Of Steel, Ice and Fire FATALE / UA-GOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 ►Véritable nom :
Kristopher Moreau


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Lunette de confort normal. Il possède une armure légère sous son manteau noire, assez épaisse pour le protéger efficacement d'armes de faible puissance ou de coup de couteau. Un pistolet lourd avec une capacité de chargeur de dix balles. Il possède un œil cybernétique capable de déterminer avec une grande précision la destination des balles ou projectiles allant vers lui, activable pendant une quinzaine de seconde.

the world can always use more heroes
avatar
Kristopher Moreau
Le corbeau
Dim 30 Juil - 4:33

  • Kristopher Moreau
  • FATALE
Of steel, ice and fire
-Alors, Dorne se révèle être une contrée bien chaude pour toi, non, Kristopher ?

L'homme se réveille en sursaut et presque en sautant, il se mit sur son séant, repoussant au passage des pans de draps rouges de son corps nu, dévoilant ses muscles et, au passage, sa virilité. La porte de la chambre ouverte découvrait un homme de petite taille, mais habillée d'un épais pourpoint de cuir avec une épée ceinte sur son flanc gauche, au visage jovial dotée d'une fine moustache. S'avançant dans la salle, l'homme écarta des rideaux pour laisser passer les rayons du soleil au travers d'une fenêtre ouverte. Kristopher se mit les mains en éventail devant ses yeux, pour se protéger de l'agression lumineux.

-Hmm, Valdir... Tu me fais réellement chier toi, tu le sais ?  

-Oh pour sûr, je ne suis pas là pour être ton meilleur ami comme je l'étais avant, mais pour devenir ton humble gardien. Comme tu le sais, ton père, Kendyr Baratheon, l'actuel dirigeant de la maison Baratheon, pourrait m'étriper si jamais Dorne t'avalait tout rond. C'est une partie de Westeros bien dangereux, même pour un fils de Baratheon et de Stark comme toi !  

-Mais je ne suis pas un simple homme, Valdir !  

Se levant du lit tout en faisant attention à la jeune femme dans son lit, il s'approcha d'une chaise où se trouvait ses affaires, et, commençant à s'habiller, le brun continuait de parler.

-Rappelle-toi qui je suis. Le Cerf Rouge qui danse sur les cendres de ses ennemis ! Je me rappelle bien du jour où j'avais obtenu ce titre. Le meilleur jour de toute ma vie probablement. Ça et... Emilia.

Valdir eut une moue de chagrin quelques instants, laissant son meilleur ami d'enfance s'habiller, lui aussi plonger dans un silence.

-Kristopher... Je sais que tu avais aimé énormément Emilia. La famille Stark te sera toujours alliée, tu le sais, malgré le fait qu'Emilia soit morte. Son père savait que tu l'aimais sincèrement et non pour ce qu'elle représentait politiquement et socialement dans la hiérarchie de la noblesse de Westeros. Nous retrouverons ceux qui les avaient tués. Et crois-moi...  

Kristopher tourna ses yeux gris vers Valdir, qui avait à présent une mine sérieuse et grave, concentré. Et en unisson, tout deux dirent :

-Notre est la Fureur.  

Une fois que Kristopher eut fini de s'habiller, Valdir put l'admirer sous toute sa splendeur. Dans une crevice en acier de château qui recouvrait presque intégralement son corps, laissant ses deux mains à l'air libre, et avec l'emblème du cerf sur son plastron, il avait un air royale et rebelle, avec sa chevelure noire en bataille.  

-Allez, viens Kristopher... Le tournoi va bientôt commencer et je pense que la foule va être une véritable légion.  

-Oui, allons-y ! Je dois chercher mon épée, Corbeau, en attendant... Elle est dans ma chambre.
 
Plusieurs heures plus tard...

-ET LE CERF ROUGE À GAGNER ! Hurla le héraut officiel du tournoi du jour.
 
Se tenant au centre d'une grande arène, dont le sable était teinté du sang des vaincus, Kristopher se tenait debout, l'air victorieux. Levant sa lame en acier valyrienne en l'air, la foule hurla de plus belle, scandant son surnom comme il se le devait. Kristopher se sentit orgueilleux et fier. Chevalier légendaire reconnu en Westeros, son arrogance était à son paroxysme, en ces lieux. Le meilleur combattant, selon lui en tout cas, qui ne pourrait jamais être égalé.


