Aleksandra Zaryanova ~ Together we are strong [DEPLOYED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Aleksandra Zaryanova (Александра Зарянова)


 ►Localisation :
Russie


 ►Affiliation :
Forces Armées Russes


 ►Equipement :
Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces Armor

avatar
Zarya
Recrue
Ven 4 Aoû - 2:51



Zarya, ready for duty
I am mother Russia

►Nom : Zaryanova (Зарянова)
►Prénom(s) : Aleksandra (Александра)
►Age : 28 ans
►Nationalité : Russe
►Profession : Militaire
►Groupe : Forces de l'ordre
►Avatar : Zarya Overwatch
►Equipement : Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces armor

►Avis sur la chute d'Overwatch : La chute d'Overwatch me laisse un peu indifférente dans le sens où nous, Russes, n'avons pas vraiment eu besoin de leur aide pour combattre les Omniaques. Une organisation aussi puissante et supranationale comme Overwatch ne pouvait que mal finir selon moi, aussi vertueux et altruistes que furent leurs idéaux. Néanmoins, je me dois aussi d'avouer que sans Overwatch, le monde tel que nous le connaissons n'existerait peut-être plus et que même la Russie aurait été anéantie. C'est donc une fin assez regrettable pour cette organisation malgré tout.

►Si concerné(é) ou au courant, un avis sur le rappel des ex-agents d'Overwatch ? Ce n'est qu'une rumeur qui s'est répandue dans les rangs de l'armée russe mais si elle était avérée, je suis partagée sur ce rappel. En un sens, au vu de la situation de guerre dans laquelle même la Russie se retrouve avec ce foutu réveil de l'Omnium, c'est peut-être une bonne nouvelle. Overwatch a déjà combattu avec succès pour repousser les Omniaques. En revanche, cela peut aussi être une mauvaise nouvelle car personne n'a oublié tout les scandales qui ont touché Overwatch avec comme point d'apothéose, l'explosion de leur QG de Zurich et je ne pense pas que le monde veuille revivre un tel bordel. À voir donc ce que cela pourrait donner mais je reste sceptique sur un tel évènement. Et qui a lancé ce rappel d'ailleurs ?

►Avis sur les Omniaques : Ça va être très vite vu, je hais ces machines. Ils ont plongés le monde dans le chaos et ont failli nous anéantir, ils nous ont pris presque tout ce que l'on avait. Je suis née après cette guerre mais j'ai vu de mes propres yeux en étant petite et même en grandissant les ravages de ce conflit. Comme chaque grand conflit sur notre planète, combien d'enfants notre Mère Russie a-t-elle encore perdue pour survivre ? Combien doivent encore mourir pour que les générations suivantes puissent vivre en toute quiétude ? J'ai déjà eue beaucoup de mal à accepter le fait que ces robots vivent parmi nous et que même la présidente doive traiter avec eux afin de protéger les nôtres mais si les Omniaques doivent être anéantis, je n'aurais aucune hésitation à le faire et durement s'il le faut.

►Une prochaine guerre, serait-ce probable ? Elle est même quasiment inévitable à mes yeux. Des rumeurs sur d'anciens agents d'Overwatch morts assassinés ainsi qu'un rappel à travers le monde de tout ses agents, l'Omnium sibérien qui se réveille encore, les gangs et les bandits en tout genre plus puissants qu'auparavant... Cela ne présage rien de bon et la patrie aura de nouveau besoin de ses combattants pour la protéger. La guerre vient et il faudra s'y préparer.

►Des détails significatifs ? Les cheveux roses ? C'est naturel. Oui, oui c'est naturel, je suis née comme ça. Ça a beaucoup étonné mes parents, j'ai reçue des quolibets pour ça mais j'ai dû me battre et grandir pour me faire respecter malgré cette lubie de la génétique. La musculature ? Le travail, le travail et encore le travail et sans produits dopants, ma gueule. Il n'y a que les... низкий, les faibles, qui prennent des stéroïdes, des brûleurs de graisse ou je ne sais quelle autre produit se faisant passer pour des médicaments. Ajoute à ça que je fais entre 1,85 m et 1,90 m et t'as une idée de ma carrure. La cicatrice en forme de croix sur le front ? Encore un souvenir du bizutage à l'armée, la crosse d'un AK-47 est passée par là. On s'est quand même bien marrés après... Le 512 tatoué sur l'épaule ? Mon record en haltérophilie aux derniers JO, record encore inégalé. 512 kilogrammes, médaillée d'or sans fioritures en écrasant la concurrence. J'ai bien envie de soulever 513 kilos voire plus là maintenant...







Enfance et adolescence

Je suis née un soir de novembre, le 7 pour être précis dans un petit village de quelques centaines d'habitants en pleine Sibérie dans le kraï de Krasnoïarsk (Красноя́рский край), situé à quelques kilomètres au nord-est de l'embouchure en delta de la rivière Bolshaya Balakhnya (Больша́я Нева́), bien au delà du cercle Arctique. Le paysage était marin, un littoral au bord de la mer de Laptev (мо́ре Ла́птевых). Plusieurs centaines de kilomètres vers l'ouest, il y a un parc national, la réserve naturelle de Taimyr (Таймырский заповедник) ou Taimyrsky et les agglomérations les plus grandes les plus proches sont Nordvik (Нордвик) au nord-est, Syndassko (Сындасско) au sud-est et Novorybnaya (Новорыбная) au sud-ouest. Un coin perdu dans la Sibérie mais très charmant au demeurant et c'est le village où j'ai grandi. Je suis l'aînée d'une fratrie de trois enfants et la seule fille, mes deux frères portaient respectivement les noms de Dmitri (Дмитрий) et Andreï (Андрей). Depuis toute petite, je possédais déjà un physique hors du commun, j'étais plus grande que mes frères et je dominais la plupart des enfants du village d'une demie voire d'une tête entière. Ma mère fut la première surprise de mes cheveux roses à la naissance mais loin de la répugner, elle interpréta cela comme un don du ciel malgré le scepticisme de mon père. Elle avait la conviction que c'était pour une bonne raison que cela était arrivé et que j'étais destiné à être quelqu'un d'unique. Cette conviction et cette foi en moi qu'avait ma mère fut le socle et la base sur laquelle je construisis par la suite ma personnalité et ma vie. Mes parents tenaient une épicerie, la seule du village et autrement dit, le seul point de ravitaillement aux alentours, autant dire que tout le village était au moins passé une fois acheter des victuailles ou d'autres choses dans notre boutique.

