Lost in Thoughts - Five

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Five Esso


 ►Localisation :
Traine les rues entre deux planques


 ►Affiliation :
Ex-agent d'Overwatch


 ►Equipement :
Deux pistolets customisé, deux katanas, deux Kodachi, Fronde gravitationelle

the world can always use more heroes
avatar
Five Esso
Colorful Voice
Mer 30 Mai - 0:06



Five 101

►NOM et Prénom(s): Five Esso
►Age : Présumé une dizaine d’années
►Profession : Scientifique / Mercenaire
►Groupe : Hors-la-loi
►Avatar : Five Esso – Orignal Character
►Compétences :
-Altiliums - [Left Click]
Lorsqu’elle utilise les pistolets Altiliums, Five peut maintenir ses tirs plasmiques plus longtemps pour les charger de l’énergie d’Aurora, leur donnant diverses propriétés.
0 secondes : Simple tir
3 secondes : Similaire au tir simple mais produit une impulsion électrique à l’impacte, étourdissant la cible.
5 secondes : Tir lent prenant la forme d’une sphère, produit une explosion à l’impacte.
7 secondes : Tir un laser condensé qui passe à travers les boucliers.
-Niji- [Right Click]
Five peut rapidement changer de set d’armes, merci à ses quatres bras. La façon dont elle utilise Niji est comme n’importe quelle arme au corps à corps sauf qu’à une moyenne distance, elle bondit sur sa cible en brandissant ses longs Katanas et à courte distance, elle utilise ses Kodachis. Les Katanas ont plus de portée mais les Kodachis permettent des attaques plus précises donc plus efficaces.
-Altiliums Combined/Divided- [E]
Les pistolets Altiliums se combinent pour former une carabine dont les tirs sont plus efficaces à longue portée. La carabine peut aussi charger ses tirs. Si les deux pistolets sont chargé en même temps qu’ils se combinent, l’effet du prochain tir est doublé à condition que le tir se fasse immédiatement à la combinaison.
- Gravity Sling- [Left Maj]
Tant qu’elle maintient la fronde gravitationnelle active, Five déploie et manipule un orbe de gravité à 1-2 mètres d’elle. Cet orbe attire toute chose autour de lui, personnes comme objets, lui permettant de bouger les choses sous les mouvements de son bras. Les champs protecteurs de Five sont désactivé durant cette manœuvre en vu de l’énergie nécessaire pour contrôler la sphère.
- Aurora Shield- [F]
A condition de désactiver son champ protecteur, le bouclier Aurora supprime son potentiel défensif pour ralentir la vélocité de tout projectiles dirigé vers elle et son aura, lui permettant de les contourner, de les éviter, de les dévier pour quelques secondes.
- Unlock : Limitless – [Ult]
Five, en tant qu’omniac, est techniquement déjà plus agile et forte qu’un humain normal mais le gaz Aurora en elle lui fournit l’énergie de se dépasser, ce qui n’est pas quelque chose de commun pour n’importe quelle entité robotique. Sa créatrice a bien évidement programmé une limite quand à la « consommation » de l’Aurora afin d’augmenter ses capacités. Cependant, lorsque Five juge que cela n’est pas suffisant, elle a la possibilité d’aller au-delà des 100% et de mettre son corps en surcharge, forçant elle-même le programme et les verrous qu’a installé sa mère pour éviter cela. En « Limitless », Five devient extrêmement dangereuse mais son corps se désagrège rapidement au point que si elle maintient cette surcharge trop longtemps, elle pourrait se détruire elle-même.
Apperçu de sa forme Limitless

►Equipement :
-Gaz  Aurora-
Five est la seule détentrice de l’Aurora, un gaz unique qui parcourt son corps et le fait fonctionné. Un gaz ayant la particularité de changer constamment de couleur, d’où les yeux arc-en-ciel de l’omniac, et de lui fournir une source d’énergie illimité. Son corps en fabriquant « naturellement », elle a le pouvoir de surcharger n’importe quelle arme ou de l’imbiber d’une puissance nouvelle, que cela soit une arme à feu dont elle pourrait énergisé les balles, une arme énergétique qu’elle pourrait pousser à son plein potentiel ou encore une arme blanche dont elle pourrait infuser la lame de l’énergie unique produit par ce gaz afin de rendre le tranchant inégalé ou produire des ondes de choc énergétique  en utilisant la dite arme. Seule Five connait la composition de ce gaz ou encore le procédé exacte pour qu’un « simple » gaz puisse produire de l’énergie de lui-même.
-2 Katanas – 2 Kodachis – Niji -
Merci à ses deux paires de bras, Five peut manier tout autant d’armes. Les deux Katanas et Kodachi qu’elle transporte avec elle n’ont rien de bien spéciale si ce n’est que se sont toute de fines lames habillement forgées. Les plus observateurs, cependant, verront un creux parcourant chaque coté des lames, ceux-ci spécifiquement creusées pour accueillir le fameux Aurora. L’Aurora stockée dans ses creux soit enrobent la lame, soit est dégagé de façon à créer des ondes tranchante à courte portée. Au vu de la couleur que prennent ses armes lorsqu’elle les infuse d’Aurora, Five a pensé à leur donné un caractère plus personnel en les appellant « Niji », qui veut dire Arc-en-ciel en Japonais.
-Armes de poing : Altilium-
Une paire de pistolet customisé avec plusieurs batteries attachées sous le canon. De taille assez imposante, ses armes ont était faites par Five afin de profiter au maximum du potentiel du gaz Aurora. Les batteries servant à stocker une quantité dévastatrice d’énergie, cette arme la condense afin d’un faire des projectiles plasmatique dont la propriété change en fonction de la quantité d’Aurora qu’insuffle Five (Au plus elle charge, au plus c’est puissant mais l’opération ne se fait pas en une fraction de seconde, loin de là.) Ses deux armes sont aussi programmées pour se transformer et fusionner l’une avec l’autre afin de créer une carabine pour les tirs de plus longues portées et réclamant plus de précision.
Apperçu des armes
-Fronde Gravitationnelle-
Dérivé d’un joujou russe, la fronde est un système implanté dans les bras même de Five et qui lui permette de créer un orbe gravitationnel au bout de son bras. Celle-ci attire tout dans un petit rayon et permet d’être manipulé grâce à un arrangement de champ de force magnétique. Ainsi, la plus commune des utilisations est de déplacé ou de propulser des choses avec, mais la limite ne tient qu’à l’imagination de son propriétaire … Important de noter que cet outil est aussi adapté pour l’Aurora.
-Bouclier Aurora-
Principale moyen de défense de Five, ce champ protecteur lambda a été modifié afin de supporter l’Aurora. En plus de fournir un bouclier temporaire, la portée de celui-ci est passée de « autour du corps de Five » à une certaine distance, un mètre plus ou moins. Ce champs ne sert plus de « mur », quand bien même cela reste une fonction, mais ralentit considérablement la vélocité des projectiles dans sa direction, presque au point mort ou à la suspension en plein air.