 
Mais le héraut hurla le nom d'une autre personne... Et, se retournant vers une herse de fer qui s'ouvrait pour laisser passer une femme d'une beauté inimaginable, en un instant, le brun se sentit non seulement impressionné par l'aura qu'elle émanait, mais aussi de son assurance. Agitant sa lame dans l'air pour se débarrasser du sang qui vint tomber sur le sol, le brun, sous les hurlements, s'avança que peu en sa direction. Il ne la relâchait pas du regard. La défiant silencieusement.

Levant son épée vers elle pour en pointer la pointe de celle-ci d'une main vers la nouvelle arrivante, Kristopher, parmi les hurlements, demanda d'une voix audible et puissante, teintée d'une certaine arrogance :
 
-Voulez-vous attendre... Que le soleil soit moins dur pour vous, pour que l'on puisse mieux combattre, femme ?  

En espérant que cela te plaise !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Localisation :
Derrière toi...


 ►Equipement :
Sniper, Casque de visée

the world can always use more heroes
avatar
Fatale
Un tir, un mort
Dim 27 Aoû - 17:34


Of Steel, Ice and Fire  
Une chaleur étouffante, à laquelle, Amélie avait fini par s'y habitué, envahissait déjà les épais murs de la demeure Martell. Pupille depuis de nombreuses années, dans le sud, Amélie Lannister, avait finit par apprendre les coutumes de sa ''nouvelle '' famille. Son père Renly Lannister, avait décidé, depuis son plus jeune âge, de la confiée en tant que Pupille aux Martel, d'où était originaire sa défunte mère, afin d'apprendre les coutumes des gens du Sud. Du moins, c'était la version qu'on lui annonçait depuis toujours. De son père, elle n'avait aucun souvenir. Si ce n'est une haine constante que nouveau réveil alimentait un peu plus. Pourtant, ici, elle n'était absolument pas malheureuse. Elle pouvait même dire qu'elle était bien traitée. Ils avaient pliés à ses exigences. Amélie avait hérité de sa mère, les cheveux de jais et la beauté des femmes de Dorne,  alors que ces yeux, d'un émeraudes éclatant, étaient ceux des Lannister. Amélie, en avait d'ailleurs leur prestance, leur grandeur et leur charisme.  Elle aurait été une parfaite épouse, un magnifique décors aux côtés d'un mari qui régnait sur quelques territoires. Mais ce n'est pas ce dont Amélie aspirait.  Elle voulait être une guerrière,  d'autant plus qu'elle était assez habile avec son arme de prédilection. On avait donc céder à ses exigences et l'avait formé à l'art du maniement du fouet.

La jeune femme regardait, depuis la fenêtre de sa chambre, les festivités se mettre en place.  Durant une semaine, on fêtait l'anniversaire de l'actuel Prince de Dorne et oncle de la jeune Amélie.  Pour l'occasion, un tournoi, auquel les plus grands guerriers venus des quatre coins du monde, participaient. Jamais Amélie n'avait pu participer à un tournoi de cette envergure et comptait bien faire ses preuves aujourd'hui.

Plongée dans ses pensées, elle profitait du spectacle qu'offrait l'aube, baignant le ciel d'un rouge vif, présage du sang qui sera versé aujourd'hui. Un sourire s'étirait sur ses lèvres fines, elle était probablement la seule femme à participer à ce tournois et imaginer l'air surpris de ses adversaires était déjà très … satisfaisant.

La porte de sa chambre s'ouvrit, une femme, d'environ son âge, entrait dans la pièce, en lui offrant un sourire alors qu'elle admirait la nouvelle tenue de combat d'Amélie. Un haut de cuir brun, protégeant son buste, mais lui laissant une liberté de mouvement totale. Il épousait parfaitement sa silhouette, mettant également en valeur ses formes. Le bas était constitué, d'une sorte de pantalon ample couleur orge, qui ne laissait voir ses jambes nues sous les tissus. Une tenue à la fois pratique et féminine. Peu de protection, mais plus de cuir, l'aurait ralentie et l'aurait obstrué son agilité qui était pourtant sa principale force.


« Ma chère cousine tu es … parfaite. »


« Merci Ascyla ... »


Ascyla, fille du Prince de Dorne, et jeune cousine d'Amélie. Et surtout sa fidèle amie. Elles avaient été élevée ensembles, bien que leur caractère étaient largement différent, l'une ne pouvait se passer de l'autre. Pour Amélie, Ascyla était la sœur que la vie avait oublié de lui donner. La jeune femme se rapprochait de sa cousine, ajustant sa tenue.


