Le Père des Dévoreurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
the world can always use more heroes
avatar
Carl Sorince
Recrue
Mar 15 Mai - 23:38



Carl Sorince
Plus on est de fous...

 

►Infos sur le personnage

Carl est le dirigeant des dévoreurs : un groupe de mercenaires excessivement portés sur la violence ayant pour base une ancienne plateforme pétrolière en plein centre du pacifique. Excessivement cynique, amoral, asocial et narcissique, le tueur ne s'est jamais soucié des causes défendues par ceux qui l'employaient et a donc fait intervenir ses hommes dans une douzaine de pays "officiellement" et un peu plus du double "officieusement". Ca n'a manifestement pas plu a tout le monde. Récemment, des agents du Talon ont lamentablement ratés une tentative d'assassinat le visant, lui. Un de ses vieux "amis" est mort en prenant la balle à sa place.
Ca l'a profondément vexé. Et ses six cent hommes aussi.

Liens recherchés

Absolument tout ce que vous voulez, y'a qu'à demander, héhé.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Alasker


 ►Localisation :
Tu ne souhaites pas savoir


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Ce serait trop long

the world can always use more heroes
avatar
Alasker Crudelis
Le nettoyeur
Mer 16 Mai - 0:23

Je tiens à signaler que personne ne m'a forcé à cracher ce que je vais cracher plus bas. J'ai écris ces lignes pour que vos rapaces d'inspecteurs cessent de me regarder comme si j'étais un potentiel agent infiltré (Coucou Lieutenant). Vraiment, j'aimerais que vos fouineurs prennent en note que je donne toutes ces informations sans rien demander en échange. Appelez ça de la bonne volonté. Moi j'appelle ça de l'instinct de survie.
Ouai, je sais ce que vous vous dites. Qu'est-ce qu'un homme peut bien faire à une organisation comme la nôtre, hein? Huhuhu. Vous ne savez tellement pas dans quelle merde vous nous avez tous fourrés en donnant l'ordre.
Carl n'est plus un homme depuis bien longtemps m'sieurs dames. C'est une chimère. Un monstre de Frankenstein créé et animé par l'homme qu'il était autrefois. Fut un temps où vous auriez pu le tuer aisément, d'une balle dans la tête, parce que personne n'aurait prit la balle à sa place. Mais maintenant... Huhuhu.
Ce n'est plus un serpent. C'est une hydre. Ils étaient cent quarante-quatre quand je les ai quittés. Et je pouvais voir à l'époque dans les yeux du patron que ce n'était que le début, pour lui. Chacun de ses lieutenants lui sont entièrement dévoués. Si vous le tuez, vous ne les disperserez pas. Vous les rendrez fous de rage et de manque. Il deviendra leur Jésus. Ils l'élèveront au rang de martyr et décideront de mourir en sa mémoire. Principalement parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas vivre sans sa lucidité. Et la dernière chose que nous désirons, c'est voir les Dévoreurs rentrer dans une rage destructrice et suicidaire dirigée toute contre nous.
Bref.
Je vous vois déjà froncer les sourcils. Ne faites pas la tête, je ne suis pas en train de vous dire d'abandonner l'idée d'abattre le Dieu du Sang. J'essaie simplement de vous faire comprendre une chose : Le tuer Lui va demander beaucoup, beaucoup d'énergie. De temps. D'argent. Et de sang. Parce qu'il va falloir faire tomber avec lui tout ses lieutenants. Tous ceux qui rallieraient les troupes et partiraient en croisade contre nous à sa mort. Je ne parle pas simplement de la Sanglot. Evidemment, elle doit tomber. Mais il y a aussi Le Favoris. Et cette saleté de Roderick. Même sa sale bête, Morgar, pourrait nommer un successeur en laissant un cinglé quelconque s'approcher du trône aux milles visages sans le bouffer. Si Carl doit mourir, tout ses lieutenants doivent le suivre dans la tombe...
Et ils sont nombreux.


La Sanglot
C'est difficile de ne pas les mentionner, eux. C'est "l'escouade de commandement" de Carl. Ce qui se rapproche le plus "d'amis" pour lui. On pourrait presque dire qu'il a confiance en eux. Presque.
Au combat comme dans le civil, ils sont à ses cotés. Est-ce que je suis vraiment obligé de préciser qu'ils sont foutrement dangereux?