►Avis sur la chute d'Overwatch : Overwatch a toujours luté pour une bonne cause mais si cela devait se terminer, ainsi soit-il. Cependant, traiter les agents d’Overwatch comme des criminels, ou tout comme, est une exagération très mal vue pour elle.
►Si concerné(é) ou au courant, un avis sur le rappel des ex-agents d'Overwatch ? Elle est en effet au courant de par le transmetteur de sa mère, ex-agent d’Overwatch. Elle n’en pense pas grand-chose même si elle concidère l’idée de les rejoindre. Cependant, elle préfère, marcher sur sa propre route pendant un moment, avant de suivre le chemin d’autres personnes.
►Avis sur les Omniaques : Elle ne se prétend pas être un grand sage, loin de là, mais elle a la présence d’esprit de penser que toute formes de discrimination, contre les humains ou les omniaques, est sacrément débile et a couté bien des vies, déjà.
►Quelques traits de caractère ? Audacieuse, intrépide, passionnée, consciencieuse, loyal, curieuse, franche, réfléchie, ouverte, rancunière, timide, exclusive, secrète.
►Des détails significatifs ? Five est une Omniac et elle a cinq yeux multicolore, quatre bras, des dreads cybernétique brune ou mauve… Le plus souvent vue en débardeur blanc et en short, matière de jeans, de temps en temps avec des pièces d’armures d’un autre temps (Une épaulière en forme de démon, aux avant-bras, protège tibias) ayant été reforgés et amélioré par implants cybernétique pour tenir la route face aux armes d’aujourd’hui.
Images illustant son physique



Histoire

Vous souvenez-vous du premier jour de votre existence ? Certains disent que lorsque l’on se pose cette question pour la première fois, on devient « éveillé ». Five n’était plus une simple machine, quand bien même le processus fut long et parfois laborieux… Elle se souvenait de tests, d’étapes de sa construction, ses lentilles faisant office d’yeux observer et enregistrer sa main bouger, agiter des doigts, se lever, s’asseoir … Obéir sans ressentir le besoin de protester ou se poser la question si obéir était ce qu’elle voulait réellement faire. Un jour, cependant, elle ouvrit les yeux et réalisa qu’elle était dans un complexe scientifique. Assez étrange pour le souligner puisqu’avant, elle ne se contentait que de se focaliser sur les ordres qu’on lui donnait ou même … de s’activer que lorsque l’on lui demandait de s’activer. Ici, elle ouvrit les yeux … Comme après avoir passé une longue nuit réparatrice et que désormais, elle n’avait plus sommeille.

Lorsqu’elle se redressa, elle regarda autour d’elle pour constater qu’il faisait nuit. Elle était sur une table surélevée, branchée sur diverses stations par de nombreux câbles … Une fenêtre montrait la mer et le clair de lune alors que près d’elle se trouvait visiblement une scientifique, endormie, affalée sur le rebord de la table où elle siégeait. Elle passa plusieurs minutes à analyser son environnement, contemplant … L’existence qu’on lui avait donné. Elle finit par se lever, débranchant les cables parcourant son corps dans de lourds mouvements mécaniques, posant le pied à terre. Quelques instants plus tard, elle se retrouvait par delà la fenêtre du laboratoire, à l’extérieur … Cette fenêtre donnait sur une falaise à quelques mètres à peine de la porte de sortie, l’horizon s’étendait par delà le vide et les flots, la mer, les vagues … Et au dessus d’elle, la pleine lune faisant scintiller chaque remous.

Elle réfléchissait, découvrait, apprenait… Elle se posait des questions… Savoir qui elle était, ce qu’elle était, pourquoi elle était là, si cela avait de l’importance, ce qu’elle désirait faire. Au final, elle s’assit difficilement au bord du précipice et admirant la beauté de la nature environnement jusqu’à ce que le soleil se lève. La femme endormie il y a de ça des heures finit par sortir de la même porte qu’elle, les mains dans les poches, visiblement pas plus inquiété que ça de la voir s’être échappée. Lorsque l’être robotique se retourna à moitié pour l’observer, elle vit une dame plutôt jeune à l’air fatigué, aux pupilles d’un jaune peu naturel, à la peau mate … et à la coiffure excentrique qu’elle reconnu rapidement. Une frange bleue à l’avant de son visage, surmonté par de nombreuses dreads, la plupart noir, certaines mauve. Une original mais elle n’en pensa rien. Celle-ci s’approcha mollement, lui demandant d’une voix légère.