La vie était néanmoins assez rude dans ce coin reculé de la Russie, l'alcool tel que la vodka n'était pas une chose rare et nos parents ne roulaient pas sur l'or car l'épicerie ne rapportait pas énormément. Dans un endroit aussi loin, peu venaient faire leurs courses chez nous, certains préféraient aller dans l'une des trois villes les plus proches. Nos parents espéraient que mes frères et moi puissions reprendre l'épicerie mais je n'ai jamais été intéressée par le commerce. À l'école du village, j'étais une élève assez moyenne, parfois médiocre, je préférais bien plus passer mon temps dans la cour au dehors que dans une classe. Il n'y avait qu'en sport que j'excellais. Mais il y avait bien une chose que je n'oublierai jamais et qui me marquera à vie : les traces de la guerre Omniaque.

D'ordinaire, en temps de paix, notre village n'était qu'un nom inscrit sur les cartes les plus précises du kraï, nous n'apparaissions même pas sur les cartes représentant tout le pays. En revanche pendant la guerre, en plus des trois agglomérations les plus proches, notre village s'était retrouvé dans la zone réservée de l'armée dans ce coin du kraï. L'armée russe avait une stratégie somme toute assez simple mais controversée pour les autres pays : les militaires russes n'allaient pas prendre le risque de vouloir sauver tout le monde, c'était impossible. Sur ordre du président de Russie pendant la guerre, l'armée avait créé des zones de sûreté à défendre, dans laquelle la population pouvait venir se réfugier pour bénéficier de la protection de l'armée. Mon village se trouvait dans cette zone du nord du kraï. D'après les dires de mes parents, le village avait vu son activité augmenter, il avait dû accueillir des réfugiés et des unités de l'armée pour protéger les gens. L'endroit était même une zone stratégique, étant le seul village en bord de mer et habilité à avoir un pied à terre pour l'armée dans une zone reculée où même les Omniaques se faisaient rares. Mais le village avait été plusieurs fois la cible de leurs attaques, l'armée avait défendue la zone avec acharnement jusqu'à être victorieuse mais pendant mon enfance, il n'était pas rare de croiser un bâtiment détruit, des traces de balles sur les murs ou encore la carcasse d'un robot omniac, complètement cramé ou avec le bout de sa mitrailleuse complètement tordu. L'armée avait depuis longtemps évacué les blindés détruits et les corps des soldats, il ne fallait laisser que les carcasses des Omniacs ainsi les militaires pouvaient se targuer d'avoir défendu la zone sans trop de pertes alors que les Omniaques furent ravagés. Propagande et effet psychologique certes, mais foutrement utile, le moral ne faiblissait donc pas et les gens restaient convaincus que la victoire était possible.

Marquée par ces vestiges d'un des plus grands conflits que la Russie ait connue, je grandis donc dans cet environnement si particulier. Ma passion pour le sport depuis mon plus jeune âge ne faiblissait pas à mesure que je prenais de l'âge, elle n'en fut que plus forte et je n'en devins que plus déterminée. Sur les conseils de mon professeur de sport au collège, je me mis alors à me focaliser de plus en plus sur la pratique de sport intensive en vue de devenir une professionnelle. J'adorais le sport, j'en faisais tout les jours mais là où je voulais véritablement percer, c'était l'haltérophilie. Lorsque je le pouvais, je suivais à la télévision ou sur Internet le déroulé des différentes compétitions incluant de l'haltérophilie que cela soit des Jeux Olympiques, des Mondiaux ou même encore des championnats locaux. Les femmes russes haltérophiles étaient devenues mes modèles et vers mes 12-13 ans, la pratique intensive du sport et de l'haltérophilie devint une partie intégrante de mon quotidien. Je soulevais sans peine mes deux frères, bien plus maigres que moi à 14 ans. En plus de l'haltérophilie, je commençais le bodybuilding afin de gagner du muscle sans produits artificiels -la Russie était depuis longtemps dans le viseur de l'Agence anti-dopage- et jusqu'à mes 18 ans, soulever des haltères, courir, faire des pompes ou faire de la musculation sous la supervision de coachs était quasiment tout ce que je connaissais. Je gardais toujours le contact avec ma famille mais cela faisait bien des années que je n'habitais plus dans mon village natal. Afin de subvenir à mes besoins, je posais et je travaillais pour des revues russes liées au sport et au bodybuilding en magazine et sur Internet, je ne pouvais pas me permettre même d'avoir un travail à mi-temps, la pratique du sport prenant le pas sur tout et me demandant d'immenses sacrifices pour beaucoup de choses. Néanmoins, ce sacrifice et ce travail que j'accomplissais n'était pas uniquement motivé par la recherche de gloire et de fortune, je voulais aussi venir en aide aux miens et à mon foyer. Je n'habitais plus dans mon village natal mais je n'ai jamais oubliée d'où je venais et je gardais toujours en mémoire famille et foyer, c'était pour eux que je me battais. Quand je savais que mes parents avaient grandis dans une certaine misère et avaient traversés la guerre Omniaque, cela me donnait encore plus de motivation pour me dépasser dans ma discipline, mes actes, ma vie en général.


Carrière sportive

J'entamais ma carrière de sportive professionnelle assez tard par rapport à d'autres athlètes, à 18 ans alors que certaines étaient suivies et coachées depuis l'âge de 15 voire 16 ans. Toutefois contrairement à elles, j'avais depuis longtemps prise le temps de m'entraîner avec assiduité et passion et je m'étais déjà bâtie une certaine notoriété grâce à mon travail en collaboration avec d'autres acteurs du monde du bodybuilding et de l'haltérophilie. Les concours, les compétitions, les entraînements, tout ce travail accompli avait porté ses fruits car peu après ma majorité, le programme olympique national de Russie me contacta et me proposa de participer aux prochains Jeux Olympiques. À ce moment là, j'étais déjà connue au niveau national voire au delà de la Russie. Il fallait dire que j'avais une apparence assez atypique, j'étais très bien bâtie pour une femme, mes cheveux roses tachaient au milieu des autres athlètes et je donnais toujours le meilleur de moi-même lorsque c'était mon tour. Les compétitions de type championnats d'Europe voire Mondiaux ne m'étaient pas du tout inconnues et bien que je n'étais pas toujours en tête, le sport de haut niveau faisait maintenant partie de mon quotidien et l'appel du comité olympique russe était comme la consécration pour tout le travail accompli. Une juste reconnaissance qu'exprimait un organe représentatif de la nation et qui sonnait comme une récompense que j'acceptais avec joie. Représenter son pays au niveau international était le rêve de beaucoup, le représenter au niveau olympique était comme le summum de la reconnaissance de son pays. Je fis alors mes premiers jeux olympiques à l'âge de 20 ans.