Darius Jenkins :
souriez !:
 
"Ca fait des années que je le connais. Pourtant, quand il rit comme ça...Ce gosse me fait toujours autant flipper." -Darius au sujet de Carl, évidemment.
Âge : 54 ans
Equipement :
-Armure de combat semi-lourde
-Fusil d'assaut
-Epée tronçonneuse
-Pistolet lourd
Spécialité :
-Engagement à courte et moyenne portée
-Embuscade
-Corps à corps
Description : Vous voyez le grand soldat souriant sur les affiches de propagande de l'armée? Vous visualisez son visage carré, sa coupe courte (règlementaire comme ils disent), ses bras aux muscles noueux et son regard bleu ciel qui fait craquer les nanas facilement impressionnables tout en rendant vert de jalousie les futures nouvelles recrues?
Bah vous lui rajoutez trente ans dans la tronche et vous obtenez Darius. Sa coupe courte est désormais...une coupe moyenne, sauf qu'en plus c'est tout gris. Son menton de vrai gars, de dur, de vrai, c'est toujours le même, il est en plus orné d'un bouc du plus mauvais goût. Ses yeux bleus jadis si perçant ont désormais des cernes de la taille de deux paquebots chacun les encerclant. Sa peau usée par les tempêtes de sables, de neige, de balles, par le climat tropical, par l'hiver nucléaire, est parcheminée comme celle d'un mec s'approchant des soixante dix piges, alors elle est quasiment tout le temps recouverte par une armure de combat tactique aussi noire que ses cernes...
Bon, j'en rajoute un peu. Avec un descriptif pareil, il n'a pas l'air très dangereux. Attendez un peu.
C'est toujours un soldat, et un bon. Un vétéran. Son corps a beau avoir l'air usé, il n'en reste pas moins virtuellement indestructible. Ses muscles et ses réflexes sont toujours les mêmes. Sinon Carl ne l'aurait pas gardé. C'est pas un grand sentimental. J'vous l'avais déjà dis?
A savoir :
Bon, quand je suis partis, lui et Mendoz' étaient clairement les plus équilibrés de la bande. C'était un peu le coté "clair mais pas trop" de la Sanglot. Autant dire qu'on ne les écoutait pas souvent.
Sinon que dire hm...Darius était déjà un Dévoreur avant que la troupe ne commence à porter ce nom. C'est à dire avant que Carl ne débarque pour tuer l'ancien capitaine. Je pense que c'est en partie pour ça que le Dieu du Sang a tant tenu à ce que le vieux rejoigne sa Sanglot. Au début du moins. C'était une sorte de trophée parlant qu'il pouvait agiter à droite à gauche dès que quelqu'un mentionnait un potentiel "bon vieux temps". Maintenant...Carl l'aime bien. Et je pense que c'est réciproque, malgré les grommèlements constants du vieux guerrier à l'encontre des "manières" de son nouveau patron.
Qu'on s'le dise : Darius n'est pas un sadique ni un psychotique. C'est un bon tueur, un bon tireur et un excellent combattant au corps à corps. Mais c'est pas un cinglé. C'est principalement ça qui le différencie des "autres". Il ne carbure pas au Vermeil et garde toujours la tête froide. Impossible de lui faire péter un plomb. J'dirais que sa principale faiblesse, c'est le fait qu'il vise comme une burne, à l'inverse de son défunt fils...
Ah, ouai. Important ça aussi. C'est le père de Mendoza. Vous savez, le mec que vous avez descendu?
Ps : Il va nous en vouloir à mort pour ça.

"Docteur" Mila Rosenwald :
je l'adore celle-ci:
 
"Le docteur sera toujours au petit soin avec toi..." Mila, au sujet de Carl, encore.
Âge : 32 ans
Equipement :
-Combinaison de combat légère
-Fusil d'assaut
-Machette militaire
-D'innombrables ustensiles coupants attachés à sa ceinture
-Pistolet lourd
Spécialité :
-Médecine (trop souvent sans anesthésie)
-Débauche & folie
-Interrogatoire, torture et intimidation
-Corps à corps
Description :
Elle est littéralement la succube du groupe. Et je n'en rajoute même pas.
C'est une belle femme. Avec de belles formes. Un beau visage. De très beaux yeux gris. De beaux cheveux blonds. Peau parfaite, teint de porcelaine... Son corps est ferme, sportif. Un mètre soixante-et-onze pour 56 kilos... Sur le papier et à première vue, ça sonne plutôt pas mal. On est même plus proche du descriptif du mannequin que d'la guerrière, hein?
Sauf que si vous virez les étoiles qui obstruent votre foutu vision pendant un peu plus de deux minutes, vous vous rendez vite compte que quelque chose ne va définitivement pas. Outre les dents taillées en pointes (traits communs à tout les dévoreurs depuis quelques années), Mila souffre des mêmes "soucis d'apparence" que son chef bien aimé : Cernes sous les yeux de la taille d'un paquebot sur un paquebot, meurtrissures tout autour de la bouche (elle se dévore la chair des lèvres lorsqu'elle est agitée, c'est à dire tout le temps) innombrables tics nerveux (tentez de la regarder dans les yeux plus de dix secondes et si elle ne vous aime pas elle va commencer à trembler de la main droite tout en clignant furieusement des paupières), marques de lames sur les bras, les jambes, le dos, les seins...Toutes les coupures sont auto-infligées, bien sûr.
Et ce n'est strictement rien comparé à ce qu'elle est capable d'infliger aux autres.
A savoir :
C'est la plus barge. Mila a un vrai problème avec tout ce qui touche à la sexualité et la mort et adore mélanger les deux de la plus malsaine manière. Et elle est obsédée par Carl. Tout simplement.
Ce n'est même plus de l'amour, à ce stade, c'est de l'obsession. Plus Carl l'ignore et repousse ses avances, plus elle redouble de violence, de cruauté et d'ardeur pour attirer son attention. Lors d'une opération dans le Sahara, elle a écorché une vingtaine d'hommes en une journée. Une. Seule. Journée. Et pour couronner le tout, elle a bouffé leurs yeux. Voilà, c'est ce genre de personne.
Comme tout les Dévoreurs, c'est une tueuse confirmée mais...Aussi un médecin. Et un bon, hein. Malgré le fait qu'elle soit plutôt radin niveau anesthésie, j'ai jamais vus quelqu'un d'aussi doué dans le domaine d'arrêter une hémorragie, recoudre une plaie, ce genre de trucs...
C'est, du coup, aussi une excellente tortionnaire, évidemment.
PS : Elle est raid dingue du Nuage Vermeil

