Etrangement, Calypso était un nom qui pouvait évoquer beaucoup de choses mais pour Five, c’était représentatif de la mer. C’était le nom d’une divinité dans des temps aujourd’hui reculés. C’est comme associer Cléopâtre à l’Egypte ou Napoléon à la France. Mais ça, ce n’était que son esprit qui divaguait alors qu’elle attendait là, en plein milieu de la nuit, sur le rebord d’un toit d’une grande métropole américaine.

Après avoir effectué quelques contrats dans la région, une fois encore, elle attira l’attention, que celle-ci soit bénéfique ou non. La petite omnic solitaire, espionne à ses heures, voleuse à d’autres, tueuse à gage en dernier recours… Parfois, elle se demandait comment sa mère aurait réagit si elle était encore vivante et si elle savait que sa petite chérie avait déjà prit la vie d’une bonne poignée de personne. Sans doute que son esprit serait plus au calme à savoir qu’ils étaient des crapules sans noms mais elle doutait que n’importe quelle mère serait ravie de voir sa progéniture, pour ainsi dire, suivre un chemin aussi dangereux et parfois aussi sombre. Quoi qu’avec le recule, la scientifique était tellement ouverte sur le chose, nonchalante et surtout compréhensive qu’elle lui dirait sans doute que si c’était pour s’en sortir et pour être heureuse au final, alors pourquoi pas.

C’était le genre de pensées qui la préoccupait durant ses moments… Elle était toujours à l’avance à n’importe quel rendez-vous. Après tout, elle n’avait pas grand-chose à faire en attendant de trouver une solution pour quitter la vie de mercenaire. Ici, elle attendait cette fameuse Calypso qui lui avait laissé un message sur sa fréquence cryptée. Le nombre de bar miteux et de repaires de gangster elle a du visiter pour laisser ses adresses ici, en Amérique, et avoir un peu de boulot. Peut-être qu’avec ce job, elle pourra repartir et se diriger au Mexique. Au Pérou. Pourquoi pas le Brésil ? Errer, faire un tour du monde le temps que les choses se calme et qu’elle trouve sa voie. Satisfaire sa curiosité maladive, expérimenté les choses de la vie qui lui étaient interdite jusqu’à lors.

Elle divaguait en mâchant un chewing-gum et en faisant des bulles, une jambe pliée sur les rebord du toit et l’autre pendant dans le vide, son regard un peu paresseux scrutant l’horizon lumineux de cette grande ville. Les étoiles étaient à peine visibles. Mais elle finit par être tirée de son humeur rêveuse par l’arrivée de quelques voitures et finalement un visage qu’elle reconnu d’après les descriptions qu’on lui avait donné. Calypso et sa troupe étaient là, en bas… A l’orée d’un grand parc ultimement enfermé par des rangées de maison. C’était un endroit comme un autre pour les rendez-vous discrets. Certains diraient amoureux mais elle préférait l’idée qu’on n’installe pas des caméras et des micros aux arbres. Ou du moins, pas tout le temps. De nos jours, les espaces vert étaient les seules refuges pour la vie privée la plus complète. Elle gonfla une autre bulle tout en faisant apparaitre une interface holographique entre ses doigts, montrant tout simplement l’heure. Elle aussi était à l’avance. La bulle éclata et elle se redressa, s’étirant d’une manière très humaine quand bien même elle n’en avait pas réellement besoin … Cela lui procurait des frissons agréables de mettre à l’épreuve ainsi ses composants. Il était temps de voir ce que Calypso désirait faire d’une omnic dotée de l’Aurora car c’était bien ça qui la rendait si spéciale et si efficace.

Le pouvoir de surcharger n’importe quoi, combiné au pouvoir d’améliorer ses aptitudes autant de fois que nécessaire ou presque. Un secret qu’elle devait garder et uniquement faire passer ses exploits pour « la meilleur technologie disponible à l’heure actuelle en matière d’omnic »…

Chargeant d’ailleurs son corps avec l’Aurora, elle fit un bond par-dessus la rue qui séparait les bâtiments de la verdure et discrètement, se posa sur une branche sans grandes secousses pour finalement se laisser tomber au sol, désormais moins en hauteur. Ainsi elle fit quelques pas en direction de la femme qu’elle devait rencontrer, finissant par se stopper en posant ses deux paires de bras sur ses hanches.

