Raven, l’ombre de deux camps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Dim 27 Mai - 17:51



Raven, l’ombre de deux camps

►NOM et Prénom(s): Rachel Roth (nom de la mère), Rachel Bartalotti (nom de naissance)
►Age : 19 ans
►Profession : Officiellement, agent de la Griffe
►Groupe : Actuellement, la Griffe
►Avatar : Raven des Teens Titans (https://www.deviantart.com/art/Raven-429123295)
►Compétences : A cause des expériences et des implants qu’on lui a infligés étant enfant, Raven a la possibilité de ressentir les émotions des gens qui sont proche d’elle. Ceci lui donne deux avantages, premièrement, le fait d’apprendre rapidement en ressentant l’expérience de ces proches voisins, deuxièmement, la possibilité de manipuler les émotions ressentis et donc d’influencer les choix de ces cibles. Cette compétence fait d’elle une agent de renseignement et une bonne combattante.
Un des types d’implants qu’on lui équipé lorsqu’elle était enfant, n’a pour le moment que rarement fonctionné. Il s’agissait d’une fonction de sa peau envoyant des phéromones hypnotiques qui obligent quiconque les sent à obéir à des ordres verbaux. Raven n’a jamais voulu développer ces capacités et personnes n’a jamais su si cet implant était fonctionnel. A ce jour, elle ne l’a utilisé que trois fois pour sauver sa vie et une fois de manière égoiste.

►Equipement : Raven ne porte pas d’équipement particulier. Elle s’adapte généralement à la situation et à la mission. De par sa capacité d’empathie, elle sait manier une grande partie des armes légères et lourdes. Pourtant, n’appréciant pas le combat, elle ne garde pas avec elle une arme en particulier et n’en collectionne pas.
►Avis sur la chute d'Overwatch : « Overwatch était l’une des plus grandes chances de cette planète, ils combattaient le chaos et ils sauvaient les familles qui en avaient besoin. Ma mère, faisait partie de cette organisation et les valeurs qu’elle m’a enseigné ont l’air d’être ceux d’Overwatch. J’aurai été ravi de les rejoindre, mais le destin en a choisi autrement. »
►Si concerné(é) ou au courant, un avis sur le rappel des ex-agents d'Overwatch ? Texte ici.« J’ai appris il y a peu de temps, qu’il y avait de la part d’un dénommé Winston, une tentative de recréer l’organisation. J’espère sincèrement qu’ils arriveront à combattre la Griffe et si je peux les aider, j’userais de ma place et de mes compétences pour leur donner des informations. »
►Avis sur les Omniaques : « Ils ont étaient construits pour nous servir, pour être nos esclaves, nous n’aurions jamais dû leur laisser la chance de nous combattre. Alors leurs faire croire qu’ils ont les mêmes droits que nous. Je n’y pense pas, nous leur sommes supérieures. Si vous pensez que les omniaques ont leurs places dans ce monde, je vous dirai d’aller en Australie ou en Corée voir si le quotidien est merveilleux quand on accepte ces êtres inférieurs dans notre monde. »
►Quelques traits de caractère ? (facultatif) Raven de par les implants qu’elle porte a une très grande capacité d’empathie. Ceci fait que le caractère de Raven s’adapte principalement aux gens qui l’entourent. De base, quand elle ne ressent pas réellement les émotions des autres, elle est quelqu’un de très renfermé, timide et froide. Elle ne veut pas s’attacher aux gens pour éviter de les perdre, mais aussi qu’ils restent avec elle à cause de ces capacités. Elle a une très mauvaise opinion des hommes après avoir appris ce que son père a fait à sa mère. Elle a pourtant hérité du racisme de son père et elle croit que la race humaine est supérieure à toutes les autres races.
►Des détails significatifs ? Raven n’a pas de détails significatifs à proprement dit, sauf  la couleur de ces cheveux qui ont virés au pourpre suite à toutes les expériences qu’elle a subi étant enfant.



Histoire

« Si je devais résumer ma vie, je le ferais en trois parties.

