Petite rencontre entre collègues, ou bien plus... [feat Sombra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
the world can always use more heroes

Invité
Invité
Lun 18 Sep - 7:32

Cela remontait à bien, bien longtemps. L’omniaque le savait bien : pas de place pour le sentimentalisme. Rester dur, droite, fière, forte. Calavera s’était battu, elle avait même mentit vis à vis de son lien à sa créatrice. Elle avait tout fait selon son désir, mais aujourd’hui elle voulait s’offrir ça. Et puis, c’était l’endroit le plus stratégique pour se regrouper à l’abri des regards. Son interlocutrice était là comme chez elle après tout…
Dorado. Calavera savait que cet endroit était… un coin sensible pour les omniaques. Mais, outre le fait que sa silhouette pouvait rapidement sembler très humaine, elle savait se faire discrète. Et puis, elle était née là… dans cette ville. L’omniaque déambulait dans la rue d’un air apparemment détaché. Mais ce n’était qu’une apparence, elle savait où elle allait. Direction : un entrepôt abandonné en bordure de ville. Non loin se trouvait l’endroit où elle était née. Elle avait de l’avance, elle avait prévu d’en avoir. Aussi, elle voulait y passer avant de rejoindre Sombra au point de rendez-vous.

*********

Là voici donc dans les combles d’une cabine jadis prévue pour les gardes. C’était petit, étroit. C’était sombre, froid. Calavera repensais un peu à cette conception humaine. Eux avaient droit à un petit nid chaud et douillet pour voir le jour. L’omniaque riait presque nerveusement. Elle se demandait comment c’était, de naître dans cette chaleur ci. Elle, pour tout brasier, elle avait eut droit au regard de sa mère. Et en un sens, cela lui suffisait. Ces combles délavés, transformés en labo à l’époque, lui suffisaient. A présent il n’y avait plus rien -Sombra était probablement repassé pour récupérer le matériel. Mais l’endroit plaisait toujours à Calavera. Il lui plairait à jamais.
Assise, elle observait chaque murs, chaque recoin, comme si elle s’imprégnait du lieu avant de le quitter. Et finalement, elle s’allongea minutieusement. Elle était là, c’était dans cette position, précisément à cet endroit, qu’elle avait vu le jour. Et ainsi elle se sentait renaître. Mais dans un sens, elle ne voulait pas : elle ne voulait rien oublier de pourquoi elle était là, et de ce qu’elle allait commettre. Pour elle. Bloquant, quelques secondes, elle se releva finalement d’un mouvement nerveux et direct, se cognant même au plafond, relativement bas, dans le processus. Elle pesta quelques secondes avant de ressortir.

De nouveau à l’extérieur, elle marcha d’un pas pressé. Elle se sentait bête d’avoir voulut repasser par là. C’était… inutile. Dans un sens, Calavera imaginait déjà Sombra se moquer face ça tant de sentimentalisme… Et en même temps, l’omniaque priait pour qu’elle ne le sache jamais. Elle voulait rétorquer aux assauts intérieur de cette Sombra imaginaire, mais elle en était incapable. Elle ne pouvait pas tout gâcher maintenant...
Quelques minutes lui suffirent pourtant à tourner le regard en arrière. Pendant quelques secondes elle regarda ce bâtiment, sa première demeure. Un léger sourire se dessina sur son visage et la sérénité la reprit. Non, elle avait bien fait de passer par ici : cela lui avait fait du bien. A présent, elle pouvait repartir en guerre. Ses nerfs tiendraient : ils devaient tenir. Elle savait ce qu'elle avait à faire.

*********

Quelques minutes lui suffirent enfin à arriver à destination. Délicatement, elle ouvrit la porte métallique de l’entrepôt sans la laisser crier une seule fois d’un crissement. Elle pénétra dans l’endroit après avoir repoussé la porte tandis que sa visière se déployait sur ses yeux. Elle n’y voyait pas grand-chose, mais repérer les influx électriques pouvaient déjà la prévenir de toute présence omniaque -ou du moins de tout présence présentant des appareils électroniques. Quant à cette chère Sombra, et bien… Calavera avait beau être vigilante, elle se doutait bien que sa créatrice pouvait passer inaperçu même à ses yeux, si elle le voulait. Ainsi elle était peut être déjà là, ou peut être pas et auquel cas elle était en retard. Mais dans tous les cas l’omniaque n’avait rien à craindre d’elle : elle avait confiance en sa mère.

"Ma chère collègue, murmura-t-elle d'un ton amusé et décalé, vous ne serait quand même pas d'humeur à faire poireauter une collaboratrice aussi ponctuel et serviable que moi j'espère...

La dessus elle s'assit sur un bidon allongé, et elle porta sa main sur la bouche, comme si elle riait imperceptiblement. Vouloir son bonheur ne l'empêchait absolument pas de la taquiner après tout ! Parfois cela lui échappait, et elle semblait si humaine quand elle dérapait...




Revenir en haut Aller en bas
 

Petite rencontre entre collègues, ou bien plus... [feat Sombra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-