Mike Fergusshon :
foutu poseur:
 
"Je mentirais en disant que j'ai jamais souhaité être à la place de ce pendejo. Mais je l'aime trop pour le descendre, je crois." Mike au sujet de...Oh vous avez compris, quoi.
Âge : 26 ans
Equipement :
-Combinaison de combat légère
-Paire de pistolets mitrailleurs
-Epée tronçonneuse
-Double pistolets lourds
Spécialité :
-Pilotage
-Provocations inutiles en plusieurs langues
-Contournement de système de sécurité informatiques ou mécaniques
-Dépourvu de peur
-Infiltration
Description :
C'est le plus jeune de la bande et ça se voit. Le temps et la guerre n'ont pas encore eût l'occasion de marquer son corps ou ses traits. Mike le sait bien, il fier de sa jolie petite gueule de frimeur aux yeux noirs, au visage bien fait, bien taillé, sans cicatrices ni rides. Le jeune con croit même que ses petits muscles tout secs de poseurs des plages ont quelque chose d'intimidant. L'arrogance de la jeunesse. C'est un poids plume parmi la Sanglot. Un mètre soixante dix huit pour soixante six kilos, c'est loin des mensurations d'un Forge-Mort ou même d'un Alexey. Pourtant, ce serait mentir de prétendre que ce petit con au sourire et à la vanne facile ne fait pas forte impression au premier coup d'œil. Que ce soit le tatouage à l'arrière de son crâne chauve représentant une cible grossièrement dessinée (pour aider les snipers, selon lui) Les lignes droites de "scarifications artistiques" sur le dessus de ses avant-bras ou ses longs doigts dépourvus d'ongles...Y'a forcément quelque chose, chez lui, qui retient le regard, et pas de la manière la plus agréable (remarque vous devriez commencer à piger que c'est pas la spécialité de ce groupe, l'agréable).
Ouai, son apparence est celle du gamin à belle gueule et instable. Et c'est précisément c'qu'il est. Miky est un type honnête, il ne cache rien, jamais. Ni son attitude "normal" profondément belliqueuse et provocatrice, ni ses sautes d'humeurs constantes frisant de plus en plus la folie. Et ça, malgré ce que vous pouvez en penser, c'est appréciable dans le milieu. Les gars comme ça poignardent, certes, mais jamais dans le dos. Toujours en regardant dans les yeux.
A savoir :
Ca me gave profondément d'avoir à parler de ce petit gars comme ça parce qu'à l'époque où je travaillais avec la Sanglot, c'était clairement l'un de mes préférés. Miky n'est pas foncièrement mauvais. En arrivant, c'était juste un chiot un peu foufou en fait. Sauf que son nouveau maître, Carl, l'a de suite encouragé à multiplier les conneries, au lieu de réfréner ses trop nombreuses pulsions. Il est littéralement l'exemple vivant de ce que tout jeune dévoreur rêve (et risque) de devenir en suivant la voie tracée par le patron. En quelques années, le petit Mike est passé de chiot foufou à chien de guerre enragé, parcourant les champs de batailles aux cotés de son maître la bave aux lèvres, tout fier. C'est le pire genre de jeune soldats qu'on peut rencontrer en guerre. Vif, bon viseur, malin...Et totalement dépourvu de peur. Ce n'est pas un grand décideur, Mike aime...Adore, suivre les ordres. C'est ce qu'il fait de mieux. Surtout lorsque lesdits ordres impliquent beaucoup d'explosions, de frimes et de morts. Sa nature survoltée l'a rendu aussi totalement fou des grandes vitesses. C'est un pilote de génie sur tout ce qui roule, flotte ou vole. Oui, oui. Il a chopé les diplômes pour ces trois types de véhicules. Un vrai petit génie, j'vous dis.