En premier, de ma naissance, jusqu’à mes onze ans.
Ma mère Julia Roth était une agent de l’organisation Overwatch. Sa fonction était le développement scientifique et particulièrement d’améliorer ces travaux sur les phéromones naturels. Elle pensait pouvoir améliorer les capacités militaires des agents sur le champ de bataille en synthétisant ce que la nature pouvait donner. Malheureusement elle se fit enlever par des terroristes et fut forcé de travailler pour Antonio Bartalotti leur chef. Ma mère refusa de coopérer et ce chien la viola en représailles, la forçant à garder l’enfant de ce crime. Moi.
Il m’utilisa comme moyen de pression pour qu’elle coopère et afin de s’assurer qu’elle travaille bien, ce fut sur moi que fut réalisée la majorité des expériences. Je fus ainsi la cible de 76 opérations de ma naissance à mes onze ans. Ces derniers augmentèrent mon empathie, ma capacité d’apprentissage et théoriquement ma capacité de persuasion. Bien que pour ce dernier point, j’eu la chance de ne devoir jamais m’entrainer à l’utiliser.
Antonio était fier de sa fille, même s’il portait un implant pour ne pas subir les effets des phéromones que je pouvais dégager. Il voulut que je reste avec lui lorsqu’il interrogé ces ennemis afin que je l’informe des émotions qui traversait l’esprit de ces cibles. Ainsi, il monta rapidement en grade jusqu’à contrôler entièrement cette organisation qui se faisait appeler « La Griffe ».
Cette période de ma vie, s’arrêta lorsqu’un groupe d’agent de Blacwatch s’infiltra dans la base de mon père à Venise et qu’ils le tuèrent. Ma mère, sentant le vent tourné me pris avec elle et nous partions de cette ville pour rejoindre Milan.

De mes onze ans à mes dix-sept.
Ma mère Julia voulu se racheter pour tous le mal que j’avais subis de mon père. Elle me raconta toute son histoire, Overwatch, le viol, les expériences forcées et jura qu’elle ferait tout au monde pour se faire pardonner. Ce fut la première fois que je vis ma mère pleuré et je ne pouvais qu’accepter sa douleur, sa peine et son amour pour moi. Je savais depuis toujours qu’elle m’aimait, je n’avais aucun doute la dessus, je le savais.
A Milan, nous tentions de reprendre une vie normale. Elle m’inscrivit à l’école et trouva un travail d’assistante médicale dans un petit cabinet. J’appris très vite et je rattrapais mon retour par rapport aux autres élèves. Pourtant, je ne me fis pas d’amis par peur qu’ils soient influencés par mes phéromones. Ma mère avait tenté de me dire qu’il n’y avait aucune chance, si j’apprenais à les maitriser, mais je ne voulais pas prendre le risque.
Mon adolescence fut donc principalement dans les bibliothèques, dans ma chambre ou en cours. Les rares garçons qui tentaient de m’approchaient se prenaient rapidement les plus beaux vents de leurs vies. Pourtant, je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir les émotions d’une jeune fille, Lucia. Elle était gentille avec moi et nous partagions souvent des moments de lecture ensemble. J’adorais l’héroic-fantasy et elle était plus dans des livres de romances. De romance.
Je ne sais pas pourquoi, mais il y a eu un jour ce Carmelo qui est venu lui parler. Ils rigolaient beaucoup ensemble et je ressentais l’amour qu’elle avait pour lui grandir à chacune de leurs rencontres. Lorsqu’elle m’annonça par téléphone qu’ils c’étaient embrassés et qu’elle était amoureuse, je sentis une jalousie monter en moi. C’est dur à dire, mais j’ai donné rendez-vous à Carmelo prêt du lycée et pour la première fois de ma vie, je lui ordonnai de marcher vers le Nord jusqu’à  la Mer du Nord et d’aller se noyer dedans. Ce qu’il fit sans se plaindre.
Lucia fut triste et je partageais sa peine, mais elle était avec moi désormais.