Pour ma première participation à un évènement de cette ampleur, le succès total ne fut pas au rendez-vous et je terminai sur la dernière marche du podium pendant la compétition. Toutefois, je n'y voyais pas un échec bien au contraire, c'était une défaite en finale qui avait un goût de victoire et loin de me décourager, ma médaille de bronze me poussa à me surpasser en préparation des prochains Mondiaux qui se profilaient quelques années plus tard. Ma famille fut bien entendu mon soutien premier et jamais je ne rompis le contact avec eux. Tout le monde était présent sur ma demande et invitation lorsque je passais devant les juges sportifs.

Entretemps, j'eus des échos inquiétants de la situation dans le monde. Overwatch, l'organisation multinationale, quasiment le bras armé des Nations Unies depuis la guerre omniaque se retrouvait empêtrée dans des scandales en tout genre. Corruption, conflits d'intérêts, détournements de fonds, collaboration avec des mafias voire des terroristes ou même les Omniaques notamment via la force spéciale secrète d'Overwatch Blackwatch ou encore même des affaires sordides d'expériences secrètes et interdites... Je pensais bien qu'une bonne partie de ces rumeurs n'étaient que des conneries mais il n'empêchait qu'avec tout ces rumeurs qui couraient sur Overwatch, cela n'était jamais bon pour une organisation aussi puissante qui ne répondait qu'aux Nations Unies. Mais toutes ces sombres nouvelles n'étaient que des informations inquiétantes au milieu de ma vie de compétition et de sport de haut niveau, j'étais bien plus concentrée sur ma carrière sportive afin de me surpasser que de m'inquiéter pour Overwatch. Lorsque leur QG installé à Zurich sauta et que certains membres de l'organisation furent présumés morts, comme tout le monde, j'accueillis la nouvelle avec effroi. En effet j'étais devenue depuis pas mal de temps une personne médiatisée et l'on m'avait bien sûr demandé mon avis. Devant les médias, je déplorais bien sûr l'accident mais en réalité, cela ne m'atteignit que peu et j'avais en ligne de mire, les prochains Jeux Olympiques après avoir terminée championne du monde dans ma catégorie après les dernières compétitions que j'avais disputée. J'étais presque à l'apogée de ma carrière de sportive et je voulais faire de ces JO, une consécration dans ma vie, une victoire décisive, sportive et personnelle.

Ce fut l'une des meilleures périodes de ma vie. À 24 ans, non seulement je finissais championne olympique médaillée d'or mais en plus avec la manière, en écrasant la concurrence et en signant un nouveau record mondial soit 512 kilos. 512 putains de kilos... J'en reviens toujours pas... Même les juges olympiques étaient stupéfaits d'une telle masse soulevée. J'inscrivis définitivement mon nom au panthéon de l'haltérophilie et dans l'histoire de mon sport tout en rendant famille, amis et patrie fiers de moi. Ma famille qui ne m'avait jamais laissé tomber, mes amis là pour me soutenir et surtout, la Mère Russie qui a permise à une de ses filles de s'élever à la face du monde. C'était l'apogée de ma carrière, à l'instar d'athlètes comme Usain Bolt quelques années auparavant qui régnaient en maître dans leur sport. L'haltérophilie avait sa nouvelle reine et championne, le pays me mettait en avant pour faire démonstration de sa puissance sportive et j'étais devenue un symbole pour les miens et ma nation. Je me croyais invincible et que rien ne pouvait m'arrêter. Quasiment tout me réussissait.


L'armée

Un tel état de grâce ne pouvait durer. Bien entendu, j'étais au courant de la promulgation et de l'entrée en vigueur du Petras Act sous l'égide des Nations Unies, un décret dissolvant Overwatch et rendant illégales toutes leurs activités. Mais comme tout ce qui avait trait à cette organisation, je n'étais que peu atteinte par ce qui se passait, entièrement concentrée sur mon sport. Du moins jusqu'à ce qu'un évènement d'une ampleur inédite ne vint à nouveau frapper le monde et cette fois, j'allais me retrouver en plein dedans.

Les Omniaques que l'on croyaient vaincus nous prirent par surprise par une offensive sans précédent depuis des années et mon village se retrouva malheureusement à nouveau sur la ligne de front. Le pays était de nouveau frappé par ce fléau omnium mais de mon côté, j'avais les prochains Mondiaux d'haltérophilie qui venaient. L'attaque omniaque fut bien évidemment médiatisée et comme beaucoup, j'assistais avec crainte aux images des robots qui combattaient les Humains. J'avais bien entendu immédiatement appelé ma famille qui n'était, fort heureusement plus dans notre village natal et évacuée par l'armée parmi les réfugiés. Lorsque je pus les joindre, les miens s'étaient réfugiés à Novorybnaya. La tristesse que j'entendis dans la voix de ma mère ainsi que la détresse de mes frères me déchira, surtout lorsqu'ils m'apprirent que notre père n'avait pas survécu à l'assaut omniaque. Il était resté derrière pour permettre à notre famille de pouvoir embarquer dans les hélicos de l'armée afin d'évacuer et avait tué un Omniaque avant de mourir sous leurs balles. Cet évènement fut le déclic qui me poussa à prendre la décision la plus radicale de ma vie. Je renonçais à ma vie de sportive de haut niveau et j'allais m'engager.

La gloire, la fortune, l'argent, la célébrité... Tout ça c'était fini. J'allais toujours représenter mon pays mais non plus en body aux couleurs de la Russie mais avec une arme et un uniforme kaki de l'armée. Je fis de ma décision un évènement médiatique car je savais bien que notre pays était dans un grave péril et qu'il fallait que tous aille le défendre. Beaucoup de gens me connaissaient et je voulais donner l'exemple en m'engageant au sein des forces armées pour la défense de la Russie. L'armée était reconnaissante que l'un des symboles les plus forts de la nation vienne grossir ses rangs et lorsque je signais mon contrat d'engagement, l'officier recruteur fut d'une part intimidé mais m'a également dit d'une voix légèrement tremblante tout en me saluant comme si j'étais un de ses supérieurs "madame, vous venez de redonner espoir à tout un pays." Peut-être avait il raison... Mais je n'étais pas dans l'armée pour faire de la figuration et juste attirer l'attention sur moi pour le plaisir.