« Qu’est-ce que t’en pense ? »

Déduisant qu’elle parlait sans doute de la vue, l’androïde se tourna à nouveau vers l’horizon, ses lentilles s’adaptant, faisant de petits bruits discrets alors qu’elle zoomait sur les petits détails insignifiants. « Mes données recensent tellement d’horreurs et de misère … Cette vue, en comparaison, est paradisiaque. »

La femme poussa un long rire, lourd. « Heh Heh … J’avoue. Elle est pas mal, cette vue. »

Puis le silence. Celle portant une blouse de scientifique derrière elle restant immobile, ne perturbant pas le tableau, laissant le son des vagues et des mouettes rythmé ce levé de soleil.  Au bout d’un moment, de moins en moins fascinée par le paysage, elle te tourna à nouveau, se redressant cette-fois pour s’approcher de la scientifique.

« Pourquoi … Pourquoi m’avoir créé ? C’est … Bien vous qui m’avez créé, n’est-ce pas ? »

Elle n’eut comme simple réponse qu’un long regard accommodé d’un petit sourire amusé, satisfait, presque gaillard. La scientifique se contenta de la regarder de la tête au pied, avec admiration peut-être et finit par hausser les épaules.

« Est-ce que cela a réellement de l’importance ? »

« O-Oui … Pour savoir … ce que je dois faire. »

Elle secoua la tête de gauche à droite, lentement. « Sais-tu pourquoi moi, j’ai été créée ? » Après un court silence, elle comprit que sa création ne le savait très certainement pas. « Je ne le sais pas non plus. Je sais pourquoi tu as été créée … mais je ne sais pas Pour Quoi… » Et voyant l’androïde l’observer en essayant de comprendre, elle se gratta mollement la tête. « Cela a du sens, non ? Heh heh … Peut-être pas … Vient. On doit parler. »

La jeune femme tendit doucement la main vers elle mais au lieu de prendre celle de sa création qui tendait la sienne comme pour une poignée de main, elle la prit bras dessus, bras dessous pour rentrer cotes à cotes, dans un endroit plus intime.

En sa compagnie, elle apprit qu’on l’avait affectueusement appelé Five et qu’elle-même se faisait appeler Four, Tisha Esso de son vrai nom. Elles parlèrent longtemps, des heures où Five écoutait ses anecdotes, ses souvenirs, ses travaux … Elle découvrit une femme plein d’humour, il fallait en avoir pour appeler sa création ainsi, un peu distraite, rêveuse, pas la plus vive mais faisant tout ce qui était en son pouvoir pour être agréable. Elle lui raconta son enfance à Numbani, comme quoi, comparé à aujourd’hui, elle était une pile électrique faisant les quatre cent coups. Son père était militaire, sa mère secrétaire du maire de Numbani, qu’elle n’a jamais trop vu son père de par ses missions, sa mère à cause de son travail, ainsi de suite. Elle lui raconta qu’elles étaient ici à l’observatoire Gibraltar, une base de l’organisation d’Overwatch, même organisation dont elle faisait partit, leur offrant sa science… Elles parlèrent de la guerre omnic, de la cause … Et finalement, elle lui dit qu’elle avait toujours voulu avoir un enfant… Mais qu’à cause d’une maladie incurable, même avec la technologie d’aujourd’hui, elle ne pourra jamais en avoir … Et qu’à cause de cette même maladie, elle allait bientôt s’éteindre, bien plus tôt que quiconque.

Ecoutant et comprenant, Five, assise sur la table où elle s’était réveillée, lui demanda avec un peu de tristesse dans la voix, découvrant elle-même ses propres sentiments au fur et à mesure que cette femme lui racontait ses aventures et mésaventures.  «  C’est pour ça que vous m’avez créer ? Pour … être votre fille ? » Elle ne répondit pas, baissant un peu la tête au dessus de son mug vide, sans réelle émotion sur son visage. « … Devrais-je vous appeler mère ? Ou … Maman ? »

Le regard toujours planté dans sa tasse, elle réfléchit un instant avant de parler à nouveau avec une certaine mélancolie. « Je ne t’ai pas programmé pour être ma fille … Si c’était le cas, tu ne te poserais même pas la question. Je t’ai programmé … pour être une jeune femme authentique. Pour être une personne qui fait ses choix et agit de manière parfois illogique … car c’est ce qu’un cœur fait parfois, n’est-ce pas ? »

Sachant bien que même pour une personne ayant vécu toute sa vie parmi les Hommes, cette question était difficile à répondre, elle enchaina. « Si ma fille était un robot sans volonté … Cela n’aurait que peu de sens, non ? C’est pour ça que j’ai passé des mois à te créer et te perfectionner … Des nuits entières à calculer et à encoder pour créer qui tu es … Sans même savoir qui tu finiras par être, au final. » Elle dit ça comme si tout son travail a été fait pour un résultat qu’elle voulait elle-même aléatoire. Cependant, elle finit par hausser les épaules, nonchalante « Je ne te force à rien. Mais je compte bien te faire comprendre. »

Toujours aussi confuse mais désireuse d’apprendre plus sur sa situation, sur celle de sa « mère », sur ce qui l’entoure, Five suivit cette femme au quotidien et engrangeant savoir et découvrant petit à petit ce qu’était le monde par l’intermédiaire d’internet, des bases de données, ainsi de suite. Elle apprit les choses les plus insignifiantes comme ce qu’était la dubstep ou des recettes de cuisine maison lambda … Jusqu’au fonctionnement de la société, la politique et bien entendu ce qu’était Overwatch, l’organisme pour qui travaillait sa mère. Elle eut le temps de soulever de vrais questions concernant la guerre omniac et par conséquence, pourquoi elle devait … vivre un peu cacher.