« Calypso ? Vous désirez un petit coup de main, à ce qu’il parait ? »


ft. Calypso




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes
avatar
Calypso Drake
Recrue
Ven 29 Juin - 11:57

Los Angeles … Quelle ville ironique pour une personne telle que moi, avec mes origines, mon passé, mes connaissances. Pourtant, c’est dans la cité des anges, que je m’étais réfugiée et que j’avais décidé de construire mon début d’empire. Et je devais l’avouer, j’étais fière de ce que j’avais bâti. On me craignait, on me respectait. Plus rien ne me faisait peur, enfin … presque plus rien. Dans mes appartements, je caressais nonchalamment Ebène, qui serpentait dans mon cou et autour de mes bras en lâchant quelques sifflements anodins. Je regardais la baie vitrée qui s’offrait à moi, laissant apparaître une Los Angeles en proie de la nuit, mais qui pourtant ne dormait pas. Comme si le marchand de sable avait décidé de totalement ignoré cette ville et de ne pas laisser sa poussière salvatrice endormir ses habitants. Ce qui m’arrangeait plutôt au vue de la vie nocturne que je menais …
Des milliers de petites lumières scintillaient dans la pénombre, certaines venaient d’habitations, où j’imaginais douloureusement une famille réunie autour d’un repas. D’une petite fille, venant se blottir dans les bras de son père rentrant du travail… Mon esprit décidait de me tourmenter encore plus en tentant d’imaginer ce que pouvait être la chaleur d’une étreinte paternelle, d’un regard fier et rassurant, d’une aura protectrice que seuls les pères pouvaient avoir enfin leur progéniture … Je n’avais jamais eu tout cela. Envers mon géniteur, je ne ressentais que du mépris, de la haine et un désir insatiable de le surpasser.


Un bruit me sortit de mes songes. On venait de frapper à ma porte. Je papillonnais des yeux pour reprendre mes esprits et sommait mon invité de rentrer. Un homme, vêtue d’un long manteau entrait dans mes quartiers. Il portait des bottes imposantes, rendant son pas assuré, lourd. Des cheveux noir de jais lui tombait jusqu’aux épaules, alors qu’il me regardait de son regard perçant d’un bleu aussi pure que les lacs les plus profonds du monde. Il était envoûtant, hypnotisant. Même moi, je ne restais pas insensible à son charme… Alors qu’habituellement, c’était l’inverse qui se produisait.
L’homme s’approchait de moi, avec une grâce qui lui était propre. Je le regardais silencieusement se pencher sur moi, vers mon oreille et y murmurer quelques mots. Sa voix, sensuelle me décrochait un frisson et un sourire mesquin s’étirait sur mes lèvres alors que je prenais notes de chaques informations qu’il me dévoilait. Il finit par me caresser la joue, presque effleuré mes lèvres des siennes, avant de finalement s’éloigner.

“N’oubliez pas mon dû, Miss Drake …”


“Comment le pourrais-je, Logan …?”


Et il s’éclipsait, me laissant à nouveau avec pour seule compagnie, Ebène, qui était restée entourée autour de mon corps. Los Angeles était mon territoire une fois la nuit tombée. Et il ne se passait rien sans que je ne sois au courant. J’avais des informateurs aux quatres coins de la ville, je possédais une bonne partie des boîtes de nuits et autres clubs plus “privés” où les consommations n’étaient pas uniquement faites d’alcools. Et surtout que je possédais le Lux, le plus grand, le plus imposant de toutes ma collection et ma plus grande fiertée… Mais tout cela n’était là que pour blanchir un commerce bien plus sombre. Lorsque je fus livrée à moi même, j’avais rapidement compris que le plus grand pouvoir de ce monde n’était autre que l’argent. Alors, je fis tout pour prendre en prendre le contrôle. Chose aisée, lorsqu’avec mon pouvoir, je pouvais absolument découvrir les pires secrets des plus hauts dignitaires…

Logan était l’un de mes “éclaireurs”.  Ceux qui était mes yeux et mes mains dans le bas monde qui gisait à mes pieds, que j’avais comme pour grande ambition de totalement soumettre. Il venait de m’informer des dernières nouvelles et de l’arrivée d’une omniac dans la cité des Anges. Voilà quelques semaines que cet être robotique jouait les mercenaires et semblait efficace dans ce qu’elle faisait. Le fait qu’elle joue dans ma cour, ne me dérangeait pas en soit. Puisque, même sans le savoir, cette fille ( d’après les descriptions que j’en avais eu ), servait mes propres intérêts. Non … Ce qui titillait ma curiosité, était la technologie décrites par Logan. Dès qu’il m’eut donné les informations concernant les capacités de ce robot, je su que je la voulais, je souhaitais qu’elle soit mienne. Ainsi, je demandais à Logan de continuer à l’espionner, à marchander avec elle et à lui donner quelques petits contrats.