L'entraînement au sein de l'armée n'avait rien à voir avec l'entraînement sportif auquel j'étais accoutumée depuis mes 12 ans. Certes j'avais une condition physique et une musculature hors norme qui me conférait un avantage certain par rapport aux autres recrues mais je pensais en avoir bavé dans ma vie pendant que je m'entraînais, je voyais qu'il n'en était rien. J'avais insisté pour être traitée comme les autres, je refusais le moindre traitement de faveur mais de toute manière, les instructeurs de l'armée me menaient la vie dure. Les autres se raillaient parfois de ma célébrité voire de ma chevelure rose mais je leur montrais que je n'avais rien à leur envier et on réglait nos conflits à l'amiable lors des entraînements du combat au corps-à-corps. Une chose cependant fut toute nouvelle pour moi : le maniement des armes. Je n'avais jamais touchée à une arme à feu de ma vie et ce fut assez laborieux, du moins au début. Mais comme tout le monde, je suivis un entraînement au sein d'une base de l'armée dans l'arrière pays, à plusieurs centaines de kilomètres au nord-est de Moscou. Où elle se trouvait précisément, c'est classifié de niveau Secret, je peux juste dire que nous étions à un peu plus de 300-400 km à l'ouest du Parc National de Yugyd Va (национальный парк Югыд ва).

Je m'y découvris un sens du commandement que je ne pensais pas avoir auparavant, cela me valut le mérite de sortir de l'entraînement et des manœuvres de l'armée avec le grade de caporal (Ефрейтор). Ce n'était pas un grade très élevé mais cela me donnait au moins le droit de bouger sans ménagement les autres hommes du rang. Cette petite promotion réveilla quelque chose en moi que je n'avais pas ressenti depuis un moment : l'ambition. Je ne voulais pas rester un soldat du rang, je voulais monter en grade. Une période de guerre est propice pour se mettre en avant et gagner de l'avancement et les Omniaques se révélèrent être des ennemis coriaces mais utiles. Les robots étaient brutaux et violents mais nos armées leur résistèrent vaillamment. Les premiers combats auxquels je pris part étaient dans le kraï de Krasnoïarsk là où la ligne de front contre les Omniaques s'était stabilisé et pour la première fois de ma vie, j'y connus l'horreur de la guerre. Le sang, la crasse, les blessés, les tirs... J'avais un mental bien plus rodé que le commun des soldats mais rien ne prépare à subir les soubresauts d'un conflit auquel son pays se retrouve impliqué. J'aurai pu en être traumatisée mais j'arrivai à tenir le coup. Beaucoup des soldats me connaissaient et loin de s'en prendre à moi, tout le monde savait que nous étions tous dans la même merde et que l'on devait s'en sortir. Le soutien de mes camarades d'unité fut primordial mais aussi celui de ma famille bien que lointaine. Cela m'aida à ne pas sombrer dans le stress post-traumatique après mon premier accrochage. Les anciens dans la division, ceux qui avaient vécu la première guerre contre les Omniaques nous disaient qu'ils savaient que ce jour viendrait, que ces saloperies de robots seraient de retour. Étrangement, ils disaient aussi qu'ils sentaient que cette fois, la situation n'était pas aussi désespérée. De toute manière Overwatch n'existait plus et les pays limitrophes comme la Chine ou l'Ukraine ou les pays baltes avaient déjà leurs propres problèmes, nous ne pouvions que compter sur nous-mêmes, non sur les autres pour nous aider.

Mes chevrons de sergent, je les remporte lors d'une attaque omniaque. Ces robots avaient lancés une violente offensive en plein centre du dispositif de défense sur la ligne de front du kraï de Krasnoïarsk. Leur objectif était clair : la ville de Krasnoïarsk là où se trouvait notre base la plus importante et le QG de campagne. Les Omniaques réussirent une percée vers Lessossibirsk (Лесосибирск) en franchissant le fleuve Ienisseï (Енисей), environ 300 km au nord de Krasnoïarsk et ils foncèrent droit vers notre QG. Nos troupes, malgré une vive résistance furent anéanties et seuls des débris épars de la garnison de Lessossibirsk se replièrent. L'état-major exigeait une victoire et leur offensive devait être stoppée. La contre-attaque s'organisa et j'allais en faire partie. À ce moment-là, les ingénieurs de l'armée russe étaient mis à forte contribution et un prototype de canon à particules était sorti des usines Volskaya, l'un des sites les plus importants de l'armée. L'ennui était que c'était une quasi-pièce d'artillerie donc une arme lourde. Il fallait tester ce matériel en situation de combat et lorsque j'appris la nouvelle, je m'étais portée volontaire pour le tester. Ce canon pouvait générer un rayon d'énergie destructeur à quoi rien ne pouvait résister ou se transformait en lance-grenades me permettant de balancer des boules d'énergie qui agirent comme des grenades. Il y avait de plus une armure spécifique à porter pour manier le canon à particules. Une armure renforcée, conçue pour résister au chocs et aux coups, en même temps que de faire aussi office de gilet pare-balles. Mais la fonction première de cette armure était surtout de pouvoir permettre d'ajuster les tirs du canon et d'en maximiser les dégâts tout en protégeant et en ajustant les mouvements du porteur, c'est à dire moi. Seuls les bras et la tête n'étaient pas protégés, les avant-bras avaient une protection toute relative et ces protections se terminaient en mitaines, le but était de pouvoir aider la prise du porteur ainsi que ses mouvements de bras pour ajuster le canon à l'aide de l'ordinateur embarqué, logé dans le dos. On est donc loin de la paire de gantelets ou de brassards. Les ingénieurs m'ont également avertis d'une chose, c'était que les composants électroniques de mon armure était capable de générer des barrières cinétiques ou autrement dit des boucliers que je pouvais auto-générer sur moi mais également sur des alliés. C'était des boucliers qui n'absorbait pas les projectiles mais les déviait, une protection bien sûr temporaire et qui s'estompait après un laps de temps mais un gadget véritablement utile et presque révolutionnaire. C'est donc ainsi armée et engoncée que je pris part à la contre-offensive de l'armée russe. Une entreprise couronnée de succès car les Omniaques furent stoppés à Bolshaya Murta (Большая Мурта) le long du fleuve Ienisseï, un peu plus d'une centaine de kilomètres au nord de la ville de Krasnoïarsk que nous devions protéger à tout prix de ces monstres de robots sans âme.