A l’époque où Five vit le jour, les négociations entre humains et omnics avaient aboutit et petit à petit, les êtres robotisées comme elle peuplaient les villes en tant qu’égale … Sur le papier du moins car de nombreux, très nombreux articles parlaient encore de violence, de discrimination, de guerre froide … certains pays pourchassant encore activement les omniacs. Five, quand à elle, était en quelque sorte également une omniaque, à la différence que sa création se fit dans l’ombre et d’une manière qui outrepassait bien des lois. Four a du récupérer de vieilles carcasses sur les champs de batail, faire le ménage après certaines missions, voler des parts, créer sans autorisation, dans un milieu progressif mais encore rétissant. Après tout, beaucoup à Overwatch disaient encore s’être engagé pour mettre un terme aux manigances des robots, pas pour travailler avec eux. Mais à l’observatoire, tout le monde semblait tenir le secret de sa création. Elle comprit bien vite que la grande scientifique était appréciée ou alors qu’on avait pitié d’elle et s’accordaient pour laisser à Four l’honneur de faire ce qu’elle désirait du reste de sa vie que tout le monde savait bien courte.

Sa mère n’était pas réellement sensible au sujet, ou du moins, elle ne laissait rien paraitre. Elle parlait ouvertement de sa mort imminente avec nonchalance, avec humour, clamant haut et fort qu’elle avait dévoué le reste de sa vie à la bonne cause alors … elle désirait qu’on lui lâche un peu les basques pour son dernier désire. Mais au plus elle fréquentait la scientifique, au plus elle la surprenait en train de s’isoler, faire de grand sourires en publique mais broyer du noir lorsqu’elle était seule. Elle l’observait et tentait de comprendre ce qui se passait avec sa mère, essayait de comprendre, encore et toujours, pourquoi elle avait été créée. C’était un plaisir pour elle d’aider dans les labos et soutenir les membres d’Overwatch mais la question se posait tout les jours … Sans Four, avait-elle une existence propre ?

Car à l’heure actuelle, elle était certainement prise de compassion pour sa pauvre mère… Elle semblait être sa seule confidente, celle qui parfois pouvait la voir dépressive et épuisée. Manque d’énergie, narcoleptique, prise d’hémorragie à intervalle régulier … Non. On ne pouvait pas être pleinement heureux ainsi.

Ainsi, sous la tutelle de sa mère et des membres d’Overwatch bienveillant, Five « grandit » pour être une jeune femme curieuse et toujours prête à aider. Elle était intelligente et gardienne d’un grand savoir puisqu’elle apprenait toujours plus mais son désire de voir les choses par elle-même la poussa un jour à la faute. Elle avait bu tant d’images, dans de simulation, elle avait déjà parcouru l’Egypte, les Alpes, les forêts d’Amazonie depuis son observatoire … Mais elle ressentait le besoin d’expérimenter les choses par elle-même, comme si ses images n’étaient rien de comparable à la réalité, ce qui n’était pas réellement faux non plus.

Interdite de quitter l’observatoire, elle fut un jour surprise en train d’essayer d’embarquer dans un transport pour une mission. Une parfaite occasion de découvrir Venise mais peut-être que le jeu n’en valait pas la chandelle. Le responsable de la station la repéra et la traina de force devant Four qui était préoccupée par un autre projet qui lui tenait à cœur … On la jeta à terre après une entrée fracassante dans leurs appartements, le supérieur accompagné de deux soldats faisant office de garde, au cas où l’omnique décidait de faire des choses plus stupide encore. Alors que Five se relevait lentement, sentant la honte peser sur ses épaules, de s’être faite prendre mais également d’avoir fait quelque chose d’aussi stupide que désobéir aux ordres, réalisant elle-même que ses désires n’en valait pas la réputation d’Overwatch, sa sécurité ou celle de sa mère … Elle se retrouva le visage plaquée contre le sol, écrasé sous la botte de la personne en charge.

« Voila pourquoi je n’ai jamais approuvé ta petite fantaisie, Four. Ton joujou a faillit se faire la malle sur un de nos transport. »

Lorsqu’elle vit le spectacle cependant, Four vit rouge et défiant sa fatigue chronique, se saisit d’un appareille qu’elle tripotait sur son plan de travail, referma en un instant le boitié ouvert et brandit ce qui semblait être une arme vers son supérieur, mettant les deux gardes en alerte par la même occasion.