Morgar :
Je crois que ce chien est malade:
 
"Morgar? Bouffe-le." –Carl au sujet d'un type qui lui a mal parlé.
Âge : Dix ou quinze ans, je sais pas...
Equipement :
-Dents
-Griffes
-Mauvaise haleine.
Spécialité :
-Sait ouvrir les portes
-Donner la patte
-Aboyer et grogner en sentant un intrus
-Poursuivre l'intrus
-Passer à travers la vitre blindée du blindé léger dans lequel s'est réfugié l'intrus
-Manger l'intrus
Description :
C'est un lézard de quatre mètres de longs.
Un mètre quinze au garrot. Non, ce n'est pas très naturel. En réalité c'est le résultat d'un mic-mac génétique orchestré par un type à l'instinct de conservation définitivement peu développé. Dans l'ADN de la bête se trouve donc, dans l'ordre :
-Du crocodile marin (ce qui nous fait un point commun, ahaha).
-Du crocodile du Nil !
-Du croc...En fait son "papa" a prit tout les plus gros spécimens de crodilidé...Crocodiliné...Crocodilien? La famille de lézards qui bouffent les gens dans l'eau.
-Un peu de Varan des Komodos
-Un soupçon de Monstre de Gila (il a gardé le venin)
-Un chouya de tortue alligator
-Une absence de respect pour les lois les plus élémentaire de la vie
Vu de l'extérieur, c'est un reptile de tailles plutôt respectable brun/vert, haut sur pattes, et visiblement atteint de plusieurs maladies incurables.
Sa peau (enfin ses écailles) fond continuellement au niveau de son cou et de ses articulations de la manière la plus répugnante possible (il faut un certain temps pour s'habituer à l'odeur). Un problème au niveau cellulaire, disait son papa. Un problème que la bête a su apparemment surpassé, puisqu'elle possède une capacité de régénération égalant ses capacités de...Dégénération. En fait, ses cellules meurent et renaissent aussitôt. Selon les "estimations" du regretté créateur de cette merveille, la douleur qu'il subit en tout temps aurait dû le tuer dès sa naissance.
Hélas, comme d'habitude, ses estimations se sont avérées particulièrement pourries.
A savoir :
Il meurt probablement d'une balle dans la tête. Je trouve que c'est important de le notifier.
Je suppose que vous vous posez des questions concernant la légitimité de l'existence de ce truc. C'est normal. Et vous vous demandez aussi comment un reptile de cette taille, foutrement carnivore, peux être aussi dévoué à un humain. La réponse à ça est plutôt simple : Sans le père des Dévoreurs, Morgar serait mort. Clairement. Au départ, le créateur de la bêbête : Richard Klinge, le cliché du scientifique taré et obsédé par la génétique, avait contacté les dévoreurs dans le but de "nettoyer" sa petite ile privée, après qu'un "regrettable incident de sécurité" ait causé la fuite de quatorze de ses créations, Morgar comprit. Croyant que mon ancien patron et ses Dévoreurs se sentiraient plus confiants une fois l'exemple donné, l'imbécile s'est dépêché de descendre l'une de ses deux dernières bêtes encore en captivité d'un coup de fusil de chasse en pleine tête. "C'est comme ça qu'il faut faire" nous avait dit l'imbécile.
Carl a fortement approuvé. Puis il a décapité son interlocuteur d'un coup de fusil à pompe. Ensuite, il est parti chercher, seul, les bêbêtes. Je ne connais pas toute l'histoire mais je me souviens de la fin : Quand le patron est revenu, Morgar marchait à ses cotés. Et toutes les autres bestioles résidaient dans son estomac (celui de Morgar hein).
Depuis ils ne se lâchent plus. C'était y'a un peu plus de dix ans.
Voilà pour la leçon d'histoire.
Maintenant, retenez bien ceci : Morgar est incapable de se rendre invisible. Il n'est pas invincible non plus et, globalement, ce n'est rien de plus qu'un énorme crocodile terrestre un peu haut sur pattes. Beaucoup d'abrutis ne le considèrent que comme un chien d'attaque dont on peut facilement se débarrasser. Ce. N'est. Pas. Le cas. On l'a chronométré a soixante-cinq kilomètres heures (c'est plus que le t-rex de jurassic park ! ) et sa morsure est accompagnée d'un venin assez douloureux pour incapacité un homme adulte et entrainé (ou lui déclencher une crise cardiaque si il n'est pas solide). Comble du bonheur, comme n'importe quel croco bien énervé, ses écailles encaissent les tirs de petits calibres sans trop de mal et –surtout- ses blessures se referment beaucoup trop vite pour que ça soit naturel.
Donc :
Si vous êtes assez proche de lui pour le voir : Visez la tête. N'essayez pas de fuir. N'essayez pas non plus d'appeler à l'aide. Rien ni personne ne sera assez rapide pour se mettre entre lui et vous de toutes façons. Visez. La. Tête.
Si vous le ratez...Optez pour la vôtre.