Notre riposte fut violente et implacable, les pertes nombreuses mais les robots furent arrêtés et repoussés. Je m'illustrais à la bataille de Bolshaya Murta en prenant la tête de mon unité après que mon lieutenant et les deux sergents furent tués. Je devais avouer que ce canon à particules était une arme vraiment remarquable malgré que ce n'était qu'un prototype imparfait et les Omniaques n'avaient jamais fait face à ce canon. Les voir se désintégrer peu à peu était grisant et je fis office de point de ralliement pour des soldats. Il fallait dire qu'au milieu de la bataille, je faisais tâche et j'étais facilement reconnaissable. Mon canon à particules faisait des ravages aux Omniaques qui venaient trop près et plus d'une fois, je dus protéger un allié ou un blessé des balles des Omniaques. Plus d'une fois, j'usais d'un projectile spécial que je pouvais lancer une fois l'arme suffisamment chargée : l'orbe à gravitons. Mon ordinateur embarqué me signala à chaque fois lorsque cela était possible et j'attirais avec cette orbe des paquets d'Omniaques. Mes alliés purent ainsi plus facilement aligner notre ennemi et nos blindés ainsi que nos appareils de l'armée de l'air firent un carnage dans les rangs des Omniaques, le verrouillage des cibles en était facilité. Les Omniaques furent vaincus et repoussés à l'issue de cette bataille et pour me récompenser, ma hiérarchie m'agrafait mes galons de sergent-chef quelques jours après la fin de la bataille. Ma mère et mes frères furent présents à la cérémonie à Krasnoïarsk, c'était un des moments où j'étais la plus fière de ma vie. Je reçus donc ma promotion au grade de sergent-chef (Старший сержант) ainsi qu'une double décoration, la médaille "Pour distinction au combat" (За Боевые Отличия) et la Croix de St-Georges de 1ère classe (Георгиевский Крест
I степени
) "pour mes actions au combat lors de cette bataille ayant contribué de manière décisive au dénouement de la bataille et pour avoir mené de façon héroïque et intrépide l'attaque de mon unité envers l'ennemi, ayant entraîné par la suite, le reste de la division vers la victoire finale" selon le communiqué officiel de l'armée russe publié plus tard dans tous les journaux. Je compris cependant le message derrière tout ça : la patrie avait besoin de héros et de modèles pour maintenir le moral de troupes et celui des civils et qui d'autre de mieux qu'une ancienne championne mondiale et olympique d'haltérophilie partie de rien pouvait servir de vitrine afin de parvenir à ce but propagandiste ? Je savais pertinemment que c'était de la propagande mais elle était nécessaire, les gens devaient croire que la victoire était possible et qu'on ne pouvait envisager autre chose, je voulais en tout premier lieu que ma mère et mes frères croient que je pouvais mener la Russie vers la victoire avec l'aide de mes camarades, je voulais aussi que la nation en entier y croit. La Mère Russie devait avoir une de ses filles à ses côtés pour combattre et j'étais fière d'en faire partie et de prendre part à la défense du pays contre l'ennemi.


Et maintenant...

Maintenant... Le conflit avec les Omniaques se poursuit. Mais je ne suis plus en permanence sur la ligne de front. En temps de guerre, les promotions au sein de l'armée sont bien plus rapides qu'en temps de paix et je gagnais mes galons de sergent à l'âge de 26 ans. Quelques mois après ma promotion, je fus mise au courant d'une formation spéciale d'officier au sein de l'armée. Pas les Spetsnaz, je ne voulais pas intégrer les forces spéciales de l'armée russe mais une formation accélérée à cause de la guerre était dispensée à Moscou afin de permettre à l'armée de disposer d'officiers beaucoup plus rapidement qu'en temps de paix. Avec une légère hésitation car je rechignais de quitter mon unité dont j'avais prise la direction sur le front, je m'inscrivais néanmoins à cette formation d'une durée d'un an et quelques mois. C'est à peu près à cette même période là que la présidente de Russie, la femme la plus puissante du pays qui possédait les usines à son nom de Volskaya prit contact avec moi. Connaissant mon passé de championne sportive et aussi au courant de ma décoration exceptionnelle même en temps de guerre, la chef d'État me fit part de son admiration à mon égard et me sollicitait afin d'intégrer son équipe de protection, une fois ma formation d'officier dispensée. Elle souhaitait que je devienne attachée militaire affectée à la protection de la présidente. Je gardais mes prérogatives militaires, j'étais toujours à la tête de mon unité mais je pouvais être sollicitée pour protéger la présidente lorsqu'elle le souhaitait ou si l'état-major des armées dont la présidente en était la chef suprême me confiait une mission. En gros, j'allais très bientôt mariner dans les hautes sphères de l'armée un peu malgré moi au milieu des officiers supérieurs de l'état-major des armées de Russie.

Je ne donnais pas immédiatement mon accord à la présidente Volskaya, mettant l'accent sur ma formation d'officier. Ma famille me suivit à Moscou, quittant Krasnoïarsk et je pouvais enfin me dire qu'ils étaient en sécurité. Je trouvais à ma mère un emploi administratif dans l'armée dans la logistique, je mettais à contribution son expertise de gestionnaire de point de vente à disposition de l'armée pour aider à gérer les ravitaillements. Mes frères, qui n'était jamais vraiment des combattants, se mirent à travailler pour l'entreprise Volskaya, au département logistique, un peu pour les mêmes raisons que ma mère. Moi, je me concentrais pleinement sur ma formation d'officier. Non contente de devoir apprendre des connaissances et de la théorie sur le commandement, le management des soldats, la gestion d'une unité ou la direction militaire en plein cœur d'un combat, j'eus également un entrainement spécial de combat, plus poussé que l'entrainement standard mais pas encore au niveau d'une unité spéciale. Nous étions des officiers mais aussi des soldats et des combattants en premier lieu, notre rôle n'était non pas de se planquer derrière nos soldats mais au contraire de prendre leur tête et de savoir se battre. Physiquement j'évoluais, je perdis un peu de ma carrure massive de bodybuildeuse pour retrouver quelque chose qui faisait moins "armoire", une musculature plus adaptée au métier de soldat et d'officier, mieux répartie. Mentalement, j'étais bien plus résistante et éprouvée, bien plus que je ne l'étais lorsque j'étais sportive de haut-niveau. L'armée m'avait changée, elle m'avait donné un équilibre et une force que je n'avais pas acquise dans le sport de haut niveau mais je gagnais aussi en humilité et quelque part aussi, en honneur s'il était encore possible d'en gagner. L'armée avait changé ma vie et ma vision des choses sur beaucoup de domaines.