« Touche pas à ma fille, connard ! A moins que tu veuille que je t’explose la tronche … »

« Four, est-ce que vous vous rendez bien compte de ce que vous faite ? Menace de mort sur votre supérieur, on pourrait vous faire enf- »

Mais elle le coupa en beuglant, à cran « ET TOI ?! Tu te rend compte ce que tu fais ?! T’es en train d’écraser les circuits de mon enfant ! » et en effet, on pouvait voir quelques arcs électrique s’échapper d’une plaie ouverte dans le visage synthétique de Five, produit par la pression excessive des bottes à crampon sur son visage. « Tu sais mieux que quiconque ma situation ici ! Je me contre-fou de finir en taule ou même de crever, je suis DEJA morte ! Alors pour la dernière fois, retire ton putain d’pied du visage de ma petite fille car j’aurais aucun remord à prendre ma revanche pour tout les coups de pute que tu m’as fait ! »

N’importe qui aurait sans doute demandé à ce qu’on arrête la scientifique quoi qu’il arrive en vu de la réaction excessive qu’elle venait d’avoir mais le commandant de la base semblait avoir un contentieux avec la scientfique qui fait qu’ils se connaissaient, au fond, assez bien. C’est pourquoi il pesta simplement et poussa l’omniaque soumise à ses pieds, non pas sans un petit coup brutal de mépris, faisant signe aux agents l’accompagnant de baisser leurs armes.

« Peu importe, pauvre folle. Des sanctions sont de rigueur. Vous en entendrez parler après qu’on en aura débattu. D’ici là, garde ta « fille » en laisse au risque qu’on la démonte sur l’instant. »

La scientifique vint se précipiter sur sa création pour l’aider à se redresser un peu et regarder son visage, voir si elle n’avait rien de trop endommagé, celle-ci marmonnant. « Tu … n’aurais pas du … Tu aurais pu, juste … me reconstruire au besoin… »

Mais avant qu’elle puisse répondre quoique se soit, le supérieur acquiesça. « Je dois au moins te féliciter, elle semble avoir un tout petit peu plus de jugeote que toi. Mais je te l’ai déjà dit et je te le répète, le monde n’est pas encore prêt pour elle, pour … les omnics indépendant, les substitue, les robots « fait maison »… Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Surtout celui-là.»

Il se retira ensuite sans un mot de plus, les gardes le suivant… Laissant la mère et la fille seule, la scientifique ayant visiblement pas écouté un traitre mot qu’on lui avait dit, s’occupant bien plus du troue dans le visage de sa précieuse Five, lui ouvrant la bouche pour estimer les dégats, ouvrant ses paupières pour voir ses lentilles, ainsi de suite.

« C’était … exagéré … Pourquoi tu as réagit comme ça ? »

Un peu tremblante, elle répondit en cherchant un peu ses mots, encore sous le choc et la panique qu’elle s’était infligée à elle-même sous la colère qu’elle ressentit à voir sa chérie trainée ainsi dans la boue.

« C’est vrai que sans toi … Il y a des nuits où je me disait que je pourrais continuer de vivre entre le crépuscule et les ténèbres … Mais depuis que je t’ai créé Five… C’est ta voix que j’entends quand je m’écroule. Tu m’as sauvé la vie, Five. »

Prise d’émotion comme rarement chez cette femme d’habitude si « je-m’en-foutiste » et légère, elle traina sa création jusqu’à l’établit où elle la coucha, jetant les débris et les pièces détaches à terre pour pouvoir lui refermer la joue, agissant avec exagération peut-être.

« Je suis malheureuse depuis tellement d’années, ma chérie … Je sais que c’est mal mais … Je ne pourrais pas me préoccupé moins que ça des autres, d’Overwatch, de notre « mission » … Je vais bientôt mourir mon cœur, tu le sais. Je pensais pouvoir me réconforté en me disant que je travaillerais pour faire le bien mais ça ne m’a jamais apporté que des emmerdes … Alors que toi ? Toi, je n’ai jamais regretté un instant de t’avoir créé. Tu es celle qui me rend heureuse … Le monde peut bruler, tant que toi tu vas bien, c’est tout ce qui compte. »

Five était bien entendu touchée par cette déclaration d’amour d’une mère à sa fille mais cela l’inquiétait grandement aussi. Toutes ses années à travailler avec Overwatch, quand bien même elle n’avait jamais participé aux missions sur le terrain, l’avait exposé aux horreurs du monde, à la guerre, à cet « âge des héros » qui était peut-être emplie d’espoir mais également de doute et de tristesse. L’Australie n’était plus qu’un désert apocalyptique, la Russie subit encore de plein fouet les insurrections d’omnics, des gangs et mafias s’installaient dans tout les coins du mondes et Talon, leur Némésis, persévéraient à commettre des crimes contre l’humanité. Avec tout ça en vigueur … Il était difficile de constater que Four venait implicitement de lui dire que tout ça n’avait aucun intérêt pour elle. Peut-être était-ce simplement le choc, la dépression qui parlait et c’est pour ça qu’elle pardonna à sa mère ses paroles sans doute irréfléchies … Mais cela lui donna matière à réfléchir.

Contrairement à beaucoup d’Omnics qui ont prit conscience de leur existence au fil des âges, Five avait été spécialement construit pour être humaine et rien d’autre. Elle n’était pas une machine de guerre, ni un robot domestique ou industriel … Five existait pour dire d’exister. Elle se referma petit à petit sur elle-même, ne s’ouvrant qu’à sa mère qui avait cruellement besoin d’elle, de son assistance physique comme morale alors qu’elle essayait de comprendre ce qui était important dans la vie. Etait-ce les gens qu’on aime, comme le soulignait Four ? Etait-ce la paix et le devoir, inculqué par les valeurs d’Overwatch ? Ou bien fallait-il vivre sa vie plus égoïstement et trouver son propre bonheur, comme l’a fait sa mère qui a négligé ses travaux pour Overwatch pour se focalisé sur la création de sa fille qui, ultimement, n’avança pas réellement la progression de l’organisation et des héros qu’elle devait soutenir.