Je passais des jours entiers à observer de loin, les faits et gestes de cet omniac, qui finit par m’obséder. A hanter mes pensées.  Avec elle à mes côtés, je n’osais imaginer les richesses que je pourrais acquérir.  Mon Empire n’en serait que plus puissant … Lorsque j’estimais qu’il était temps, je lui envoyais un message, de ma voix naturelle, l’invitant à me rencontrer. Logan avait fini par lui révéler à qui ces missions profitait, ainsi, je ne demeurais plus un mystère pour cette jeune omniac, du moins pas totalement. J’ignorais comment elle m’imaginait, mais je souriais déjà l’idée de voir comment elle réagirait lors de notre rencontre, lorsque je lui ferais ma … proposition. Pour elle, j’étais restée une intitée intangible, elle avait probablement beaucoup entendu parler de moi, sans jamais me voir. Le temps était venu de faire connaissance.

Ce soir là, la météo était clémente. Le ciel était plutôt dégagé, laissant apparaître ses étoiles et une lune pleine assez lumineuse pour éclairer le parc plongé dans la pénombre quasi totale. Les quelques rares lampadaires ne suffisaient pas pour éclairer tout le chemin de promenade, faisant ainsi fuir les habitants, préférant la sécurité de la lumière. Habituée à la pénombre, le noir ne me dérangeait pas. J’y étais à l’aise, comme en plein jour. Je sortais de mon véhicule, une berline à la robe noire, sans nul doute très coûteuse. Avec grâce, je me dirigeais vers le lieux du rendez-vous, non sans être accompagné par deux gorilles qui ne me quittait pas. Bien que j’avais observé cette omniac, je n’avais aucune confiance en elle. Je connaissais sa puissance… J’aurais été folle de me présenter à elle sans protection aucune.  Je jetais un regard à la montre à gousset, que je remis rapidement dans ma poche. J’étais en avance. Voyons si la ponctualité faisait également parti de ses qualités…

22 heures tapantes, j’entendis un bruit qui attirait mon attention vers un arbre situé derrière moi. Tout comme mes gardes, je me retournais. Sortant des ombres, l’omniac se présentait à moi. Un sourire chaleureux, rassurant se dessinait alors sur mes lèvres, laissant ainsi découvrir mes crocs anormalement allongés.

“Bonsoir … Five.”



La politesse était quelque chose de crucial pour moi, pour le rôle et le masque que je portais en permanence. Maintenant, que je pouvais la voir en vrai et non pas sur des vidéos prises par mes éclaireurs, je me permis de la détailler, sans aucune pudeur, ni retenue.

“Je suis ravie que vous ayez répondu à mon invitation et en effet, j’aurais besoin de vous.”



Je m’avançais légèrement vers elle, faisant un signe à mes deux gorilles de rester en retrait.

“Voyez-vous … Vos exploits me sont parvenus, comme vous pouvez vous en douter. Et je pense, que vous êtes la seule à pouvoir accomplir, cette mission.”


Une dernière mission, afin de prouver sa loyauté et son efficacité. J’avais appris à être méfiante et à tester tout ceux que je rencontrais, avant de leur exposés mes véritables désirs. Five Esso ne dérogeait pas à la règle.

“Voilà des années que j’aspire à acquérir un bijou… Particulier.”


Je guettais encore une fois sa réaction marquant une pause avant de reprendre mon discours.

“Ce dernier ne se trouve pas dans une bijouterie quelconque non … Celui que je veux est … celui-ci.”


La montre à mon poignet s’illuminait, laissant apparaître une image d’holographique d’un collier à la beauté rare. Un rubis aussi rouge que le sang scintillait au sang d’une monture d’or blanc, entouré de minuscules diamants.

“Il s’agit là, d’un cadeau, offert par la France aux Amériques, bien avant la guerre Omniaque. Il est jalousement gardé dans les sous-sols d’un musé. Nous ignorons son emplacement exact. Mais … “


Un nouveau sourire, alors que je décrochais mon regard du bijou pour le poser avec douceur sur l’omniac.

“Je suppose que pour vous, cela ne sera pas un problème, n’est-ce pas ?”


Je me mis dos à elle finalement, lui laissant l’espace nécessaire pour réfléchir à mon offre, que j’agrémentais enfin de quelque chose d’intéressant pour elle.

“Vous serez payée, évidemment. 10 000 dollars si vous acceptez. 30 000 de plus si vous revenez avec l’objet de ma convoitise … En plus d’une autre chose que je vous proposerais lors de votre retour… ”


Je me retournais finalement, pour l’observer.


“Qu’en pensez-vous ?”





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Marchandage et Tentation [Five / Calypso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-