Je sortis de ma formation d'officier sur mes 27 ans. J'étais maintenant une soldat confirmée et aguerrie, forte d'un grade de Lieutenant (Лейтенант) avec ma bande rouge au milieu et mes deux étoiles de part et d'autre de la bande rouge sur mes passants d'épaule et des barrettes sur l'uniforme à la place de mes médailles. Comme prévu, l'entourage de la présidente Volskaya me recontacta et après discussion avec ma famille, récoltant son aval et ses encouragements, j'acceptai le statut militaire spécial que la présidente Volskaya m'avait proposé. Je sers maintenant la Mère Russie sur le front contre les Omniaques mais je sers aussi la présidente en qualité d'officier spécial assigné à la protection de la présidente malgré mon grade de lieutenant. Le poste d'attachée militaire affectée à la protection de la présidente me donnait également le droit d'assister aux réunions de l'état-major mais seulement sur invitation expresse d'un officier supérieur ou de la présidente et j'y étais surtout en qualité d'officier spécial protégeant la chef suprême des armées. Une telle fonction me donnait pas mal de libertés et il m'est arrivé à de nombreuses reprises de sortir du pays. Mes prérogatives s'en étaient retrouvées augmentées mais je les mets maintenant au service de mon pays pour le protéger.






►Pseudo :
Raikes
►Comment avez-vous connu le forum ?
via ME:R
►Une remarque ? J'espère pouvoir aider à faire avancer et grandir ce forum prometteur
►Avez-vous un double compte ? Non




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Jack Morrison.


 ►Localisation :
Recherche la vérité là où elle est.


 ►Equipement :
Fusil à impulsion - Rockets LX - Émetteur biotique - Visière tactique.

avatar
Soldier : 76
We are all soldiers now
Ven 4 Aoû - 3:31

Bienvenue officiellement, Jane. Il me tarde de découvrir ce que tu nous réserves. Ton inspiration est prometteuse !
Comme tu le sais nous sommes à ta disposition à la moindre incertitude.







Old habits die hard
Earth. I’ve gone through a lot for you. Hope you appreciate it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Localisation :
Derrière toi...


 ►Equipement :
Sniper, Casque de visée

avatar
Fatale
Un tir, un mort
Ven 4 Aoû - 8:02

Tu es venuuueeeeeeeee ** !!! Bienvenueeeeeeeeeeeee







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anour
Recrue
Ven 4 Aoû - 16:00

Bienvenue a toi ! J'ai hâte de savoir ce que tu va faire de Jane




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eivind Eiriksson
L'ombre gardienne
Ven 4 Aoû - 22:59

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! J'irais sûrement te demander un lien une fois que ta fiche sera terminée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Gabriel Reyes (?)


 ►Localisation :
Dans les ombres


 ►Affiliation :
Talon occasionnellement


 ►Equipement :
Pompes funèbres : Deux fusils à pompes

avatar
Le Faucheur
Death takes us all
Mar 8 Aoû - 14:37

Bienvenue et bon courage pour ta fiche Jane ! J'ai hâte de voir ça !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Aleksandra Zaryanova (Александра Зарянова)


 ►Localisation :
Russie


 ►Affiliation :
Forces Armées Russes


 ►Equipement :
Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces Armor

avatar
Zarya
Recrue
Mar 8 Aoû - 21:51

MAJ au 08/08/2017 : Je prends le rôle de Zarya avec l'accord de 76

Et merci aussi pour les messages de bienvenue ! Zarya -w-




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Equipement :
Son corps est équipé d'un système qui lui permet de pirater tout et tout le monde, lui permettant de se relier à n'importe quel système pour en prendre le contrôle et même se rendre invisible. Elle utilise aussi un transducteur, lui permettant de se téléporter où elle le pose ainsi qu'un pistolet mitrailleur doté de soixante balles.

avatar
Sombra
Boop !
Sam 12 Aoû - 1:52

Bienvenue parmi nous, je crois qu'il nous faudra un lien chère soldate. Sombra boop




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Localisation :
Derrière toi...


 ►Equipement :
Sniper, Casque de visée

avatar
Fatale
Un tir, un mort
Sam 12 Aoû - 7:44

Zaryaaaaeuh ♫ bienvenue officiellement!







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
周美灵


 ►Localisation :
Au labo !


 ►Affiliation :
Neutre, scientifique


 ►Age :
32

avatar
Mei-Ling Zhou
Freeze don't move !
Sam 12 Aoû - 13:12

Bienvenue Zarya ♥
Il y a une erreur dans ta fiche : les cheveux de Zarya ne sont pas roses naturellement, elle était blonde à l'époque comme on peut le voir dans ses skins d’événement sportif. Son emblématique tatouage 512 n'apparaît pas sur son épaule gauche, ce qui montre qu'elle était déjà dans des compétitions sportives mais n'avait pas encore passé son fameux record !

C'est personnel mais j'ai toujours vue et ressentie dans ses voice lines et ses mimiques le personnage de Zarya avec un vocabulaire plus "soft" et respectueux que "ma gueule" ou "tapette" ! Quelqu'un de classe. C'est un point de vue différent qui pourrait peut-être me plaire, j'attends la suite de cette fiche.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Jamison Fawkes


 ►Localisation :
J'essaie de rester sur la planète Terre.


 ►Affiliation :
Junker


 ►Equipement :
Lance-Grenade, Mine à détonation (très explosive), Piège à loups customisé (pas explosif), RIP-Tire (TRÈÈÈÈS EXPLOSIF)

avatar
Junkrat
Start your engines !
Dim 13 Aoû - 6:14

Tiens donc, une autre bûche qui pourrait faire un bras de fer à Roadhog! Bien le bonjour et bienvenue à toi, confrère anti-omniaque!

[Je me permets de relever les mêmes petites coquilles que Mei, Zarya est naturellement blonde et s'est faite une teinture rose (et une coupe courte) en rejoignant les forces armées de Russie. De plus je trouve aussi que Zarya n'est pas un personnage très vulgaire, elle aurait surement un tact prononcé mais pas la brutalité verbale de Junkrat ou de Los Muertos. Après reste à voir si tu manies bien la chose, suffit d'un rien pour que ça soit intéressant comme relecture! Autre chose, tu dis détester le fait que la Présidente doive traiter avec les Omniaques....Sombra n'a pas encore révélé de telles informations, sauf récentes nouvelles!]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Gabriel Reyes (?)