« Tu ne devrais pas garder tes cheveux lâcher ainsi, ils risquent de te gêner pendant le combat »


Ascyla se glissait dans le dos de sa cousine, et se mit à tresser sa longue chevelure.

« Promets moi que tu feras attention ... »

« C'est pas comme si l'un d'entre eux arrivaient à ma cheville . »


Amélie fut retourner brutalement, afin de faire face à sa sœur de cœur. L'inquiétude déformait son visage, aux traits pourtant si fins et délicats.


« Je suis sérieuse, Amélie ! J'ai entendu que le cerf rouge participera à ce tournois et s'il t'arrivait quelque chose je ... »


Amélie posait son index sur les lèvres de son amie pour la faire taire et lui offrit un sourire rassurant.


« Il ne m'arrivera rien. Je te le promet. »


Elle se penchait pour embrasser sa joue et s'écartait d'elle, allant chercher Vipère, ses fouets qu'elle enroulait à sa ceinture.


« Je vais lui faire morte la poussière au cerf rouge, Ascyla. Tu n'as pas à t'inquiéter »


~~~


Quelques heures plus tard …


Amélie était assise dans les gradins, regardant le spectacle navrant qui se déroulant devant ses yeux. Tous tombait sous le joue du cerf rouge … Aucun d'entre eux n'était assez intelligent pour savoir exploiter ses failles. Elle soupirait d'ennui. Le Prince de Dorne, son oncle, était installé à ses côtés et affichait un sourire légèrement malicieux en regardant sa nièce.


« Je crois qu'il est temps de donner à cet homme venu du Nord, une bonne leçon. »


Amélie acquisçait et se levait, tandis que le Prince fit un signe à l'annonceur. La guerrière descendit agilement des gradins, pour se positionner derrière les immenses portes de fer, d'où sortaient les combattants.


« Amélie Lannister, fille de Renly Lannister et nièce du Prince Lorel Martell ! »


La jeune femme, s'avançait gracieusement, roulant légèrement des hanches. Elle jetait un regard à Ascyla, avant de reporter son attention sur son adversaire. Il était grand, imposant et son armure était déjà largement tâchée du sang de ses précédents rivaux.

-Voulez-vous attendre... Que le soleil soit moins dur pour vous, pour que l'on puisse mieux combattre, femme 

La guerrière se mit à rire, alors qu'elle prit ses fouet en main, claquant l'air avec ces derniers. La pointe de son arme était recouverte d'une lame aussi tranchante qu'un rasoir, le reste de la corde de cuir, était composés de minuscules petites pointes, dont nul ne savait – à part Amélie – de quoi elles étaient recouvertes.


« Je supporte la chaleur Dornienne bien mieux qu'un habitant du nord, je ne vous ferais pas la faveur de vous laisser vous reposer. A moins que vous ayez peur de vous faire dominer par une femme ? »

Le son d'une cloche retentit annonçant le début du combat. Alors que tel un fauve, Amélie se mit à tourner autour de sa proie, ne le quittant pas un seul instant du regard. Elle le provoquait d'une main, l'invitant à se rapprocher et à tomber ainsi dans son piège.

Spoiler:
 
Eques, Never-Utopia.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Kristopher Moreau


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Lunette de confort normal. Il possède une armure légère sous son manteau noire, assez épaisse pour le protéger efficacement d'armes de faible puissance ou de coup de couteau. Un pistolet lourd avec une capacité de chargeur de dix balles. Il possède un œil cybernétique capable de déterminer avec une grande précision la destination des balles ou projectiles allant vers lui, activable pendant une quinzaine de seconde.

the world can always use more heroes
avatar
Kristopher Moreau
Le corbeau
Dim 27 Aoû - 23:09

  • Kristopher Moreau
  • FATALE
Of steel, ice and fire

Le Soleil était puissant. Dorne était reconnue pour son climat rigoureux et pour son environnement des plus rudes, aussi rude que le Nord pouvait l'être. En ces lieux, en dehors des murs, l'on pouvait se perdre dans les grandes étendues de sable, sans eau, sans nourriture. Cuir au soleil, mourir de déshydratation, tuée par des prédateurs ou même par la faim, c'était chose commune pour les non-initiés. Mais ceux qui vivaient entre ces murs avaient su, de par les années et de par le temps passé, comment s'adapter au désert aride et dangereux. De ce fait... Kristopher avait beau traiter celle qui se présentait devant lui de 'femme', il savait que les Dorniens avaient la peau dure.

