RP Mission 2 Soirée Mondaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Localisation :
Partout


 ►Affiliation :
New-Overwatch


 ►Equipement :
Un réseau mondial

avatar
ATHENA
Big Mother is watching you
Dim 10 Sep - 22:21



RP Mission 2 Soirée Mondaine
Event Intrigue 1.



De 20h30 à 21h30.

Le manoir Kalara était un anachronisme perdu dans la ville moderne. Situé en périphérie, son domaine immense est le reflet d’un siècle révolu et d’un mode de vie oublié. En pénétrant les portails grandissimes composés de lances pointant le ciel avec arrogance, l’imposante surface qui s’offre à vous pourrait facilement vous couper le souffle. Alors qu’une allée principale mène à un carrefour fleurit où une fontaine guerrière veille, la bâtisse se dessine, perdue dans ce jardin à perte de vue. Elle se découpe en angles et en amoncellements géométriques sans courbures, parsemée d’escaliers fastueux et le toit semble s’élever vers le ciel, désireux de l’effleurer de ses ornements pleins de sobriété. L’allée continue et débouche sur l’entrée qui se situe dans un renfoncement, encadrée de piliers d’un blanc laiteux.

Ce soir-là deux gardes encadrent les portes de bois massif, habillés dans un uniforme rappelant fortement l’héritage militaire du XXème siècle. Ils portent à leurs bassins le fourreau finement décoré d’un fleuret de duel et leur stature est digne. Aucun des deux ne semblent vérifier les invitations, laissant entrer tous les invités présentant une tenue convenable et dirigeants les badins en habits civils vers une entrée plus loin -surement destinée aux domestiques- pour qu’ils soient vêtus convenablement.  

Le Hall, bien qu’austère dans ses murs de briques et de pierres, présentent un certain art de vivre plein de panache. De chaque côté d’un tapis noir s’étendant tout le long de l’entrée se trouvent hommes et femmes de combat, présentant leurs armes blanches en les tenants droites devant eux d’une main, l’autre repliée dans leur dos.  Chaque silhouette a la rigueur d’une statue et rien ne semble pouvoir perturber leur position. Le tapis termine à une intersection.

A gauche se trouve une salle qui d’ordinaire en pleine journée devrait être illuminée de toutes parts cela grâce aux très nombreuses fenêtres qui l’arpentent. En cette soirée, la pièce accueille tous ce qui permet aux invités de se sustenter. Une table centrale accueille toutes boissons, des non alcoolisées aux bourbons et whisky. Et gravitent autour de nombreux petits guéridons accompagnant de nombreux plats.

En face de l’intersection se trouve un escalier plein de splendeurs mais deux gardiennes en coupent l’accès d’une pose rigide et d’un visage d’argile.

A droite de l’intersection se découpe une arche laissant entrevoir une salle de réception faste où de nombreuses tables sont disposées aux extrémités. Elles forment des cercles, comme l’éclosion d’une fleur et ce aux quatre angles de la salle. Un lustre raffiné se charge de donner l’éblouissement nécessaire au lieu alors que des chandelles diffusent une douce lumière sur les murs.  Le centre de la pièce est laissé libre à toutes rencontres ou initiatives de danse alors qu’une musique lancinante résonne lascivement aux oreilles des invités. L’orchestre se trouvait en haut d’un escalier au fond de la pièce. Cet escalier donne accès à une plateforme en hauteur et se divise pour ensuite permettre d’accéder aux balcons surplombant la salle de réception. Devant les musiciens, la silhouette de l’hôte de la soirée se découpe sous les lumières vacillantes des bougies. Ses lunettes reflètent la lumière dans une blancheur immaculée qui ne laissent pas deviner son regard mais lui donne un air bien plus déshumanisé. Un bras croisé et l’autre tenant un cigare, sa silhouette longiligne se tient droite comme un piquet et son visage est imperméable. Pas un mouvement ne vient contrarier cette image si ce n’est la fumée dansante et son cigare qu’elle amène parfois à sa bouche. Sa tenue ressemble très portrait à celle de ses gardes mais en bien plus décorée. De longues bottes de cuir remontent au-dessus de son pantalon lâche et le manche de son fleuret est bien plus somptueux que celui de ses subordonnés, recouvert de dorures finement sculptées.

L’héritière Karala reste debout ainsi une trentaine de minutes, toisant les invités entrants comme autant de fourmis dans un vivarium. Quand 21h pétante arrive, ses membres s’articulent soudainement et elle écrase son cigare dans un cendrier qu’on lui tend.  D’un coup de pied sec au sol qui résonne entre les murs de pierre, l’hôte intime le silence et quand elle l’a sa voix rude et assurée s’exprime.

« -Bienvenue au manoir Kalara pour cette soirée d’opportunités. Nous sommes tous réunis ici en un même lieu, puissants et anonymes et ce à nos risques et périls. » Un sourire carnassier orne ses lèvres, laissant sous-entendre que le moindre faux pas, qu’il vienne d’un président ou d’un employé de grande surface, pourrait être condamnable et fatal. « Alors je vous prie d’en profiter, l’occasion n’est que trop rare. J’ose rappeler que cette soirée n’a lieu qu’une fois tous les cinq ans et peut-être que certains d’entre vous ne pourrons plus y participer à l’avenir. Peu importe qui que vous soyez, vous avez le droit de parler à toutes les personnes présentes ici. Je dis bien toutes. Soyez juste sûr que vous serez près à en payer le prix. » La lumière dansante sur ses lunettes lui donner un air inquiétant depuis le fond de la salle.  « Je vous retrouve donc à 21h30 pour la grande valse, mais peut-être nous recroiserons nous avant. » D’un mouvement souple elle se dirige vers un trône devant l’orchestre et s’assoit, une jambe croisée sur l’autre dans un mouvement de décontraction conquérante. Ses mains gantées allument un cigare tandis que l’héritière regarde le monde s’afférer autour d’elle d’un œil torve.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

RP Mission 2 Soirée Mondaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-