Le temps passa et l’incident avait prit des conséquences désastreuses pour Four. Brillante scientifique, elle n’avait pas été viré ou mise en prison mais elle était surveillée. Une ambiance hostile s’était installée, accentuant le renfermement de Five. Elles n’étaient pas des criminels mais c’était tout comme. Bientôt, même au sein d’Overwatch, elles étaient un peu les parias, les victimes d’une sorte de mutinerie organisée par le directeurs des opérations de Gibraltar qui avait arranger le visage de l’omnic, un lynchage total.

C’est pourquoi … La destruction du QG d’Overwatch, qui signait aussi son arrêt définitif, était presque un soulagement. Il est vrai, de toute façon, que le climat devenait plutôt nocif, que cela soit la presse contre Overwatch ou même les conflits interne avec tout ce qui constituait l’obscure branche de Blackwatch… Quittant l’observatoire  qui n’était plus leur maison de toute façon, Four et Five tournèrent la page pour se concentrer sur ce qui était le plus important aux yeux de l’omnic : la santé de sa mère.

Peu de temps après toute l’agitation autour de l’act Petra, l’état de la scientifique se désagrégea. Sa maladie incurable approchait son stade finale et rapidement, elle du se déplacer en fauteuil roulant avec une assistance médicale constante. Depuis ce jour, ce fut Five qui était plus ou moins aux commandes… Sentant son heure arrivé, Four laissa aux bons soins de sa fille la décision de où aller et quoi faire mais ceci n’était pas réellement un abandon. Elle lui avait toujours expliqué qu’elle avait quelque chose à faire, un projet qu’elle devait terminer et qui lui tenait à cœur avant de s’en aller. Alors qu’elle continuait ses recherches, autant qu’elle le pouvait, Five emmena sa mère aux quatre coins du monde, cherchant l’aide médicale des plus grands génies de leur ère, malgré le diagnostique indiscutable de Angela Ziegler, une des meilleur et la responsable de la branche médicale d’Overwatch, à l’époque. Les démarches qu’elle faisait dans un vain espoir de sauver sa mère amenèrent un jour à cette discussion.

« Five ? Que feras-tu une fois que je ne serais plus là ? »

« Je ne sais pas … Je ne préfère pas y penser. »

« Chérie, tu sais que ça arrivera … N’as-tu donc aucun rêves depuis toutes ses années ? Ta pauvre mère a pas été si incompétente qu’elle t’a dépourvue d’imagination, si ? Heh heh … »

« … Je suppose que j’aimerais sortir. Faire tout ce que je ne pouvais pas faire tant que j’étais à Gibraltar. Le son, les couleurs, danser, m’agiter de concert avec les autres à un concert de Lùcio, pourquoi pas. » Après tout, elle avait un esprit jeune et s’était émerveillée devant milles choses en parcourant le net. « Visiter les pyramides d’Egypte … Les temples des Shambali … Tokyo, Paris, New-York … Je me demande toujours si vivre chaque chose que j’ai vécu dans les simulations ne serait pas mieux que les regarder sur un écran. »

« Et … comment comptes-tu t’en sortir pour faire tout ça ? » Elle reprit après avoir constaté le mutisme de sa fille. « Tu pourrais reprendre mes recherches et gagner ta vie ainsi … Mais est-ce réellement ce que tu désire faire ? Sans moi pour valider ton existence, il te faudra de quoi retomber sur tes pattes lorsqu’on te demandera de quel Omnium tu viens … Il te faudra être quelqu’un pour qu’on ne te pose jamais la question.»

« Etre … quelqu’un ? … »

Il est vrai qu’elle était faite de toute part avec des reliques de technologie volées. Qu’elle ait été fabriquée par une civile n’aurait pas autant été un problème si elle n’était pas composées de ses parts très spécifique qu’on détectera sans doute si on prend la peine de la faire passer sous un scanner avancé. Après tout … Four s’était servie de ses relations avec Blackwatch, par l’intermédiaire de son supérieur de l’époque, pour voler dans l’ombre des bijoux d’ingénierie qui auraient pu être exposés dans des musées. Peut-être avait-elle contribué ainsi à al suspicion grandissante envers Overwatch par l’intermédiaire des méfaits de Blackwatch …

Le moment fatidique arriva finalement… Malgré les efforts de sa fille, la scientifique  n’en avait plus que pour quelques jours d’après les médecins la suivant. Five s’y était préparée mais cela n’empêchait pas la tristesse et le désarroi. Avant de se coucher sur son lit de mort cependant, elle trouva la force de faire quelques changements sur sa fille qui suivit ses instructions sans protester. Elle pu sentir les changements dans son corps lorsque sa mère entra manuellement beaucoup de données et, par l’aide de branchements, insuffla en elle une énergie nouvelle, différente de l’énergie Omnic traditionnelle. Elle lui expliqua ce qu’elle lui faisait.

« Five ? Tu sais … Que je travaille sur quelque chose depuis avant la fermeture d’Overwatch, n’est-ce pas ? … Et bien, j’ai terminé. Juste à temps. »

Les yeux de l’être cybernétique se mirent à luire d’une couleur changeante, identifiant un gaz emplissant son corps et s’infiltrant dans ses circuits. Les données qu’elle lui avait transmise expliquérent ce que c’était mais sa mère lui en parla quand même.