Elle inspirait la confiance, l'assurance, la force et la détermination. De par ses propos, le Cerf Rouge devina qu'elle n'était pas une des simples paysannes de bas-étage des campagnes de Westeros. Non, c'était une femme qui savait s'imposer, s'affirmer. Amélie Lannister. Elle était donc la fille du Lion d'or, mais avait grandi sous le Soleil frappé de la Lance des Martell. Alors le Baratheon afficha un autre sourire, plus confiant et provocateur, levant sa lame vers celle-ci, la provoquant.

-Me faire dominer par une femme ? Je n'ai pas à avoir peur de ça... Vous, par contre, devriez avoir peur du Cerf Rouge, qui danse sur les cendres de ses ennemis.

Alors la cloche teinta, et le brun se mit en position, agrippant fermement la poignée de Corbeau, sa lame valyrienne scintillant au soleil. Il resta en place, et comme un lion, prédateur des prédateurs, elle tourna autour de lui, armée de deux fouets. Il y vit, l'espace de courts instants, l'éclat lumineux de morceau de métal accroché aux fouets. Un petit sourire vint sur les lèvres du brun.

-Alors, tu crois que ton acier va me mordre ?  

Sur ces mots, instantanément, le brun vint foncer vers la guerrière, levant sa lame avant de l'abattre sur Amélie. Mais c'était une feinte, et au moment ou elle allait commencer sa descente, il bondit de coté pour pouvoir jouer de l'esquive, et ainsi, porter un meilleur coup en diagonale vers Amélie, pour essayer de la handicaper au niveau de la taille.

En espérant toucher... Il n'avait de crainte pour se protéger le haut du corps, l'armure faisant un bon travail, mais elle pourrait bien faire tomber celle-ci en pièce en visant les attaches de cuirs...

HRP:
 

En espérant que cela te plaise !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Localisation :
Derrière toi...


 ►Equipement :
Sniper, Casque de visée

the world can always use more heroes
avatar
Fatale
Un tir, un mort
Lun 25 Sep - 11:23


Of Steel, Ice and Fire  
Il était comme tous les hommes, arrogants, sûr de lui et certain de gagner parce qu’il avait en face une femme. Sa défaite ne sera que plus humiliante… Plus divertissante pour Amélie. Bêtement, il chargeait, tel un buffle. Il n’avait pas encore compris qu’il était tombé dans son piège. Levant sa lame, il s’apprêtait à porter un coup à son adversaire, alors que la liane de cuir s’enroulait autour de son poignet, pendant que sa propriétaire entamait une esquive vers le pas, au même moment, le guerrier choisit de dévier sa trajectoire, sous le regard surpris de la Lannister. Elle esquiva de justesse le coup reçu à sa hanche, mais hérita tout de même d’une légère plaie, la lame ayant percé son haut. Cette blessure ne fit qu’alimenter l’envie de vaincre d’Amélie, qui en profitait pour tirer sur le fouet encore enrouler autour du poignet de son adversaire, pour immobiliser sa main directrice. Sans perdre une seule seconde, Amélie se faufilait derrière lui. Tel un serpent, le fouet vient s’enrouler autour de son cou pour tenter de le faire tomber par l’arrière.

Le combat s’éternisait, Amélie avait l’avantage de la vitesse, le Cerf rouge, lui, celle de la force. Elle tentait donc de le fatiguer, en le faisant bouger au mieux, lui, tentait de l’atteindre à des points stratégiques pour la gêner dans ses mouvements, ce qu’il réussit à plusieurs reprises.

La fin approchait, Amélie se retrouvait finalement au dessus du cerf, à califourchon. Plusieurs pièces de son armure jonchait le sol, qui était par plusieurs endroit, taché du sang d’Amélie. La Lannister était essoufflée, elle tenait son adversaire en joue avec sa lanière, plaquée contre sa gorge. L’arme du Barathéon était plantée dans le sol à quelques mètres d’eux.  La poitrine de la jeune femme se soulevait et s’abaissait à un rythme irrégulier. Essoufflée, elle peinait à reprendre son souffle avec que ses yeux verts ambrés se plongeaient dans ceux du cerf.  


“Toujours pas peur de se faire dominer par une femme, Barathéon ?”