 ►Localisation :
Dans les ombres


 ►Affiliation :
Talon occasionnellement


 ►Equipement :
Pompes funèbres : Deux fusils à pompes

avatar
Le Faucheur
Death takes us all
Mar 15 Aoû - 17:38

Bonjour
‌Tout d'abord, excuse moi de ne pas être allez constater l'avancement de ta fiche hier de ce j'en vois pour le moment tout ça m'a l'air vraiment parfait, très pensé. J'ai une grande hâte de voir ta Zarya !
Je profite des messages de Mei et Junkrat pour rebondir. J'ai cru constate que tu avais fait des modifications à ta fiche suite à leurs indications et je tiens à te dire à quel point cela montre ton soucis pour bien incarner ton personnage. Soldier 'w'
Je tiens tout de même à souligner à quel point pour moi ce genre de considération du détails n'est pas utile et que ça n'aurait pas dû t'embêter.
‌Pour moi il n'y avait pas d'"erreurs" dans ta fiche. Se baser sur les skins comme informations fiables​ est hasardeux. En effet, si on prend l'exemple de Genji, il y a eu de nombreuses mécompréhension sur la couleur de ses cheveux. Le skin "Genji jeune" nous a montré un Genji au cheveux vert. Genji jeune étant son skin officiel de jeunesse. Donc beaucoup on cru qu'ils étaient naturellement vert, ce qui ne paraît pas improbable dans le monde d'Overwatch. Mais à la sortie du skin Blackwatch du bonhomme, il avait les cheveux bruns. Donc la moral est : il était brun plutôt que vert ? Non, la moral est ; ce n'est vraiment pas important. L'important c'est pour que la personne qui dit que les cheveux de Genji sont verts ou bruns le fait pour une raison. Pour appuyer un détail de son personnage. Un amas de détails officiels, ce n'est pas un personnage. Savoir que quand un personnage avait trois ans, il a fait son premier chateau de sable en Bretagne peut être une information capitale comme une information complètement vide de sens.  C'est pour ça que je t'invite grandement à garder l'idée des cheveux roses de naissance si ça a plus de sens pour toi ! Zarya -w-

D'autant plus pour la question de la vulgarité, Zarya est je pense un perso qui doit s'inventer car il a peu de background et tu le fais très bien ! Si Zarya est certes, peu vulgaire dans le jeu, c'est aussi grâce au joli pegi 12 de Blizzard. Donc ne te sens pas obliger d'y renoncer si tu y retrouve ton perso dans cette manière de s'exprimer. Trace XP

Moi même j'ai beaucoup changé l'histoire de Faucheur, j'ai consciemment fait des "erreurs" dans sa biographie et son parcours pour deux raisons ; la première, sans cela il serait vide de substance et pour la deuxième ; c'est une question d'être un agréable compagnon de rp que de changer en vu des autres, pour mon avis.

Tout ça pour te dire que j'espère que tu as fait ces changements pour toi et pas pour nous, car c'est ton personnage, tu l'incarneras à merveille et je pense que pour quelqu'un c'est plus amusant de se mouiller pour faire ce qu'il veut que de veiller à réécrire une page wikipédia de peur de se faire taper sur les doigts.

Alors fonce, tu seras une super Zarya et n'aie surtout pas peur de te heurter à un mur. Nous sommes ouverts à tout, même les idées les plus folles !! Lucio hey2 Vraiment ! J'adore ton début de fiche, il est très bien construit, il y a une vrai atmosphère et j'ai vraiment envie d'en lire plus. Ce petit village de Russie me donne vraiment envie d'en savoir plus sur le passé de ce personnage trop méconnu.

Merci encore de tout tes efforts et surtout, ne laisse pas notre avis t'arrêter. Tant que ça ne concerne pas les personnages des autres, tu as tous les droits sur le tient. Lucio Wouhou




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
周美灵


 ►Localisation :
Au labo !


 ►Affiliation :
Neutre, scientifique


 ►Age :
32

avatar
Mei-Ling Zhou
Freeze don't move !
Mar 15 Aoû - 22:57

Après comme dit plus haut, ce n'était qu'un avis très personnel tout en m'ouvrant sur une nouvelle vision du personnage "en attendant la suite de la fiche", je n'ai pas déballée ma cravache et mon bâillon pour obliger quoique ce soit...! Les perso sont vastes, y'a des trucs qui nous échappent parfois, c'était au cas où pour être utile avec beaucoup de bienveillance mais je ne ferai plus aucune remarque sur d'autres fiches de perso canon de sitôt, là j'ai juste eue l'impression de passer pour la fille casse-pieds qui empêche les délires des autres, donc no thanks.
Hanzo :/
On est tous attaché au casting d'Overwatch sans pour autant vouloir pester sur les interprétations RP des autres en se basant sur la Bible Wikia, on est là sur un forum pour ça haha.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Aleksandra Zaryanova (Александра Зарянова)


 ►Localisation :
Russie


 ►Affiliation :
Forces Armées Russes


 ►Equipement :
Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces Armor

avatar
Zarya
Recrue
Mar 15 Aoû - 23:44

Je vais être très honnête, je remercie Faucheur pour son post et son léger recadrage. Je l'avoue, j'ai fais les modifications en ayant lue les remarques, pas parce que j'en avais envie. J'avais très moyennement apprécié les remarques et ça m'avait braquée mais j'ai préférer la fermer, ne rien dire et adopter les modifications suggérées. Je voulais pas être fichée d'entrée parce que je me connais si je l'avais ouverte, j'aurai dérapé et j'aurai été incendiaire. Donc je n'ai rien dit et j'ai fais ce qui était suggéré.

À vrai dire, je ne m'étais même pas basée sur les skins pour décrire la couleur de cheveux. Du coup, si je peux quand même le faire, je me priverais pas remettre ce que j'avais mis de base pour ses cheveux. On peut avoir des yeux vairons, je vois pas pourquoi les cheveux ne pourraient pas prendre une teinte rosée à la naissance (j'avais même d'ailleurs écrit un léger passage à ce propos dans l'histoire, il va donc pouvoir apparaître). Qu'elle soit blonde de base n'est pas une mauvaise idée en soi mais je n'y voyais pas d'intérêt, elle me paraîtrait trop classique alors que je veux en faire quelqu'un d'unique. Pour le 512 tatoué, à vrai dire, je n'ai pas compris ce que Mei voulait dire donc j'ai préféré ne pas en tenir compte. Le mondial est devenu JO parce que je trouvais que ça en jetait mieux.