« Je l’ai appelé … Le gaz Aurora. Ils m’avaient demandé à l’époque de travaillé sur une arme mais … je pense avoir fait bien mieux. Grace à ce gaz et grace à ton corps qui en produira toujours désormais … Tu auras toujours la force de surmonter tout les obstacles. »

L’Aurora, de ce qu’elle comprenait, était une source d’énergie plus puissante que le nucléaire encore. Là où le nucléaire produit de l’énergie par la fission des atomes, l’Aurora, lui, alterne un cycle de fission et de fusion, renouvelant toujours la source d’énergie, la rendant illimitée, se nourrissant elle-même dans un procédé violent mais que le corps de Five pouvait tout à fait contenir. C’était … peut-être pourquoi Four sentait le besoin de s’emparer des plus grandes technologies de la planète. Pour que Five soit la gardienne d’un tel progrès. Avec cette énergie, tant de problèmes écologiques pouvaient être réglés mais tant d’armes à la puissance destructrices pouvaient aussi voir le jour.

«  J’ai toujours eut des remords … J’ai toujours été un génie, d’après ce qu’on dit … Pourtant je passe mes journées à dormir. Oui, je sais, c’est à cause de ma maladie … Mais je pouvais faire tant de chose si je le désirais réellement. Alors voila … Avant de partir … J’ai fait ce que j’ai pu … Et d’une pierre deux coups … Five, si un jour tu ne t’en sort réellement pas, l’Aurora t’assurera un future. »

« Maman, on sait toute les deux ce que ça veut dire pour le monde. Avec la guerre, Talon, il ne faudra pas quelques jours avant que ce gaz sème la mort ! »

« Alors garde-le précieusement … Jusqu’à ce que le monde soit prêt, ma chérie … »

« Et … Et comment je le saurais sans toi pour me le dire ? … »

« Tu es une fille intelligente, Five. Et ton voyage vient à peine de commencer. Si tu es perdue … Regarde vers les étoiles. Tu as ta place là-haut … Rappelle-toi de prendre le temps d’être heureuse. C’est ce qui compte le plus. Que ton destin soit grand ou horrible … Rappelle-toi que tu peux vivre tes rêves … Et que je serais toujours dans ceux-ci, même si se sont des cauchemars. Alors sèche tes larmes, ma fille car tout se passera bien.»

Five lui tint la main jusqu’à son dernier soupire, ne quittant pas son chevet une fois qu’elle se coucha dans son lit, comme si toute les deux savaient que le moment approchait à grand pas … Et la même nuit, elle n’était plus de ce monde.
Bien évidement, Five encaissa durement. Equipée avec de telles fonctions, les larmes ne cessèrent de couler pendant des jours, s’enfermant seule dans le labo de sa mère … Seule, en effet. Trop occupée à courir, à s’occuper de sa mère pour avoir des amis sur qui elle pourrait compter…

Bien obligée, elle décida de quitter son domicile temporaire en Corée du Sud pour déménager au japon. C’était sans grande convictions qu’elle avait choisis son premier arrêt dans son voyage autour du monde, encore affectée par sa perte mais assez consciente pour savoir qu’après quelques jours au fond du trou, elle devait faire quelque chose pour remonter, au moins un peu. La veille de son départ, cependant, elle reçu un étrange message sur l’ordinateur de sa mère, sur un réseau de communication dont elle ignorait même l’existence sur cette station. Elle fut témoin du message de Winston, un gorille ancien membre d’Overwatch qu’elle n’avait vu que de loin à l’époque. Ancienne agent d’Overwatch, c’était normal que sa mère reçoive ce message mais aussi inspirant soit-il … Five ne réussit pas à laisser l’inspiration et le sens du devoir l’emporter. C’était … Beaucoup trop tôt après la perte de sa mère.

Elle garda cependant le message sur un des appareille portable qui allait de paire avec l’ordinateur, le supprimant de la tour principale … et prépara ses affaires pour partir. Le monde avait besoin de héros mais elle n’en était pas un. Elle n’était … qu’un robot vide et perdue sans sa précieuse mère. C’était bien évidement faux mais son malheur lui faisait dire autrement. Et son étourdissement en découlant lui porta préjudice et fit basculer sa vie, rapidement et stupidement de son point de vue.

A l’aéroport, elle fut fouillée et on trouva sur elle le communicateur d’Overwatch. Cela n’aurait pas été si dérangeant en temps normal, après tout Overwatch a été vital à l’humanité à un moment donné, il n’est pas rare de voir des marchandises avec leur logo mais celui-ci était un produit authentique d’Overwatch avec un code bien précis inscrit au dos pour identification. Le genre de chose que les gardes avaient remarqué, malheureusement. Lorsqu’elle compris en quoi cela pourrait être un problème, elle eut la présence d’esprit de protéger ce que Winston avait mit en place. Sévèrement punit par la loi, le message n’aurait eut aucun impacte si les gouvernements avaient apprit la nouvel et tué new-Overwatch dans l’œuf. Ainsi, elle se jeta sur les agents de sécurité et saisit le communicateur pour le détruire dans un réflexe de manique avant qu’ils ne découvrent le message. Un tel comportement valu la déduction que Five était suspicieuse et probablement coupable de collaboration avec Overwatch et elle fut traquée. Son sens de la survie, cependant, la poussa à courir et à s’échapper au lieu de se rendre, ayant toujours au fond de sa conscience l’idée qu’elle ne pourrait jamais devenir « quelqu’un » comme sa mère le voulait si elle croupissait en prison. Mais est-ce qu’être un hors-la-loi était une meilleure solution ? Peut-être était-ce une erreur.