Un sourire arborait toutefois son visage, fière de l’avoir mis à terre. Elle était certaine d’avoir gagner. Le cuir empêchait tout mouvement, a moins de se faire étrangler et de voir les lames s’enfoncer un peu plus dans la peau du cerf. L’autre fouet avait servi de lien pour les poignets qui étaient réunis au-dessus de sa tête.  Le corps d’Amélie, sur celui de Kristopher, l’immobilisait au possible, son bassin contre le sien, elle tentait de rendre aucun mouvement possible.
Son souffle légèrement revenu, elle se penchait sur son adversaire et déposait légèrement ses lèvres sur les siennes dans un signe de provocation pure.


“Tu as de la chance que moi, je ne suis pas venue ici pour tuer. Le combat est terminé”


Elle finit par se relever, libérant le cerf de ses entraves, alors qu’elle enroulait ses fouets. Elle ne montrait pas, mais elle était épuisée, son corps entier la faisait souffrir le martyr et même son regard se brouillait légèrement. Elle attendait d’être considérée gagnante, vérifiant d’un regard hautain propre à sa famille d’origine, que son adversaire n’était plus capable de se relever…
Eques, Never-Utopia.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Kristopher Moreau


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Lunette de confort normal. Il possède une armure légère sous son manteau noire, assez épaisse pour le protéger efficacement d'armes de faible puissance ou de coup de couteau. Un pistolet lourd avec une capacité de chargeur de dix balles. Il possède un œil cybernétique capable de déterminer avec une grande précision la destination des balles ou projectiles allant vers lui, activable pendant une quinzaine de seconde.

the world can always use more heroes
avatar
Kristopher Moreau
Le corbeau
Lun 25 Sep - 21:31

  • Kristopher Moreau
  • FATALE
Of steel, ice and fire
C'était dans de telles circonstances que le Cerf combattait. Habitué aux champs de bataille et aux combats, le brun résistait particulièrement bien aux assauts de la femme dornienne. Elles étaient fortes. Agiles. Rapides. Pour les femmes guerrières, en tout cas. La provocation était son fort et savait toucher une corde sensible sans avoir besoin de connaissance sur la vie de son adversaire. Né en tant que noble, l'arrogance faisait partie de ses défauts. Une arrogance cependant diluée avec de l'intelligence et un sens intuitif. Elle était bien concentrée. L'orgueil précédait toujours la chute, s'était-il dit. Et parfois, il avait évidemment chuté. De bien bas, mais le Baratheon s'était toujours relevé.

Le coup qu'il aurait voulu porter envers Amélie rata largement. Alors qu'il voulait la blesser assez sérieusement pour la rendre inapte au combat, et dans le pire des cas, peu mobile pour lui couper la retraite, la lame dévia largement de sa destination, en raison d'un habile coup de fouet vers son poignet, dont la corde s'enroula autour de son poignet parfaitement bien pour l'en dévier de sa trajectoire. Il pesta. Il tenta de bouger sa main tenant sa lame, mais elle ne voulut pas bouger aussi librement qu'il ne le voulait. Amélie en profita pour se glisser, telle une fourbe, dans le dos de Kristopher et pour envelopper sa corde autour de son cou, essayant maladroitement de le faire tomber.

Mais il se défit de sa prise et Kristopher, la détermination dans son regard, retourna au combat. Le temps passait. Son endurance et sa force étaient rudement mises en question par l'agilité et la rapidité de la Lannister. Au final, peu importait la taille de sa lame ou l'aisance avec laquelle il en faisait l'usage. Le Cerf rouge qui dansait sur les cendres de ses ennemis finit par tomber, alors bien ficelée avec les fouets d'Amélie, qui était sur elle, victorieuse. Avec un sourire entendeur, le brun lui rendit un regard tout aussi intense. Il ne dit rien. Il ne ressentait aucune amertume, aucune honte.

Et quand elle vint l'embrasser pour le provoquer, si elle aurait resté une seconde de plus ainsi, il le lui aurait rendu son baiser. Mais elle le libéra et se releva. Se faire dominer par une femme ? Il avait vu Emilia Stark combattre. Et il l'avait vu sous plusieurs angles différents. Une femme qui savait s'imposer était tout ce qu'il y avait de plus attrayant pour le brun. Il lui rendait son regard gris, métallique.

Alors le brun se releva doucement, et, toisa Amélie de toute sa hauteur, avec son sourire sur son visage...

Avant d'attraper sa main pour la lever vers les cieux.