La grossièreté du personnage pouvait porter à confusion, je ne comptais pas faire jurer Zarya comme un charretier avec trois grossièretés dans une phrase (après c'est un point de vue personnel, ma gueule n'est pas vulgaire, tapette oui). D'un autre côté, c'est une militaire de combat, la grossièreté fait partie intégrante de ce métier. Je ne l'interprèterai pas comme je jouerai Vi où là, je la joue bien grossière. Mais c'est un fait pour ma part, Zarya ira de ses grossièretés bien senties surtout en combat et je pense que je les mettrais en cyrillique ou écrites normalement, je jugerai sur le moment.

Donc merci encore. Navrée Mei et Junkrat, j'ai moyennement apprécié parce que j'avais l'impression d'être jugée dans ce que je faisais et qu'on commençait déjà à me mettre des bâtons dans les roues. Je prends ce qu'il y a sur le net comme informations pour Zarya, je me base ensuite sur la vision et l'image que je veux faire de Zarya. J'aurais peut-être dû dire que je n'étais pas d'accord mais je me disais que ça donnerai une mauvaise image de moi alors que je ne suis pas encore validée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Jack Morrison.


 ►Localisation :
Recherche la vérité là où elle est.


 ►Equipement :
Fusil à impulsion - Rockets LX - Émetteur biotique - Visière tactique.

avatar
Soldier : 76
We are all soldiers now
Mer 16 Aoû - 2:47

Salut les jeunes,

La volonté de Faucheur était de souligner que les personnages étaient laissés libres à l'interprétation, dans une certaine mesure, afin que Zarya ne se sente pas face à trop de difficultés ou de déviations à prendre dans sa propre lecture. Etant nouvelle elle ne pouvait pas forcément savoir que la route était libre à ce niveau et dans mon expérience ce n'est pas toujours le cas sur forum. Junkrat & Mei je sais parfaitement que votre intention n'était pas d'imposer votre lecture du personnage ! (J'ai déjà pu remarquer votre ouverture d'esprit à plusieurs occasions par exemple sur le topic des ships pour Mei. Pas de doute que tu laisses la place aux préférences d'autrui ♥ De plus vous avez tous les deux appuyé que vous étiez curieux de voir une autre caractérisation de Zarya que celle que vous visualisiez). Faucheur voulait avant tout dire que si, pour une raison ou une autre, la joueuse préfère Zarya avec les cheveux naturellement roses je pense que ça ne chagrinerait personne. A côté de ça c'était aussi pertinent de vouloir donner une information en pensant que peut-être la joueuse ne l'avait pas.

A mon tour d'être parfaitement honnête : pas de recadrage à mon sens. Ou du moins pas de recadrage sur individus, davantage une mise en contexte. Je comprends en quoi, sans connaître la teneur du forum, les remarques pourraient sembler des jugements sur la qualité de la fiche. Mais je pense que personne ici n'est là pour mettre la moindre note.
Quant à toi, Mei, ça me peinerait que tu ne ressentes plus la même aisance quant à donner ton avis. Nous ne voulons restreindre personne. Je pense que c'est avant tout une bonne dose de malentendu.

Si quelqu'un se sent en inconfort suite à ça, ou si quelqu'un a des questions hésitez pas à m'envoyer un Mp.







Old habits die hard
Earth. I’ve gone through a lot for you. Hope you appreciate it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Aleksandra Zaryanova (Александра Зарянова)


 ►Localisation :
Russie


 ►Affiliation :
Forces Armées Russes


 ►Equipement :
Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces Armor

avatar
Zarya
Recrue
Mer 16 Aoû - 2:58

Rien à rajouter pour ma part, 76, t'as tout dit et je suis aussi d'accord avec toi. J'espère pouvoir finir ma fiche d'ici ce week-end ou au pire dans le courant de la semaine prochaine.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Aleksandra Zaryanova (Александра Зарянова)


 ►Localisation :
Russie


 ►Affiliation :
Forces Armées Russes


 ►Equipement :
Particle Cannon - Custom made Russian Defense Forces Armor

avatar
Zarya
Recrue
Jeu 7 Sep - 23:07

MAJ au 07/09/2017 : la fiche est terminée.

Une version finale maintes fois remaniée et réécrite qui j'espère sera plaisante à lire pour nos admins et aussi aux curieux qui voudront y jeter un œil. Un big "Thumbs Up" pour celles et ceux qui se taperont toute l'histoire, désolée pour la longueur

Zarya -w-




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Jack Morrison.


 ►Localisation :
Recherche la vérité là où elle est.


 ►Equipement :
Fusil à impulsion - Rockets LX - Émetteur biotique - Visière tactique.

avatar
Soldier : 76
We are all soldiers now
Ven 8 Sep - 22:28



Espoir de la Mère Patrie. 

Un soldat coriace, une détermination de plomb articulant des biceps d'acier. Mais surtout la parfaite incarnation de la force prestigieuse d'une nation. Les éclats roses à l'horizon gèlent l'adversaire bien plus que ne le ferait le climat de Sibérie - on pourrait y galvaniser de nombreux récits. Beaucoup de regards sont braqués sur son avancée, beaucoup d'espoirs en sont ravivés. Mais n'est-ce pas là une charge plus lourde que ces 512 fameux kilos ?

J'ai dévoré ta fiche. J'ai particulièrement aimé l'attention portée aux détails (le fait par exemple que tu sois allée jusqu'à chercher les traductions de termes importants - pour les grades je trouve que ça marche particulièrement bien). Le fait que Zarya soit un espoir incarné je trouve que ça ajoute pas mal de profondeur à son background et je trouve que c'était une riche idée d'accentuer sa popularité. J'aime la manière dont tu la décris, ça institue une ambiance et c'est d'autant plus vrai quand tu parles des moments de camaraderie ou de sa famille. C'est d'ailleurs très bien écrit et j'aime ce que tu fais de ce personnage. Mention à ta description du canon à particules j'ai trouvé ça badass.

je te valide donc, guerrière défiant jusqu'à la gravité.


Bez truda ne vytashchish' i rybku iz pruda











Old habits die hard
Earth. I’ve gone through a lot for you. Hope you appreciate it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Aleksandra Zaryanova ~ Together we are strong [DEPLOYED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-