SK1NN3R :
mais qu'il est mignon:
 
"Le créateur obéit au Père. J'obéis donc au Père." –SK1NN3R au sujet du grand mystère de la vie.
Âge : Certaines de ses pièces remontent à un peu moins d'un siècle.
Equipements :
-Griffes énergétiques
-Logique implacable
-Corps de métal
Spécialité :
-Infiltration
-Assassinat
-Reconnaissance
-Créateur de terreur
-Ecorchage
-Embuscade
-Corps à corps
Description :
Vous visualisez votre gentil voisin omniac qui nourrit son chien et sort les poubelles en oubliant jamais, ô grand jamais, de vous saluer en soulevant son chic couvre-chef masquant sa jolie petite tête toute lisse? SK1 n'est absolument pas, ABSOLUMENT PAS ce modèle.
C'est un squelette d'acier gris-noir, blindé, de deux mètre soixante (plus grand que moi), vouté et silencieusement mortel. Son "visage" est celui d'une tête de mort grimaçante aux yeux luisants d'un vert émeraude absolument pas naturel (ça vous fait penser à quelqu'un?). Ses quatre membres sont d'une longueur et d'une finesse tellement prononcée qu'ils en deviennent malsains...Bon, le coté malsain est peut-être, un peu, aussi dû à la présence des longues griffes énergétiques terminant chacun d'entres-eux. Attention hein, je ne parle pas de petites griffes là. Je parle de vingt mini-sabres ultra-aiguisés, capable de transpercer métal comme chair sans forcer, constamment parcourus d'éclairs incapacitants. Celles qu'il a au niveau des mains...Sont, ses doigts. Mais les modèles de ses membres inférieurs sont rétractables à volonté, comme les chats, quoi... Il ne les sort, habituellement, que pour grimper sur un toit, sur un mur, au plafond ou pour s'ensevelir sous terre...Du coup c'est plutôt comme les chiens, mais on s'est comprit.
Comme si son apparence "naturelle" n'était pas assez glauque, SK1 s'est, dès que possible, affublé d'une cape pour le moins...Spéciale. A l'image du trône aux milles visages, l'ornement est fait de ce cuir humain qu'il aime tant dépecer sur le terrain. C'est le seul "vêtement" que ce foutu robot porte.
Ca en dit long, comme je dis souvent.
A savoir :
C'est Joshua qui l'a créé. Le Forge-mort, qui avait toujours été un fana de robotiques et d'armements, a trouvé en SK1NN3R son projet ultime. Et il l'a plutôt bien réussi. Le tas de taule est une très bonne machine à tuer : Dépourvue de sentiments, extrêmement fidèle à son créateur et horriblement efficace sur le terrain. C'est l'un des seuls Sanglot à posséder une véritable affinité avec la discrétion et tout ce qui touche à l'infiltration (avec Mike, Alexey et Carl lui-même), aussi est-il souvent déployé en tant qu'éclaireur, comme Teretchenko. Partageant d'ailleurs avec ce dernier son amour pour les conversations silencieuses, le tas de taule a finit par devenir pote avec le sociopathe tireur d'élite. Lorsqu'ils sont tout deux déployés, ils progressent en binôme, à l'avant du groupe, offrant ainsi un tableau particulièrement sinistres aux quelques malchanceux capable de percer du regard l'obscurité dans laquelle le duo évolue naturellement.
Y'a pas grand chose d'autres à savoir sur cette saloperie. Il faut le réduire en pièce pour le tuer. Ne pas lui laisser suffisamment de morceaux intacts pour éviter aux nano-machines vrombissant dans ses entrailles d'acier l'occas' de le réparer tout seul. Son "papa" bossait sur un autre modèle, quand je suis parti. Mais y'a rien de neuf, pour l'instant. Je crois.
ps : Lorsque les dévoreurs sont employés par et pour des "gentils" (nations-unies, tout ça) SK1NN3R n'apparaît pas et ne peut tout simplement pas être déployé. Vous imaginez ce que ça implique? Alexey a le droit d'être déployé. Morgar a le droit d'être déployé, même Mila ! Mais pas SK1. Parce que la Sanglot et Carl lui-même trouvent ses méthodes de combats moralement discutables.

Joshua Klern "Le Forge-Mort" :
je nie toute ressemblance avec ce type:
 