-Il semblerait que le Cerf Rouge donne sa victoire à Amélie Lannister ! Par conséquent, il perd ! LONGUE VIE A AMÉLIE, AUSSI GLORIEUSE QU'ELLE SOIT !

Et alors que la foule était en délire, continuant de maintenir la main d'Amélie haute dans les airs, le brun lui murmura aux oreilles audiblement :

-Rien n'est plus beau qu'une femme me montant pour me dominer, à vrai dire, Amélie Lannister. Tu sais, la victoire et la défaite est relative. Moi je ne pense pas avoir perdu. Au contraire. Je pense avoir gagner. Qu'ai-je donc gagner, tu me demanderas ? C'est simple : l'honneur d'avoir pu admirer ta beauté, qu'aucune déesse ne peut égaler. En humble homme que je suis, je t'offre cette victoire. En cadeau, pour m'avoir permis de plonger mon regard dans tes yeux magnifiques.

Et pour lui rendre sa provocation, du coin des lèvres, Moreau y apposa un doux baiser, non sans avoir parcouru une petite partie de sa lèvre avec sa langue, et, délaissant sa main, il lui caressa le long du dos discrètement, non sans avoir fini sa main au creux de son dos, trop près de son fessier moulé par son pantalon.

-Peut-être userez-vous de ces liens dans une autre situation plus tard avec moi ?

Le brun lui fit un clin d'œil entendeur et ramassa son épée pour la ranger dans son fourreau de cuir rouge aux reliures dorées respectif, et ramassa les diverses pièces d'armures avant de retourner vers les herses de fer, d’où son meilleur ami l'accueillait, avec un air goguenard au visage.

-Alors, fit Valdir, elle t'a quand même rossée comme pas deux. La dernière fois que j'ai eu une telle vue, c'est quand ton oncle s'était fait un malin plaisir de t'apprendre que combattre avec un marteau de guerre était aussi gratifiant que de le faire avec l'épée.

-Oh, ta gueule et apporte ces pièces et mon épée dans notre chambre respective au palais, fit le Baratheon en lui tendant lesdites choses. Ce soir, il y aura festin. Et non, tu ne mangeras pas de viande. Tu dois faire un régime. Sinon ta femme t'en voudra.

Plusieurs heures plus tard...


Assis dans sa table confortablement, Kristopher observait des musiciens user de leurs instruments pour créer une mélodie des plus énergique. L'alcool coulait, la nourriture était légion et la bonne ambiance régnait. Un petit sourire vint sur son visage, venant apporter vers sa bouche une coupe de vin bien rempli. Le Baratheon se leva de son siège en apercevant la une belle vue. Amélie. Prenant au passage une autre coupe, le Cerf se fraya un chemin parmi les convives et les serviteurs, pour finalement se tenir non loin d'Amélie. Il se racla la gorge, captant son attention.

-Milady, fit-il galamment.

Il lui tendit la seconde coupe, pleine.

-Ce sont d'agréables festivités. Dorne sait bien s'amuser. Permettez-moi de vous donner ceci, pour ne pas laisser votre pauvre gorge trop sèche pour longtemps.




En espérant que cela te plaise !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Localisation :
Derrière toi...


 ►Equipement :
Sniper, Casque de visée

the world can always use more heroes
avatar
Fatale
Un tir, un mort
Lun 9 Oct - 12:27


Of Steel, Ice and Fire  
Lorsqu’il lui attrapait sa main, Amélie crut que le brun souhaitait continuer ce combat, sans arme, à main nue. Instinctivement, elle eut un léger mouvement de recule, mais lorsqu’il brandit son poing dans les airs, en signe de victoire, la Lannister regardait le Barathéon, surprise par son geste.  Les murmures au creux de son oreille, la firent frissonner plus que des raisons. Elle regardait le Cerf Rouge, ne pouvant dissimuler l’étonnement. Un baiser, légèrement moins chaste que celui qu’elle lui avait volé un peu plus tôt, lui arracha un nouveau frémissement. Elle n’eut pas le temps de répondre à sa question, qu’il s’était déjà éloigné. La Lannister ne se gênait pas pour contempler le Barathéon, qui retournait vers les herses de fer. Une fois qu’il eut quitté le terrain, elle en fit de même, après avoir jeté un regard à son oncle et Prince, qui lui répondit par un simple acquiescement de la tête.

Dans les coulisses, elle fut rejointe par sa cousine qui lui sauta directement dans les bras, légèrement tremblante et inquiète.



“Ascyla … Doucement …”

“Tu n’as rien ? Tu es blessée ?! Par les Sept, Amélie ! Tu saignes !”


“Ce n’est rien, juste une égratignure”