Grace à l’Aurora qui lui offrit une plus grande force, une plus grande agilité et rapidité, elle réussit à semer ses poursuivants mais ne pouvait pas réellement espérer retourner à une vie normale après cela. Elle savait comment cela marchait … Son visage et sa signature magnétique était désormais répertorié  dans les bases de données des diverses forces de protection gouvernemental, et si ce n’est pas le cas, cela le serait bientôt. Après quelques jours, voir mois à errer dans les rues et à se cacher, encore incertaine de son futur, elle fut contactée par un omnic suspicieux qui commença à lui relater des détails dérangeant sur sa vie que personne n’était sensé savoir, le tout saupoudré de l’information qu’elle commençait à attirer l’attention. En effet, une omnic montrant une telle résistance et échappant au regard de la justice avec de telles prouesses que lui permettait l’Aurora … Ne restait en effet par longtemps inaperçu. Une simple suggestion émergea de cette discussion. Rejoindre le clan Shimada en échange de protection, de sécurité, d’un nouveau chez soit.

Five n’était pas idiote, ce n’était pas de bon cœur qu’ils faisaient ça. Ils voulaient l’avoir dans leur poche pour perpétuer leur tradition du crime, peut-être même découvrir ce qui l’a rendu si insaisissable l’autre jour… C’est avec un geste injurieux qu’elle conclus l’appel holographique mais au plus elle trainait dans les rues, au plus elle avait du mal à supporter cette fameuse insécurité… Elle réfléchit et coupa la poire en deux. Elle contacta à nouveau cet omnic chez les Shimada et parvint à un commun accord. Elle ne serait nullement rattaché à eux et ne leur devra rien mais si ils désiraient son aide, elle jouerait les mercenaires tant qu’on la paye. Pas le résultat qu’ils espéraient, bien sur, mais l’information sembla être retenue.

De par cette décision, Five réussit à se sortir des bas-fond pour au moins pouvoir se payer un hotel et ainsi de suite, accomplissant de petits contrats pour Shimada seulement au début … Avant d’étendre ses horizons. Elle se battait, elle s’équipait, elle hackait, elle récoltait et se faisait un nom, bien que ce ne fût pas du tout son intention. Elle n’état qu’une jeune femme en train d’essayer de survivre dans un monde rude et injuste. Etre mercenaire était bien loin de ses rêves. On voyage mais on ne peut plus se permettre l’innocence à laquelle elle aspirait tant…

Depuis ce jour, elle accomplit des contrats ici et là pour survivre mais ultimement, elle cherchait à se sortir de cette situation épineuse. Elle avait apprit à gérer le danger à force de le rencontrer au coin de la rue mais nuire aux gens n’était pas dans sa philosophie, clairement pas … Protéger l’Aurora et se racheter une conduite … Mais comment faire ? Elle n’en avait aucune idée … Elle savait juste qu’elle avait besoin d’aide. Et étrangement, Overwatch ne lui passa pas par l’esprit, peut-être … encore amer.








►Pseudo :
Kuzfo
►Comment avez-vous connu le forum ?
On me l’a présenté
►Une remarque ? Forum RP sur Overwatch = https://www.youtube.com/watch?v=cWxh9lGOeqQ
►Avez-vous un double compte ? Nope !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Mer 30 Mai - 17:26

Bonjour Five Esso, je te souhaite la bienvenue.
Je te remercie pour le petit moment rp que nous avons partagé aujourd'hui et j'espère que nous aurons l’occasion d'en refaire.




Revenir en haut Aller en bas

 ►Véritable nom :
Roman Sem.


 ►Localisation :
Là où ça vous arrange pas.


 ►Affiliation :
New Overwatch.


 ►Equipement :
Gants répulseurs, drones d’espionnage, un beretta nommé "pasdechance", oeil gauche mécanique.

the world can always use more heroes
avatar
Roman Sem
lazy bones
Mer 30 Mai - 21:52



Qu'est-ce qui a 4 fois plus de chocolat ?

Etre conçue sans en comprendre parfaitement les intentions laisse peut-être la chance de réellement devenir. Five est née d'une main bienfaisante mais vacillante et a certainement su l'armer de la seule lumière pouvant être encore reçue à l'approche du grand rien : un sentiment d'accomplissement. Grâce à une création mais surtout à une fille tout n'était peut-être pas si vain au bout du chemin. Aujourd'hui face à elle-même et contre beaucoup l'omnic doit peut-être survivre avant de réellement vivre. Mais si son innocence se fane, que des compromis doivent être faits, ses idéaux ne sont pas vraiment morts. Peut-être sauront-ils s'incarner pour illuminer encore.

J'ai adoré te lire. Pour commencer la manière dont tu as décris tes aptitudes rend sacrément bien, c'est futé de penser à Five comme à un personnage intégré au jeu et d'ailleurs ça ferait un gameplay bien fun. D'ailleurs il y a beaucoup d'inventivité là-dedans, autant dans le chara-design que dans ses compétences. Concernant ton histoire là aussi je clap clap parce que tout ce que tu as pioché dans le Lore s'intègre super bien. Gibraltar, la référence à Venise, le rappel de Winston, les vols de Five. Tout ça permet bien de replacer le personnage dans la continuité et de lui accorder une influence dessus.
Mais je dois avouer que j'ai eu un coup de cœur particulier pour son rapport envers sa créatrice. L'émotion marche très bien et l'attitude de sa mère y aide beaucoup. J'aime bien son ton dé-cadencé et fatigué qui match bien avec son détachement avenant. Et Five, en découvrant ses sentiments pour elle et en se découvrant elle-même touche beaucoup. Bref tu es évidemment validée et je viendrai sûrement t'enquiquiner pour un lien.


L'aurora pour une nouvelle aube ?










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

Lost in Thoughts - Five

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-