"Héhéhé...Boum." –Joshua, au sujet de mon lance-grenade.
Âge : 37 ans
Équipements :
-Fusil mitrailleur
-Lance-grenade
-Pistolet ultra lourd
-Armure de combat complète, ultra-lourde
-Glaive énergétique a deux mains
-A venir (sans doute) une brouette pour trimballer toutes cette ferraille
Spécialités :
-Logistique
-Robotique
-Démolition
-Corps à corps
Description :
Sans mes améliorations, le grand gaillard que j'étais serais passé pour un nain à coté du Forge-Mort. Il n'est pas simplement "grand". Un type d'un mètre quatre-vingt quinze est grand. Nan. Lui, il est massif. Il mesure deux mètres dix-huit pour cent quatorze kilos. Le petit gars aime raconter comment son médecin scolaire, lors de son enfance mouvementée, à cru avoir découvert en lui un cas rare de gigantisme alors qu'il n'avait encore qu'une dizaine d'années. Voilà voilà.
Pourtant, hormis sa taille, Josh' n'est clairement pas le plus intimidant de la bande. C'est un mec plutôt normal, en fait, d'apparence j'veux dire. Il a pas de balafres visibles, un visage -bien qu'excessivement carré- avenant, n'affichant jamais un rictus trahissant une folie sanguinaire grandissante...Ses petits yeux marrons sont enfoncés dans leurs orbites et lui donnent souvent un air endormi. Sa barbe est brune, longue, taillée très approximativement à l'inverse de ses cheveux constamment coupés court. Mike disait qu'il ressemble au père Noël en plus jeune. J'suis assez d'accord. Je crois. J'n'ai pas croisé le père Noël dans sa jeunesse, remarque.
Bien entendu son apparence débonnaire est nettement moins flagrante lorsqu'il porte son armure de combat et braque un fusil de la taille de votre torse sur ledit torse.
A savoir :
C'est un mec plutôt sage, comparé au reste. Un bon gars. Qui pense à la vie des siens avant la sienne. Avec des idées franchement intéressantes parfois. Son avis sur la politique et sur la vie dans sa globalité est à milles-lieues de ce a quoi on pourrait s'attendre de la part d'un mercenaire spécialisé dans l'armement et les munitions explosives.  
Mais.
Même si il sait tenir une conversation de plus de dix minutes avec un type qui a un avis différent du sien sans lui arracher la tête à main nue.
C'est quand même un Sanglot.
Ce type, à la voix si calme et posée en temps normal...C'est le créateur de SK1NN3R. C'est LUI, qui a forgé, programmé et testé sur le champ de bataille un robot tueur spécialisé dans l'écorchage d'êtres humains, vivants ou morts. C'est aussi LUI qui a confectionné le lance-grenade que j'utilise actuellement. Vous savez, celui qui peut cracher des munitions incendiaires ou acides. C'est encore et toujours LUI qui, après avoir inhalé une bouffée de Vermeil, s'est mit à courir en hurlant dans le désert du Sahara, au mépris des bombes, des balles et des lames, pour écraser le visage de nos opposants du moment à main nue, retirer son casque, puis boire la mélasse gélatineuse qu'était devenu leurs cervelles.
Oui. Joshua est un homme calme, diplomate et mesuré dans le civil. La plupart du temps.
Mais c'est aussi Le Forge-Mort de La Sanglot. Un tueur dévoué, prenant ses collègues pour sa famille, et prêt à tout, absolument tout, pour les protéger.

Alexey Teretchenko :
...:
 
"..." –Alexey au sujet d'approximativement tout.
Âge : 35 ans
Equipement :
-Fusil de Sniper Antimatériel
-Pistolet lourd
-Combinaison de combat légère
-Couteau de combat
Spécialité :
-Tir de précision
-Assassinat
-Infiltration
-Reconnaissance
-Avoir l'air bizarre
-Bousiller l'ambiance d'une conversation grâce à sa seule présence

Description :
Carl a l'air dingue. Slick a l'air dingue. Mila a l'air dingue, Mike a l'air dingue !
Alexey a l'air vide. Son regard grisâtre est celui d'un être qui n'a jamais rien ressenti, de bons comme de mauvais, à part peut-être une étrange curiosité pour tout ce qui touche au morbide. Sa pilosité elle-même reflète son absence de vie intérieure. Alexey n'a que trente-cinq ans, pourtant il n'a plus de sourcils, sans parler de ses cheveux coupés court et son éternelle barbe de trois jours qui sont blancs depuis plus d'une décennie. N'allez pas me dire que c'est pas une sorte de message envoyé par mère nature, ça.
C'est une grande perche toute sèche, sinon. Un peu plus d'un mètre quatre-vingt dix pour à peine quatre vingt kilos. C'est pas squelettique, mais c'est pas épais non plus. Le juste milieu, quoi...C'est d'ailleurs comme ça qu'on peut résumer son rôle dans La Sanglot : Il est invisible au milieu de la bande de cinglés de Carl. Taille moyenne. Rien de trop étrange à signaler. Pas de sourires aux dents pointues. Pas de tatouages bizarres ou de scarifications. Pas de tics nerveux. Son attitude va dans le même sens, d'ailleurs. Il se met naturellement en retrait. Dans l'ombre. Et observe tout ce qui se passe. Tout le temps.

A savoir :
Je suis presque sûr que c'est lui qui a chopé votre assassin. En fait, je suis déjà assez impressionné par le fait que ce dernier ait eût le temps de tirer avant de mourir. Vraiment. Les capacités d'observations d'Alexey sont presque inhumaines. Une vie passée à chercher dans l'ombre ou à l'horizon le moindre petit reflet, le plus infime mouvement, à finit par rendre ce salopard plus précis et plus vif qu'un renard. J'ai jamais pu le supporter, autant dans le civil qu'au combat. Sa façon de tout scruter silencieusement, de se fondre dans la nuit, de ne jamais rien dire tout en sachant toujours tout...C'est franchement révélateur, je trouve.
On le surnomme "l'homme gris", à cause de son tempérament...Ou de son apparence. Avec Morgar, SK1NN3R et le patron, c'est l'un des êtres les plus craint et respecté des Dévoreurs. Parce qu'il est efficace. Et silencieux. Et...C'est tout.
Vraiment, j'aimerais vous en dire plus hein...Sauf que ce qu'il y a ci-dessus, ce sont vraiment les seules choses que j'ai appris sur lui en le côtoyant pendant un peu plus de cinq ans. Voilà voilà. Ahem. Désolé.