“Balivernes ! Tu viens tout de suite te faire soigner, pour ce soir, tu dois être parfaite !”


Affronter un guerrier de renom, ayant une réputation de  terrasser ses ennemis sans vergogne, n’était pas un soucis pour la Lannister, toutefois, jamais elle n’aurait osé s’opposer à sa cousine, qui pouvait être parfois bien plus féroce qu’elle lorsqu’elle se mettait en colère.



“Humpf … Puisque j’ai le choix.”


Amélie fut emmenée dans ses quartiers, où elle se délaissait des pièces de cuir que formait sa tenue de combat, jusqu’à être quasiment aussi nue qu’un verre, laissant ainsi sans pudeur sa cousine s’occuper de ses multiples plaies et en particulier celle située au niveau de sa hanche, reçue en début de combat.

“Il a l’air de t’apprécier.”

Le silence qui s’était installé dans la pièce avait plongé Amélie légèrement dans la lune, et ce n’est que la voix de sa soeur de coeur qui la sortit de son état second.


“Hm ? tu disais ?”

“Je disais que le Cerf Rouge semble t’apprécier.”

“On dirait bien, oui …”

Ascyla frappait Amélie du bout des doigts, laissant une légère marque rouge sur la peau halée de la Lannister, qui regardait sa cousine, surprise par ce geste.

“Comment peux-tu être aussi insensible ?! C’est un beau garçon, non ?! Essaye donc d’un peu profiter ! Il sera probablement là ce soir … Qu’as-tu prévu de porter aux festivités ce soir ?”

Amélie montrait sa tenue habituelle d’un geste de la tête,  une robe, couleur soleil, parsemé de lanières de cuire, avec un pantalon légèrement plus foncé. Ascyla se frappait le front du plat de la main et emmenait sa cousine dans sa chambre.


Quelques heures plus tard.


Amélie descendait les marches qui menait aux lieux où se déroulaient les festivités. Ce soir, aucun morceau de cuir n’était accroché à sa tenue. Elle portait une robe typiquement Dornienne, qui laissait ses épaules totalement dénudés. Les courbes de ses formes étaient parfaitement soulignés par les tissus du vêtement, qui était fait de multiples voilages aux tons bleutés. Les manches longues, mais fendues, laissaient parfois apercevoir sa peau, en fonction des mouvement que la Lannister engendrait. Le bas de la robe, fait sur le même principe que les manches, fendue jusqu'à la mi-cuisse, laissait parfois, aux plus curieux, l’opportunité de voir les jambes galbés et fines de la guerrière. Ses cheveux étaient détachés, et cascadaient dans quelques ondulations jusqu’au creux de ses reins. De la guerrière, il ne restait plus rien. Seule une femme, élégante, droite et fière demeurait.

Elle ne dut pas attendre longtemps avant que quelqu’un ne vienne vers elle. Sa voix, elle la reconnaissait. Et c’est avec un sourire au coin des lèvres qu’elle se retournait pour faire face au Cerf Rouge.



“Lord Baratheon … ”


Elle acceptait bien volontier la coupe qui lui tendait et enroulant ses mains autour de celle-ci.



“Je vous remercie bien. “


Bien que le soleil se couchait à l’horizon, la saison faisait que la température était encore plus qu’agréable. Ainsi, les festivités se déroulaient à l’extérieur sous une tente toutefois luxueuse, où boissons, nourritures emmenés directement des cuisines du palais, coulaient à flot. Il y avait du monde, tous semblaient oublier leurs querelles passées sur l’arène de combat. Rires et chants étaient au rendez-vous, laissant la bonne humeur et une ambiance décontractée s’emparer des lieux.


“Le combat que vous m’avez offert était plus que divertissant. Je vous remercie, voilà bien longtemps que je n’avais eu un adversaire aussi intéressant. “

Elle plongeait ses lèvres dans le breuvage que contenait la coupe offerte un peu plus tôt par son adversaire de l’après-midi. Elle n’avait pas ajouté, que ce qu’elle avait préféré, était probablement la fin du duel, mais peut-être que son regard en disait assez pour que le brun puisse le deviner ?


“M’accompagneriez-vous dans les jardins, Ser ? Je dois vous avouez que ce monde m’étouffe un peu et à cette heure, les jardins sont déserts, j’ai besoin de prendre un peu l’air. C’est d’autant plus agréable en bonne compagnie …”

Eques, Never-Utopia.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ►Véritable nom :
Kristopher Moreau


 ►Affiliation :
Talon


 ►Equipement :