De mes dix-sept ans à nos jours.
C’était la nuit, Lucia était venue dormir à la maison. Nous n’étions donc que tous les trois avec ma mère. Il devait être une heure du matin quand un premier commando frappa par l’entrée principale, suivit rapidement d’un second par la fenêtre de la chambre de ma mère. Leurs tenus, leurs violences. Ils étaient des membres de La Griffe et ils étaient venus me chercher. Julia fut abattue la première alors qu’elle cherchait à prévenir les forces de l’ordre. Moi et Lucia, nous sommes partis nous cacher dans le grenier. Elle avait peur, j’étais terrorisé. Un premier soldat entra dans la pièce, face à lui, je lui ordonnai de combattre ces collègues jusqu’à la mort. Il se retourna et tira une balle dans la tête de son coéquipier. Je regardais et j’apprenais de sa manière de se battre. Pourtant, il ne put résister face à trois ennemis équipés de masques. Impossible de les convaincre. Au lieu de ça, je ramassais le fusil d’assaut au sol et commença à abattre ces trois agents qui ne s’attendaient pas à cette résistance.
Au matin, je pris mes affaires et demanda à Lucia si elle voulait venir avec moi. Elle accepta. Est-ce que c’était à cause de mes phéromones, ou par amour … je ne le savais pas.
Il aurait fallu qu’elle ne vienne pas. Deux jours plus tard, une autre escouade arriva sur nous et elle fut tuée d’une balle en pleine tête. Folle de rage je rendis chaque goutte de sang versé sur ces soldats et j’ordonnai au dernier survivant de me dire ou se trouvait La Griffe. Il me donna une adresse, un mot de passe et des indications juste avant de mourir.
Je passais des mois à me cacher, à faire oublier mon existence pour finalement rejoindre cette adresse. Je me présentai comme Raven afin de me faire recruter. Sur place, je trouvai rapidement une personne ayant accès à l’informatique de l’organisation. Personne à qui j’ordonnais d’effacer toutes traces de moi sur toutes les bases de données du monde. Et c’est ainsi que commença mon entrée dans La Griffe avec comme objectif de la détruire de l’intérieur.
Je n’avais pas pensé qu’à force de me trouver avec mes ennemis, et à ressentir leurs émotions, je commencerais à trouver leur cause juste et leur méthode acceptable. »








►Pseudo :
...
►Comment avez-vous connu le forum ?
...
►Une remarque ? ...
►Avez-vous un double compte ? ...




Revenir en haut Aller en bas

 ►Véritable nom :
Roman Sem.


 ►Localisation :
Là où ça vous arrange pas.


 ►Affiliation :
New Overwatch.


 ►Equipement :
Gants répulseurs, drones d’espionnage, un beretta nommé "pasdechance", oeil gauche mécanique.

the world can always use more heroes
avatar
Roman Sem
lazy bones
Dim 27 Mai - 21:32



Et le corbeau dit : jamais plus !

Rien n'était là pour accueillir Rachel dans un monde qui lui accorderait la liberté d'être pour et par elle-même. Sa première prison fut d'être considérée comme une monnaie de chantage pouvant être expérimentée pour gagner en valeur, pour gonfler un égo criminel. Sa deuxième cage fut de ressentir trop. D'être un plan au-dessus des rapports ordinaires et de ne plus pouvoir s'y inscrire. Sa dernière geôle sonne comme une table rase de tous les espoirs. Mais pour la première fois, cette fois, elle a la main. Peut-être que la Griffe ne sait pas reconnaître son pire adversaire.

O H M O N D I E U. Ceci n'est pas un exercice, je suis tellement enthousiaste que j'implose. Déjà il faut savoir que Raven est un de mes persos de fiction préféré tous univers confondus. Donc tu partais avec un excellent choix. Mais qu'est-ce que j'ai apprécié de te lire. Tout est si juste et intelligemment dosé. Son background est tragique, sa capacité d'empathie lui ouvre un apprentissage du rapport aux autres unique si ce n'est excluant, mais tu appuies uniquement là où il faut pour le faire ressentir. J'ai beaucoup aimé la manière assez triste dont elle a géré ses émotions vis à vis de Julia. Je ressens chez elle une forme d'acceptation de sa condition tout en étant capable de  vouloir prêter tout ce qu'elle est à une cause perçue meilleure. Et l'idée d'inclure Antonio est cool, tu trouves même une raison à ses implants en plus. J'aurais presque envie de remercier Reyes pour sa balle perdue entre deux yeux. Ah et j'aime bien tes modifs sur la fiche de présentation aussi. Bref tu es évidemment validée !


Azarath... Metrion... ZINTHOS!










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Lun 28 Mai - 7:56

Raven, l'ombre de deux camps

Je te remercie Roman pour ta validation, mais modère tes émotions, elles m'envahissent.
Je suis heureuse de voir ta joie pour ce choix et je tenterait de ne pas salir son image à tes yeux.
Tu ne peux pas savoir comme je suis contente d'être validée, je vais pouvoir vivre et me libérer de ces prisons.
Je suis si folle de joie, que Reyes est tirée cette balle.
Bisou.
Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
the world can always use more heroes

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

Raven, l’ombre de deux camps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-