Voilà pour sa fameuse Sanglot.
J'vous enverrais la suite en revenant de mission. Bisous.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Alasker


 ►Localisation :
Tu ne souhaites pas savoir


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Ce serait trop long

the world can always use more heroes
avatar
Alasker Crudelis
Le nettoyeur
Dim 12 Aoû - 19:24

Re, c'est encore moi. On m'surine pour que je parle un peu plus de Roderick et de ses gars, parce qu'apparemment j'l'ai mentionné sans trop m'attarder sur le sujet. Du coup nous v'là reparti.
Je vous préviens, c'est du lourd.


L’ÉGLISE DU DIEU DU SANG
Un jour, un vieillard au regard vide, vêtu uniquement de haillons ayant jadis été, j'imagine, une robe de moine, s'est agenouillé aux pieds du Père des Dévoreurs en priant ce dernier de bien vouloir l'accepter à ses cotés. Ca a surprit tout le monde, même Carl. Principalement parce que l'ancêtre en question venait tout bonnement de s'extirper des ruines fumantes (et sanglantes) d'un village que ses gars avaient nettoyés au lance-flamme, à la chevrotine et aux lames tronçonneuses l'heure d'avant. Ca l'a tellement surprit que, dans sa grande mansuétude, Il l'a accepté. Sur un coup de tête, sans doute. Alors, pour le remercier, le vieillard, après avoir déchiré convenablement le haut de sa propre robe-haillons, s'est écorché l'intégralité du pectoral droit, à coups d'ongles, en récitant ce qui avait l'air d'être un texte religieux abracadabrantesque, pendant que Carl riait aux larmes face à ce spectacle, à mi(tri?)-chemin entre le tragique, le comique...Et le répugnant.
Ce vieillard se présenta plus tard sous le nom de Roderick. Il fut la cible, pendant un certain temps, d'un nombre incalculable de quolibets de la part des Dévoreurs. Sa présence en elle-même semblait être une sorte de blague loufoque, incompréhensible, typique de ce que Carl pouvait parfois faire ou décider lorsqu'il s'ennuyait. Les gars ne comprenaient pas ce qu'un vieillard inoffensif pouvait bien faire parmi les meilleurs tueurs de cette planète. Alors ils se moquaient. Réaction logique. Le jour où huit pattes cybernétiques jaillirent de la bure du prêtre pour piétiner, transpercer puis découper le corps d'un énième petit plaisantin, les moqueries cessèrent.
Le lendemain, Roderick Le Prêtre-Araignée, profitant de la surprise et du respect qu'inspirait son premier meurtre, se mit à prêcher un tout nouveau dieu.
Le Dieu Du Sang.

Roderick, Le Prêtre-Araignée :
Bon pour la maison de retraite:
 
"-Remerciez le dieu écarlate, seigneur des serpents, des larmes et des loups. Saluez celui qui, à l'inverse de l'Imposteur Sur La Croix, ne pardonne pas les péchés...Mais les incite !"-Ce taré de Père Roderick, au sujet de son passe-temps favoris.

Âge : 67 ans

Equipement :
-Fouet-lame énergétique
-Bâton lance-flamme
-Simple bure
-Bible écarlate