Lunette de confort normal. Il possède une armure légère sous son manteau noire, assez épaisse pour le protéger efficacement d'armes de faible puissance ou de coup de couteau. Un pistolet lourd avec une capacité de chargeur de dix balles. Il possède un œil cybernétique capable de déterminer avec une grande précision la destination des balles ou projectiles allant vers lui, activable pendant une quinzaine de seconde.

the world can always use more heroes
avatar
Kristopher Moreau
Le corbeau
Mar 10 Oct - 2:28

  • Kristopher Moreau
  • FATALE
Of steel, ice and fire
La tenue du Cerf Rouge avait été plus sobre que prévu. Originellement, il aurait porté un long manteau bourgogne descendant jusqu'aux genoux ainsi qu'un pourpoint noir décoré et sertie de filins d'argents avec les récompenses qu'il aurait eu en tant que bon combattant quand il avait participé aux nombreux combats de par Westeros pour défendre les intérêts de la Couronne, mais aussi des vassaux, serfs et bannerets de la famille Baratheon, accompagné d'une ou deux bricoles en or sertis de bijoux ou d'anneaux en fer aux doigts avec chacune gravée en elle le sigile de la maison Baratheon, avec une longue cape descendant vers le bas du dos.

Mais le territoire de Dorne s'était avéré bien plus chaud que prévu. Au vu des nombreux braseros d'installer et en raison du temps qu'il faisait en pleine nuit, il avait dû abandonner avec regret sa tenue de soirée pour quelque chose qui s'avérerait plus sobre sans trop avoir l'air d'un simple morceau de tissu. Il s'était donc décidé de porter un pourpoint d'une couleur blanche avec l'emblème des Baratheon sur une des épaules ainsi qu'une chaînette en argent retenant une petite cape couleur de lait, un pantalon noir et des bottes brunes légères.

Il avait du charme. Mais la personne la plus charmante de toute cette fête avait été évidemment la belle Amélie, qui s'était présentée sous une robe aux teints plus clairs et moins brutes que son armure. Malgré tout, le charme persistait. Celle d'une femme forte. Une femme qui pouvait tenir tête au Cerf Rouge qui dansait sur les cadavres de ses ennemis. De longs cheveux descendant le long du dos de la femme pour finir jusqu'aux reins, des yeux d'ambres qu'il n'avait jamais vu, et au corps de succube, dotée d'une force qu'il n'aurait jamais cru voir ailleurs.

Amélie prit la coupe tendue par le Baratheon avec un sourire, le remerciant au passage. Le brun ne fit que sourire comme un idiot, admirant la femme qu'elle était. Son orgueil fut nourri considérablement quand celle-ci le remercia du combat qu'il lui avait procuré, étant un adversaire digne de son nom. Mais son regard en disait long. Bien trop et le sourire cachant peu les intentions du Cerf s'agrandit un peu plus.

-Oh, je ne dis pas non pour vous accompagner dans les jardins du coin. La masse compacte de la foule ne me plait guère non plus quand elle m'étouffe ainsi. Cependant, votre compagnie me sera des plus... Plaisante.

Il prit la liberté d'entourer la taille d'Amélie d'un bras ferme mais doux pour la guider vers les jardins mentionnés par Amélie. Ayant déjà visité Dorne, notamment durant ses années d'adolescence, avec les affres de la puberté, il connaissait de nombreux recoins. Il délaissa la foule en compagnie d'Amélie pour les nombreux sentiers bordés de fleurs exotiques aux parfums agréables et aux haies épaisses, parfois taillés pour former une quelconque chose. Un cavalier sur sa monture, un chevalier tenant une lame ou des choses de ce genre.

-C'est un agréable endroit ici. En pleine journée, il est idéal de s'y promener pour se dégourdir un peu les jambes. Néanmoins, il faut emmener un breuvage froid avec soi. Mine de rien, le soleil de Dorne est impitoyable. Beau mais impitoyable.

Baratheon vit une fleur aux pétales blanches du coin de l'œil et de sa main libre, il la cueillit précipitamment et en toute discrétion pour la glisser vers Amélie avec un sourire.

-Un peu comme vous. Belle comme jamais, mais impitoyable et féroce quand il le faut. J'aime ça. Qui vous avait appris le maniement du fouet ? C'est une arme peu commune.




En espérant que cela te plaise !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Of Steel, Ice and Fire FATALE / UA-GOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Overwatch : The Recall-