Spécialité :
-Sermons galvanisants
-Endoctrinement
-Torture
-Intimidation

Description :
Roderick ressemble à un vieillard croulant sous le poids de sa propre robe d'illuminé. La courbure de son dos a quelque chose de cauchemardesque, tant elle est prononcée. Appuyé sur son éternel bâton, l'ancêtre marche pesamment, la face trop proche du sol et beaucoup trop en avant pour son propre bien et s'arrête souvent pour cracher des quintes de toux grasses, douloureuses rien qu'à l'écoute.
Son visage, plus que tout le reste,  est marqué par l'âge. Les innombrables rides le défigurant lui donnent un air d'éternel mécontent. Sa bouche tremblante, ses courts cheveux blancs, ses yeux gris, toujours fatigués, et ses grandes oreilles un peu trop décollées le rendent presqu'aimable tant il semble faible. Pitoyablement faible. Et c'est exactement ce que Roderick veut. Même les implants cybernétiques apparents, à droite de son front, semblent être parfaitement pacifiques au milieu des rides. "Sans doute est-ce là quelque chose qui l'aide à respirer. Ou qui l'empêche d'avoir un AVC." Se disent les naïfs se pensant profiler.
Personne ne prête attention au fait que, malgré sa démarche qu'on pourrait qualifier d'hésitante, on entend jamais, ô grand jamais, le moindre frottement, le moindre bruit de semelle foulant difficilement le sol sous elle. L'abbé se traine mais ne trébuche pas. Et se déplace sans le moindre son.
Personne n'imagine que derrière le lourd tissu du costume ecclésiastique se cache un corps ravagé par l'automutilation et hautement modifié cybernétiquement parlant. Roderick ne possède plus rien d'humain en-dessous de la ceinture. Il a remplacé les "faibles bâtonnets de chairs" qu'étaient ses jambes par un dispositif arachnéen cauchemardesque, implanté dans sa chair et directement relié à sa colonne vertébrale tordue. Les huit pattes du prêtre-araignée sont conçues pour, bien sûr, l'aider à se déplacer...Mais aussi, l'aider à tuer. Et de manière assez spectaculaire, en vérité. Elles tranchent aussi bien qu'une hache. Et les piques qui les terminent peuvent traverser aussi bien l'acier que la chair et les os. Mais si y'avait que ça, ça irait.
Lorsque Roderick et sa suite d'aliénés gémissants décident de suivre leur dieu au combat, le vieillard se débarrasse de sa bure et montre ainsi sa véritable forme :
Celle d'une abomination illuminée, mi-homme mi-machine, dominant fidèles et proies du haut de ses deux mètres quatre-vingt-deux. Son torse et son dos couturés de cicatrices saignent sans discontinuer. Pour maintenir cet état, des dizaines de petites araignées d'acier aux mandibules vibrantes grouillent sur lui, ouvrant à chacun de leurs pas huit nouvelles plaies qu'elles reboucheront ensuite de leurs toiles cicatricielles. L'offrande éternelle d'un prêcheur à son dieu. Des segments métalliques surgissent aussi de sa chair, tout le long de sa colonne vertébrale. Renforçant ses os tout en injectant dans son corps déclinant, à chaque instant, le même mélange que Carl aime utiliser au combat : Le nuage vermeil. Le coeur et les poumons du vieillard n'ont pas supportés plus d'un mois ces injections. Alors il les a remplacés, eux aussi, par des équivalents synthétiques, plus stables. Plus jeunes. A force d'être constamment lacérée, sa peau se nécrose par endroit. Ses araignées l'arrachent souvent pour creuser, fouiller, dans la chair, jusqu'à ce que cette dernière redevienne rouge et sanglante. Mais tout cet étalage de barbaque n'est qu'un autre mirage. En vérité le corps du vieux n'est presque plus organique. Roderick a avoué lui-même avoir remplacé plus de 75% de sa "viande". Il n'a conservé qu'une partie de l'enveloppe extérieure et...Aussi étrange que cela puisse paraître...Il a aussi gardé la plupart de ses terminaisons nerveuses. Ce qui implique que le vieux précheur ressent encore parfaitement la douleur lorsque ses bêtes l'entaillent et le dévorent.

A savoir :
Le passé de Roderick est un mystère. Il le mentionne parfois lors de ses sermons alambiqués, par bribes. Et autant dire qu'avec la façon si grandiloquente que le prêcheur à de s'exprimer, c'est difficile de savoir où s'arrête la vérité et où commence le délire mystique.
Car c'est un fou mystique. Je le dis et le redis. La plupart des gourous de sectes ne sont que d'infâmes salopards opportunistes ne croyant pas un seul instant leurs propres divagations. Ce n'est pas le cas de Roderick. Le Prêtre-araignée croit en chacune de ses paroles et, surtout, il croit en son Dieu. En Carl. Autant dire que son niveau de dévotion dépasse tout ce qu'on peut imaginer. En sa présence, on ne parle du "Vrai Seigneur" qu'en termes élogieux. Celui ou celle qui profère une plainte ou une simple blague à son encontre mérite torture puis mise à mort. Sentence qu'il appliquera bien entendu lui-même, bien qu'assisté par ses dizaines de disciples gémissants, tous aussi cinglés et dévoués que lui au Dieu Du Sang.
Oui, le Prêtre-Araignée s'est montré assez malin, éloquent et charismatique pour lever sa propre petite armée d'illuminés ultra-violents. Les premiers ont commencés à répéter ses paroles après qu'il ait finit d'écrire les 888 pages de Sa Bible Ecarlate : un bouquin remplit de délires grandiloquents glorifiant la douleur, "la sainte mort" par exsanguination et, bien sûr, racontant une version lourdement modifiée de la vie du Vrai Seigneur, Carl Sorince. En parlant du loup, ce dernier qui, au départ, voyait d'un mauvais oeil les quelques illuminés suivants en psalmodiant sans cesse leur saint prêcheur, a finit par utiliser cette troupe grandissante sur le champ de bataille. Contre toute attente, une partie à survécut au premier combat. Puis au deuxième. Au troisième. Et ainsi de suite.  C'était il y a quelques années, déjà.
Ainsi donc, maintenant, Roderick est suivit par un flot de silhouettes tordues douées dans deux domaines :
La religion.
Et la guerre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the world can always use more heroes

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

Le Père des Dévoreurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-